Assurance

De quelle assurance auto ai-je besoin ?

INFO
|
Photo : iStock / Ridofranz

Avant de conclure une assurance auto, voyez quelles prestations comptent pour vous : quelles sont les prescriptions légales ? Que couvrent les assurances casco complète et casco partielle ? De quelle garanties complémentaires ai-je besoin ? Comparis vous explique comment bien vous assurer.

L’immatriculation d’un véhicule en Suisse ne peut se faire sans assurance responsabilité civile pour véhicules à moteur – de par la loi. La souscription d’une casco partielle ou complète, quant à elle, est facultative. Toutefois, il est conseillé aux propriétaires d’un véhicule neuf d’opter pour une couverture casco complète. À partir de la quatrième année en circulation, et selon la valeur du véhicule, on peut envisager de passer à la formule de la casco partielle, meilleur marché.

Mais quels sont les événements couverts par les assurances de base casco complète et casco partielle ? Et quelles garanties complémentaires peuvent être associées à la couverture de base ? Comparis fait le point.

La couverture de base en bref

Assurance Couverture Recommandation
Responsabilité civile pour véhicules à moteur
Couvre les dommages matériels et corporels causés à des tiers
Obligatoire pour tous les véhicules à moteur (hors remorques)
Casco partielle
Couvre les sinistres suivants :
  • Vol
  • Évènements naturels
  • Bris de glace
  • Incendie
  • Collision avec animaux
  • Morsures de fouine
  • Vandalisme (hors rayures sur carrosserie)

Garantie facultative ; recommandée pour les véhicules jusqu’à la fin de la septième année en circulation ; selon les cas, plus longtemps pour les véhicules dont la valeur à neuf est supérieure à 75 000 francs
Casco complète
Couvre les dommages causés à son propre véhicule à la suite d’une collision
Garantie facultative ; recommandée pour les véhicules au moins jusqu’à la fin de la quatrième année en circulation ; selon les cas, plus longtemps pour les véhicules dont la valeur à neuf est supérieure à 75 000 francs

Les garanties complémentaires en bref

Garantie complémentaire Couverture Recommandation Couverture de base requise
Assurance passagers
Blessure d’un passager
Conducteurs transportant fréquemment des personnes domiciliées hors de Suisse
Assurance responsabilité civile véhicules à moteur
Dommages de parking
Couverture des dégâts causés par des tiers inconnus au véhicule parqué
Pour les véhicules neufs, jusqu’à la fin de la quatrième année en circulation
Souvent, possible uniquement avec une assurance casco complète
Couverture bris de glace étendue
Phares, pièces en verre ou assimilées (p. ex. clignotants, feux arrière)
Pour les véhicules équipés de phares xénon ; véhicules avec de nombreuses pièces en verre ou assimilées
En combinaison avec la casco partielle
Mobilité/assistance
Services en cas de panne
Souscription conseillée ; toutefois, vérifier si existence d’une couverture via assurance voyage ou adhésion TCS
En général, en combinaison avec la casco partielle (sauf La Mobilère)
Perte d’usage
Voiture de remplacement
Voir si le garage partenaire de l’assureur ne propose pas déjà des véhicules de remplacement gratuits
Pour toutes les couvertures de base
Couverture négligence grave
Couverture contre un recours ou une réduction des prestations en cas de négligence grave
Conseillée pour tous les automobilistes
Pour toutes les couvertures de base
Valeur vénale majorée
Couverture de la perte de valeur
Recommandée pour les véhicules jusqu’à la fin de la septième année en circulation ; au-delà, option non proposée par toutes les assurances ; généralement par défaut dans la couverture
Au moins casco partielle
Protection de bonus
Permet d’éviter l’augmentation de la prime
Garantie recommandée auprès des assureurs appliquant un système de bonus
Pour toutes les couvertures de base

 

Comparer les assurances

L’assurance responsabilité civile automobile obligatoire

La responsabilité civile pour véhicules à moteur, ou RC automobile, est la seule couverture de base obligatoire. Elle couvre les dommages causés à des tiers sur la route, comme les dommages causés à un véhicule impliqué dans un accident, à des installations, à des bâtiments ou également à des personnes. Le montant assuré s’élève en général à 100 millions de francs par événement. Les prestations de l’assurance obligatoire responsabilité civile pour véhicules à moteur sont fixées par la loi et varient à peine d’une compagnie à l’autre. Et pourtant, les primes peuvent afficher des écarts importants.

