Assurance

Assurance moto : quelle couverture complémentaire choisir ?

INFO
| Par Andrea Auer |
Photo : iStock / Jag_cz

Au moment de souscrire une assurance moto, il faut choisir entre toute une série de modèles de couverture. Si l’on n’a aucune connaissance en la matière, il est facile de s’y perdre. Comparis vous explique quelle protection choisir selon les cas.

Il en va de même pour les assurances moto que pour les assurances auto : la conclusion d’une couverture responsabilité civile est obligatoire ; les couvertures casco partielle et complète sont en principe facultatives (sauf dans le cadre d’un contrat de leasing). Et, comme pour l’assurance auto, les motocyclistes ont la possibilité de souscrire à des garanties complémentaires, par exemple l’assurance mobilité ou la couverture dommages de parking. Mais de quelle assurance a-t-on réellement besoin en tant que motocycliste ? Explications avec Comparis.

Quelle assurance moto est obligatoire ?

Pour immatriculer votre deux-roues, il est nécessaire d’avoir souscrit une assurance responsabilité civile pour véhicules à moteur. Celle-ci couvre les dommages que vous pourriez occasionner à des tiers en conduisant votre moto. L’assurance casco partielle ou complète, en revanche, couvre les dommages que l’assuré cause à son propre véhicule.

L’assurance casco partielle couvre les préjudices occasionnés au véhicule à l’arrêt par des facteurs extérieurs : vol, dommages causés par des éléments naturels (grêle, chute de pierres, inondation, etc.), incendie, actes de vandalisme (sauf rayures et bosses) et morsures de fouine. La casco partielle couvre également les dégâts résultant d’une collision avec des animaux sauvages.

La casco complète est à mi-chemin entre la casco partielle et la casco collision. Cette dernière prend en charge les dommages que le conducteur cause lui-même à sa moto, par exemple en percutant un autre usager de la route.

Assurance casco complète : combien de temps est-elle intéressante ?

La conclusion d’une assurance casco complète a tout son sens pour les véhicules les plus récents, jusqu’à la quatrième année de circulation. La casco partielle se vaut jusqu’à la septième année après la première mise en circulation. Au-delà, la nécessité de cette couverture d’assurance est laissée à la libre appréciation du conducteur et dépend notamment du budget que l’on souhaite y consacrer.

Bon à savoir : l’assurance casco complète est obligatoire pour les véhicules pris en leasing.

Quelles garanties supplémentaires sont recommandées ?

Vous pouvez inclure des garanties supplémentaires dans votre couverture de base :

Effets personnels

Cette garantie couvre contre le vol ou la détérioration des objets personnels emportés par le conducteur ou son passager à la condition que le préjudice intervienne dans le cadre d’un événement couvert par l’assurance casco. Ne sont pas couverts par la garantie l’argent liquide, les cartes de crédit, les titres et les bijoux. Les appareils électroniques, les vêtements moto et le matériel professionnel risquent également d’en être exclus.

Notre conseil : les objets emportés étant, en cas de vol, souvent déjà couverts par l’assurance ménage, cette garantie n’est pas d’une nécessité absolue. Dans tous les cas, si la casco ménage (qui couvre les détériorations accidentelles causées par les membres du ménage) est incluse dans l’assurance ménage, la garantie « Effets personnels » est superflue.

Vêtements moto

En cas d’accident, la détérioration du casque et des vêtements peuvent être prises en charge si une garantie spécifique a été souscrite. Celle-ci comprend également une assurance vol, applicable lorsque le matériel dérobé se trouvait dans un contenant verrouillé ou, à défaut, lorsqu’il était sécurisé au moyen d’un antivol de casque. Chaque motocycliste déjà titulaire d’une assurance casco ménage peut s’en passer.

Dommages de parking

La garantie « Dommages de parking » couvre les rayures et les bosses causées par un tiers lorsque la moto est garée. Elle peut également couvrir les dommages de type dessins et graffitis causés par un tiers non identifié.

Notre conseil : les conducteurs propriétaires d’un véhicule neuf qui ont l’habitude de le garer sur les parkings publics devraient impérativement s’intéresser à cette couverture.

Protection de bonus 

La protection de bonus permet de ne pas voir son degré de bonus majoré suite à un premier sinistre dans l’année, comme c’est le cas dans le système de bonus-malus de la couverture responsabilité civile et casco, et donc d’éviter que la prime d’assurance n’augmente l’année suivante.

Notre conseil : ajoutez cette garantie à votre police d’assurance. Son prix est très bas, surtout comparé à une éventuelle hausse de la prime.

Bon à savoir : certains assureurs proposent des primes fixes et n’ont pas de système de bonus-malus. Cela signifie qu’en cas d’accident, la prime reste inchangée. Ces assureurs sont particulièrement attractifs pour les jeunes conducteurs, qui paient souvent des primes élevées.

Protection en cas de faute grave

Avec cette garantie, la compagnie d’assurance renonce, en cas d’infraction grave au code de la route, à réduire les prestations assurées (mécanisme que l’on appelle « droit de recours »). Par « infraction grave au code de la route », on entend par exemple le non-respect d’un signal de stop ou le dépassement de vitesse.

Notre conseil : le supplément étant généralement minime et une infraction de ce type pouvant arriver à n’importe quel conducteur, même prudent, cette garantie est vivement recommandée.

Assurance accidents, assistance et renonciation à la suspension d’assurance : à bien étudier dans le détail

Assurance accidents 

La garantie « Assurance accidents » protège le conducteur et/ou les passagers des conséquences financières d’un accident.

Notre conseil : la souscription de cette garantie s’avère surtout intéressante si vous emmenez avec vous des personnes étrangères bénéficiant d’une mauvaise couverture accidents. Si, en revanche, le conducteur et son passager sont domiciliés en Suisse, cette garantie est généralement superflue, car elle est fournie la plupart du temps par l’employeur ou par la caisse maladie. Examinez en détail votre police d’assurance afin d’éviter les doublons.

Assistance

L’assurance mobilité, aussi appelée « Assistance dépannage », vous permet d’obtenir de l’aide en cas de besoin. L’étendue de la couverture varie selon les assurances. Elle peut couvrir le dépannage, le rapatriement du véhicule, ou encore l’hébergement et le retour des usagers du véhicule.

Notre conseil : si vous adhérez au TCS ou si vous êtes déjà couvert par une assistance voyage, vous pouvez vous passer de cette assurance. Dans le cas contraire, sa souscription est recommandée. Attention : chez certains assureurs, cette couverture est automatiquement comprise dans l’assurance casco partielle.

Renonciation à la suspension d’assurance

Cette garantie permet aux motocyclistes de ne pas avoir à déposer leurs plaques d’immatriculation pendant l’hiver. La personne assurée doit bien entendu payer une prime annuelle, mais on lui concède une remise de 25 à 30 %.

Notre conseil : en fonction de votre situation personnelle, cette formule pourra être plus ou moins intéressante. Les personnes qui n’utilisent pas leur moto durant les mois d’hiver ont généralement avantage à déposer leurs plaques d’immatriculation. 

Conclusion

Pour les couvertures complémentaires, les tarifs et l’étendue des prestations spécifiques peuvent varier fortement selon l’assurance et la police. Il est donc vivement recommandé de demander plusieurs offres et de bien les comparer.

Comparez les assurances moto