Assurance

Combien de temps garder sa casco complète ?

CONSEILS
|
Photo : iStock / sabthai

Les comparatifs d’assurance automobile sur comparis.ch montrent que de nombreux véhicules relativement anciens, de plus de 10 ans parfois, sont couverts par une assurance casco complète. Dans ces cas-là, une assurance casco partielle serait nettement plus avantageuse, et souvent amplement suffisante. Comparis vous explique les aspects à prendre en compte lorsque vous envisagez de passer d’une casco complète à une casco partielle.

Quand passer d’une casco complète à une casco partielle ?

Votre véhicule perd rapidement de la valeur, en particulier dans les premières années. La première année, la dépréciation est d’environ un quart du prix catalogue. Au bout de trois ans, vous ne récupérez que la moitié environ du prix initial en cas de revente. Donc, quand le véhicule commence à devenir ancien, la prime relativement élevée d’une assurance casco complète ne se justifie plus au vu de la valeur du véhicule. En règle générale, si le véhicule a quatre ans ou plus, vous devriez envisager de passer d’une casco complète à une casco partielle.

Est-ce judicieux de garder une casco complète ?

Bien évidemment, le moment pour changer d’assurance dépend de la valeur du véhicule, mais également de vos besoins personnels. Si vous êtes propriétaire d’une voiture particulièrement chère, il est préférable d’attendre encore un à deux ans. Les automobilistes abonnés aux dommages collision ont eux aussi tout intérêt à garder leur casco complète un peu plus longtemps. Une règle qui vaut tout particulièrement pour les personnes n’ayant pas suffisamment d’argent de côté pour assumer les frais résultant d’une collision ou remplacer elles-même leur véhicule si besoin. Cependant, là encore, il ne s’agit pas de garder la casco complète éternellement. Au bout de la septième ou huitième année au plus tard, la casco complète devient vraiment superflue : passé ce délai, nombreux sont les assureurs à ne plus indemniser que sur la base de la valeur vénale du véhicule en cas de dommage total. Par contre, la casco partielle reste utile pour les véhicules plus anciens, car le coût de remplacement de pièces détachées telles que le pare-brise est le même quel que soit l’âge du véhicule.

Quel est le meilleur moment pour changer ?

En hiver, le risque de provoquer un accident reste élevé, du simple fait des conditions climatiques défavorables et d’une visibilité réduite. Le verglas et les chutes de neige ont tôt fait de faire quitter la route à un automobiliste, même aguerri. De plus, le froid, la glace, la neige, les graviers et le sel peuvent mettre les véhicules à mal à un point tel qu’il en résulte des dommages sur la peinture, la carrosserie ou sur le châssis. Pour ces raisons, il est recommandé d’attendre le printemps pour changer de formule d’assurance.

Attention à la durée du contrat !

De nombreux assureurs profitent du changement pour faire redémarrer à zéro la durée contractuelle qui avait été fixée au moment de la conclusion du contrat. Si, par exemple, vous avez souscrit il y a trois ans un contrat d’une durée de cinq ans, votre engagement serait renouvelé pour cinq années pleines. Soyez vigilant·e. Outre votre demande de changement vers l’assurance casco partielle, vous auriez tout intérêt à solliciter un droit de résiliation annuel pour la nouvelle police d’assurance. Les compagnies se montrent généralement conciliantes.

Le changement est-il compliqué ?

Non. Le plus simple est bien sûr de rester auprès de votre assureur. Dans ce cas de figure, informez-le que vous souhaitez passer d’une casco complète à une casco partielle. En règle générale, les assurances acceptent une telle demande de changement et soumettent alors une offre à l’assuré, sur cette base. L’offre est-elle satisfaisante ? Le cas échéant, retournez-la dûment signée. Dans la plupart des cas, un changement prenant effet à la date de la signature est possible.

Mais il peut être judicieux de comparer les offres. Il se peut qu’un autre assureur vous soumette une meilleure proposition. En changeant d’assureur, vous pouvez réaliser plusieurs centaines de francs d’économies.

Un changement d’assurance est-il judicieux ?

Rien ne vous oblige à accepter coûte que coûte l’offre de votre assureur actuel. Demandez des offres gratuites à plusieurs prestataires et comparez-les. Un changement d’assureur permet le plus souvent de réaliser de belles économies.

Il n’est pas toujours possible de résilier son assurance du jour au lendemain, mais tout contrat peut être résilié à échéance. En règle générale, la lettre de résiliation doit parvenir à l’assurance au plus tard trois mois avant le terme du contrat. La date de réception de la lettre fait foi et non le cachet de la poste. Par conséquent : le mieux est de résilier dans les délais par lettre recommandée.

Ne manquez plus aucun délai de résiliation : demandez un rappel !