Quand prendre une assurance casco partielle ?

L’assurance casco partielle est facultative. Elle couvre des dommages au véhicule assuré qui n’ont pas été causés par l’automobiliste lui-même et pour lesquels la responsabilité d’un tiers n’est pas engagée. Il est nécessaire que le véhicule ne soit pas en fonctionnement pendant le déroulement du sinistre. Exception : les accidents avec des animaux sauvages. D’autres événements couverts par la casco partielle sont par exemple l’incendie, le bris de glace, les dégâts dus aux éléments naturels (grêle, chute de pierres, pression de la neige, glissement de terrain, hautes eaux, inondation, tempête, glissement de neige), le vol et les dommages consécutifs à une morsure de fouine. Les événements qualifiés de vandalisme, tels que des actes malveillants commis par des tiers, sont également couverts par la casco partielle. Il faut néanmoins tenir compte de quelques exclusions, comme les rayures de la carrosserie, qui peuvent être intégrées à la police au moyen de la garantie complémentaire « Dommages de stationnement ». Les conditions générales d’assurance (CGA) de la compagnie d’assurance fournissent davantage d’informations à ce sujet.

Pour savoir si la souscription d’une assurance casco partielle est intéressante, différents facteurs entrent en jeu. Si le véhicule est souvent garé à l’extérieur, une assurance casco partielle est alors conseillée. L’ancienneté du véhicule et sa valeur actuelle influent également sur la question « casco partielle, oui ou non ? ». En effet, à partir d’un certain nombre d’années, il n’est bien souvent plus intéressant de faire réparer le véhicule compte tenu de sa valeur.

Quand prendre une assurance casco complète ?

L’assurance casco complète est une combinaison de la couverture offerte par la casco partielle et par la casco collision. Cette dernière prend en charge les dommages causés par l’assuré à son véhicule lors de la conduite, par exemple lorsqu’il percute le véhicule qui le précède.

Une assurance casco complète est généralement intéressante pour les véhicules de moins de cinq ans. Au-delà, il est conseillé d’envisager la souscription d’une casco partielle, meilleur marché. En effet, bien souvent, le montant de la prime n’est plus en rapport avec la valeur du véhicule. L’assurance casco complète ne reste intéressante que pour les véhicules particulièrement chers.

Bon à savoir : dans le cas des véhicules pris en leasing, l’assurance casco complète est généralement obligatoire.

De quelles garanties complémentaires ai-je besoin ?

En plus des couvertures de base assurance responsabilité civile pour véhicules à moteur, casco partielle et casco complète, il est également possible de souscrire d’autres garanties. Si certaines de ces couvertures optionnelles sont intéressantes pour tous les détenteurs de véhicule et devraient impérativement être incluses à la police, d’autres ne sont pertinentes que pour des profils ou des véhicules spécifiques. Afin d’éviter toute mauvaise surprise en cas de sinistre, il est conseillé de passer en revue les options de couverture avant de signer son contrat. Les différentes couvertures optionnelles sont détaillées ci-dessous.

Assurance passagers

L’assurance passagers couvre les blessures subies par le conducteur et les passagers lors d’un accident. Toutefois, sa souscription est souvent superflue étant donné qu’en Suisse, les personnes exerçant une activité lucrative sont couvertes par l’assurance accidents obligatoire ou ont intégré cette couverture dans leur assurance maladie. Seules les personnes transportant fréquemment des passagers étrangers à bord devraient envisager la souscription de cette garantie.

