Hypothèque

Accession à la propriété

ANALYSES
|
Photo : iStock.com / ah_fotobox

Le plus souvent, ce n’est que dans des régions rurales qu’un revenu brut de 10 000 francs par mois suffit à l'acquisition d’un bien. En effet, la propriété est particulièrement chère dans de grandes agglomérations ainsi que dans les régions de Zoug et de Schwytz. Les personnes souhaitant devenir propriétaires de leur logement doivent donc souvent être souples quant à la situation géographique.

Évoluant à un niveau bas record, les taux hypothécaires font rêver les familles suisses de classe moyenne de quatre murs bien à eux. Le problème : les conditions pour obtenir une hypothèque constituent un obstacle majeur pour bon nombre de ménages, même avec un revenu confortable.

Quelle taille pour un appartement familial ?

Pour les besoins de notre analyse sur la viabilité financière d’un projet immobilier, nous avons tenu compte d’un revenu brut de 10 000 à 16 700 francs par mois. Les revenus ont alors été mis en rapport avec les prix médians indiqués dans les annonces de logements en propriété dans les districts suisses concernés. De plus, la recherche de logement portait sur des appartements de 4,5 à 5,5 pièces d'une superficie de 115 à 135 mètres carrés. Des caractéristiques supplémentaires, comme la situation ou le niveau d’aménagement de l'appartement, n’ont pas été prises en compte.

Résultat : pour beaucoup de familles, le hic réside dans les fameuses conditions à remplir quant à la solvabilité. Car sur ce point, le secteur bancaire se tient à la règle suivant laquelle les frais de logement ne doivent pas dépasser un tiers du revenu mensuel. Et là, les établissements se basent non sur la charge effective des intérêts mais sur un taux théorique de 5 % pour établir la dette hypothécaire.

Cette règle en matière de solvabilité fait qu'une famille disposant d’un revenu brut de 10 000 francs maximum n'a accès qu’à des biens dont le prix de vente ne dépasse pas 680 000 francs. Dans cette tranche de prix, il est difficile d'acquérir un logement comme décrit plus haut dans le canton de Zurich. Il faudrait alors que notre famille se tourne vers d’autres cantons.

Districts aux annonces avec prix médians ≤ 680 000 francs

Zurich loin devant

Dans les districts de la ville de Zurich, de Horgen et Meilen sur les rives du lac de Zurich, du canton de Zoug ainsi que de Höfe et de Küssnacht dans le canton de Schwytz, un revenu même de 16 700 francs par mois ne suffit généralement pas à acquérir l’appartement désigné plus haut. Car ce revenu brut permet tout au plus l'achat d’un bien ne dépassant pas 1,14 million de francs. Or, dans ces districts, le prix médian de logements standard en propriété se situe entre 1,15 million de francs (Höfe) et 1,67 million de francs (Zurich), soit au-dessus de cette limite.

Districts aux annonces avec prix médians ≤ 1,14 million de francs

Bâle-Ville et la région lémanique sont chères, aussi

Le tableau est le même pour les familles de classe moyenne à Bâle-Ville, dans le canton de Genève et dans le district lacustre de Lavaux-Oron (VD). C’est également serré dans la ville de Lausanne, où le prix médian s’élève à 1,12 millions de francs. En effet, pour acquérir un tel appartement dans le district de Nyon sur le lac Léman, il faut un revenu brut de 15 000 francs minimum. Les prix médians sont plus modérés dans les districts plus ruraux du canton de Vaud : 750 000 francs à Gros-de-Vaud, 700 000 francs dans le Jura-Nord vaudois et 687 000 francs à Broye-Vully. Dans ces districts, le revenu brut nécessaire s’élève encore à 10 000 francs par mois pour l'achat de l'appartement cité.

Pour consulter l’analyse complète, cliquez ici.