Crédit

9 bonnes astuces pour éviter le surendettement

CONSEILS
|
Un porte-monnaie à sec et une boite aux lettres qui déborde de factures à régler. Photo : Thinkstock

Plus d'1,3 million de Suisses sont surendettés : ici aussi un nombre toujours plus grand se retrouve pris au piège du surendettement. Ils risquent les poursuites, les saisies et, dans le pire des cas, la faillite personnelle.

C'est si simple et si rapide : quelques livres par-ci, payés en ligne avec la carte de crédit, un téléviseur par-là, réglé grâce à un paiement échelonné, et puis la voiture, achetée avec un crédit privé. Mais attention, avant même de s'en rendre compte, les créances que l'on a sur le dos dépassent les rentrées sur le compte.

Certains cantons, comme Zurich par exemple, annoncent des chiffres record quant au nombre de poursuites. Dettes Conseils Suisse parle d'1,3 million de concitoyens en situation de surendettement et d'un «danger pour la société. Selon cette institution, on constate depuis plusieurs années que de plus en plus de personnes se surendettent de façon excessive.

Et pourtant, nul besoin de laisser la situation se dégrader à ce point. Avec nos 9 bonnes astuces, évitez le choc de l'endettement.

  • Identifier ses revenus et ses dépenses : le surendettement provient souvent du fait que l'on ne remarque pas que les dépenses excèdent les revenus. Identifiez vos frais fixes mensuels : loyer, frais accessoires, assurances, dépenses de la vie courante, cotisations, frais automobiles et de carburant. En effet, les petites dépenses telles que les cotisations ou les abonnements peuvent finir par représenter des sommes plus importantes que l'on croit.
    Conseil : il existe des applications qui peuvent aider à s'y retrouver, comme par exemple Qontis  (en allemand) ou encore eny Budget.
  • Établir un budget réaliste : en plus des frais fixes actuels, vous devrez également prendre en compte les charges qui pourraient venir s'y ajouter à moyenne, voire à plus longue échéance. Les jeunes adultes oublient fréquemment que les dépenses de la vie courante ont plutôt tendance à augmenter avec le temps. On peut trouver de l'aide sur Internet, comme par exemple sur le site firstbudget.ch (en allemand).
  • Faire un usage prudent des cartes de crédit : pour plus de simplicité, demandez à votre banque de régler le solde mensuel au moyen d'un prélèvement automatique. La dette d'une carte de crédit coûte très cher. En règle générale, les taux d'intérêt pratiqués sont plus élevés que pour un crédit à la consommation. 
  • Dans la mesure du possible, payer en espèces : voilà une astuce qui peut sembler relativement simple mais qui est efficace. Ainsi, on fera régulièrement un retrait un peu plus important pour limiter son budget à cet argent-là. Cela permet de limiter les dépenses et de ne pas les perdre de vue.
  • Constituer des provisions : mettez de l'argent de côté, suffisamment à l'avance, pour des dépenses, que vous aurez à effectuer tôt ou tard : les impôts, le dentiste, l'entretien ou les réparations de votre véhicule. Entre autres recommandations, on pourra ouvrir un compte distinct ou bien un compte épargne pour y verser un certain montant chaque mois.
  • Crédits sur la durée : les crédits sont adaptés aux biens de consommation d'une certaine longévité, dont on se sert sur la durée du remboursement, donc pour une voiture, par exemple, ou pour du mobilier. En revanche, les produits dont on ne se sert que brièvement et dont le remboursement excéderait la durée d'utilisation conviennent moins bien à ce type de financement.
  • Rembourser les crédits rapidement : dès que le charme de la nouveauté commence à se dissiper, les mensualités, elles, commencent à peser. D'une manière générale, il est conseillé de ne faire aucune acquisition pour laquelle on ne serait pas en mesure d'économiser l'équivalent du prix d'achat sur la durée du crédit.
  • Bien réfléchir à ses dépenses : est-il bien nécessaire d'opter pour le modèle cher, la voiture avec toutes les options ; une version moins chère ne suffirait-elle pas ?  Il est parfois judicieux de renoncer à des dépenses lourdes pour pouvoir mener une vie dépourvue de dettes.
  • Ne pas avoir peur de faire appel à des services d'aide : si toutefois vos dettes risquent de vous mettre à genoux, n'hésitez pas à prendre contact avec Dettes Conseils Suisse. L'association dispose de 37 représentations en Suisse.