Dommages de parking

L’assurance dommages de parking couvre les dommages causés au véhicule en stationnement par des tiers inconnus. Elle ne peut souvent être conclue qu’en combinaison avec une assurance casco complète. Cette option n’est généralement proposée par les assureurs que jusqu’à une certaine limite d’âge du véhicule. Retrouvez ici plus d’informations au sujet de l’assurance dommages de stationnement.

Couverture bris de glace étendue

Les dommages causés au pare-brise, à la vitre arrière et aux vitres latérales sont normalement couverts par l’assurance casco partielle. Toutefois, les phares sont exclus de cette couverture. La souscription de la « couverture bris de glace étendue » est donc particulièrement judicieuse pour les véhicules dotés de phares xénon ou d’éléments assimilés au verre (p. ex. le cache des feux de stop).

Assurance mobilité (assistance)

La couverture mobilité, également appelée assistance, fait en général partie de l’assurance casco partielle. Dans tous les cas, comparer les offres est intéressant. Une panne peut vite coûter cher. Toutefois, avant de souscrire, pensez à regarder les prestations à la loupe. Car le périmètre des prestations varie d’un assureur à l’autre, comme le montant d’assurance maximal qui est plus ou moins élevé en fonction des compagnies.

Bon à savoir : une assurance voyage ou une adhésion au TCS comprend bien souvent une assurance mobilité. Retrouvez ici plus d’informations au sujet de l’assistance dépannage.

Protection en cas de faute grave

D’une manière générale, les fautes graves concernent les infractions au code de la route qui auraient pu être évitées, par exemple le fait d’ignorer un feu rouge. Dans le cas d’un accident consécutif à une faute grave de l’assuré, l’assureur est en droit d’exiger de lui qu’il rembourse une partie des coûts (recours). La garantie protection en cas de faute grave vous protège contre un tel recours.

La souscription de cette option est recommandée à tous les automobilistes. Attention : sont exclus de la couverture les délits de chauffard, l’abus d’alcool, la prise de drogue ainsi que la somnolence.

Valeur vénale majorée

Les véhicules neufs se déprécient rapidement. Ne serait-ce qu’au cours de la première année, la valeur vénale peut baisser bien en deçà du prix à neuf. Une assurance incluant la valeur vénale majorée garantit qu’en cas de vol ou de dommage total, l’indemnisation sera supérieure à la valeur actuelle du véhicule. En règle générale, la garantie valeur vénale majorée est comprise par défaut dans la couverture lors de la souscription d’une assurance automobile. Le montant de l’indemnisation en cas de dommage total par année figure dans les CGA de chaque compagnie d’assurance.

Auprès de certaines compagnies, il est possible de faire baisser sa prime en excluant la garantie valeur vénale majorée. Il ne s’agit cependant pas d’une solution à recommander.

Notre conseil : avant de souscrire une police d’assurance, comparez les grilles de valeurs vénales majorées des différentes compagnies. Les prestations varient fortement d’un assureur à l’autre et peuvent représenter une différence allant jusqu’à 1000 francs en cas de sinistre

Protection de bonus

De nombreux assureurs calculent les primes de l’assurance automobile en fonction d’un système de bonus-malus. En fonction de son profil de conducteur, un preneur d’assurance est affecté à un certain degré de bonus, lequel détermine le montant de la prime. Plus le degré de bonus est bas, plus la prime sera faible (exemple : un degré de bonus de 35 % signifie que vous n’êtes redevable que de 35 % de la prime calculée). Un sinistre vous fait grimper dans les échelons de la tarification et votre prime augmente. La garantie protection de bonus évite une telle revalorisation. Néanmoins, cette protection ne vous couvre, en règle générale, que dans la limite d’un sinistre par année d’assurance.

Notre conseil : prenez les petits dommages à votre charge, notamment dans les cas où le montant du sinistre ne dépasse que de peu le montant de la franchise.

Bon à savoir : les assureurs Dextra, Post Finance et Zurich n’appliquent pas de système de bonus mais opèrent avec des primes fixes. Auprès de ces assureurs, la prime n’est donc pas revalorisée en cas de sinistre.

Comparer les assurances