Le système de prévoyance

Le principe des trois piliers en bref

Le système de prévoyance suisse repose sur le principe des trois piliers : il est défini à plusieurs niveaux – étatique, professionnel et privé. Les deux premiers piliers se constituent d'une prévoyance assurée par l'État et d'une autre assurée par l'employeur, le troisième pilier est une cotisation purement privée. Une prévoyance privée suffisante est nécessaire à toute bonne planification exempte de lacunes.

 

Le modèle des trois piliers en Suisse

 

1er pilier – Garantir le minimum vital pour ses vieux jours

Le premier pilier comprend l'assurance vieillesse et survivants, l'assurance invalidité et les prestations complémentaires.
Cette prévoyance étatique obligatoire couvre les besoins vitaux à un âge avancé ou en cas d'invalidité. Si l'assuré décède, elle couvre aussi ses proches survivants. D'une manière générale, toute personne vivant ou travaillant en Suisse est assurée.

 

2e pilier – Compléter le 1er pilier

La prévoyance professionnelle vieillesse, survivants et invalidité (LPP) et la loi sur l'assurance accident (LAA) forment le deuxième pilier. Toute personne employée à partir d'un revenu annuel de 21 150 francs soumis à l'AVS est obligatoirement assurée.
Dès 17 ans révolus, les risques décès et invalidité sont également couverts et dès 24 ans révolus, les prestations de vieillesse s'ajoutent.

 

3e pilier – Prévoyance privée

Le troisième pilier a vocation de complément volontaire, les prestations des premier et deuxième piliers ne suffisant généralement pas à conserver son niveau de vie à la retraite.
On distingue prévoyance liée (3a) et prévoyance libre (3b). Les cotisations au titre de la prévoyance liée 3a sont déductibles du revenu imposable.

 

Se constituer un 3e pilier

  • Pilier 3a : la prévoyance liée

    L'épargne via le pilier 3a est également appelée prévoyance liée, car elle lie par contrat les épargnants aux banques et/ou compagnies d'assurance. Il s'agit alors de verser régulièrement de l'argent sur les comptes en banque ou à l'assurance vie. Ces sommes ne sont alors plus à la libre disposition des épargnants : le capital peut uniquement être perçu à la retraite, sauf dans certains cas exceptionnels tels que l'amortissement d'une hypothèque. Le pilier 3a est avant tout intéressant pour les avantages fiscaux de l'épargne et le financement de la prévoyance par la Confédération. Toutes les cotisations au 3e pilier sont déductibles du revenu imposable sur la déclaration d'impôt annuelle. Certes, l'exonération d'impôts disparaît dès perception des prestations en capitaux mais dans l'ensemble, les avantages fiscaux sont très profitables.

  • Pilier 3b : une prévoyance supplémentaire

    Les épargnants qui ont dores et déjà effectué des versements au pilier 3a et exploité la somme maximale déductible d’impôts, ont toujours et encore une possibilité de mettre de l'argent de côté pour leurs vieux jours. C'est ce que permet le pilier 3b, qui n'est pas lié à des contrats fixes ou formes d'épargne particulières mais qui ne présente pas non plus d'avantages fiscaux. Dans ce cadre, il existe beaucoup d'offres de prévoyance très flexibles, qui permettent de changer et de résilier plus fréquemment.

 

Vous recherchez la solution de prévoyance optimale ? Comptez sur nous !

Votre prévoyance ne permet pas de maintenir votre niveau de vie à la retraite ? Vous souhaitez de plus mettre votre famille financièrement à l’abri et faire des économies chaque année ? Les produits de prévoyance sont divers et variés. Afin de trouver la solution adéquate, parfaitement adaptée à vos besoins personnels, il est conseillé d'effectuer au préalable une analyse approfondie. Demandez gratuitement et sans engagement un conseil auprès d’un expert en prévoyance de Optimatis, notre service partenaire. Vous prenez votre décision en toute tranquillité et Optimatis se charge de tout.