Prévoyance

Assurance-vie : comment la résilier ? Est-ce une bonne idée de le faire ?

CONSEILS
|
Avec une assurance-vie, on met sa famille à l'abri. Et pourtant, il arrive que l'on envisage d'autres formes placements et que l'on souhaite la résilier. Photo : Unsplash / Daiga Ellaby

Les primes de l’assurance-vie peuvent représenter un poste de dépenses important dans le budget du ménage. Si toutefois vous souhaitez faire des économies en résiliant votre contrat, réfléchissez-y à deux fois. Il existe de bonnes raisons de ne pas le faire – mais aussi d’autres solutions vers lesquelles se tourner.

Une assurance-vie mixte permet de se constituer une prévoyance en vue de la retraite. De plus, avec un contrat de ce type, vous et votre famille êtes assurés si vous veniez à disparaître ou si vous ne pouviez plus exercer d’activité lucrative. Les contrats d’assurance-vie mixte sont très souvent conclus dans le cadre d’un pilier 3a et assortis d’échéances longues (qui peuvent courir jusqu’à l’âge de la retraite). Outre ces solutions, il existe des contrats d’assurance vie dits « risque pur », sans constitution d’épargne, qu’il est également possible de conclure dans le cadre du pilier 3a. 

Que se passe-t-il si votre situation change à tel point que la couverture de l’assurance n’est plus primordiale pour vous ? Ou si votre situation financière se dégrade tellement que vous n’êtes plus en mesure de payer les primes de l’assurance-vie ? En règle générale, l’assurance-vie risque pur peut être résiliée trois ans après sa souscription. Toutefois, une reprise ultérieure d’un contrat de ce type vous coûtera plus cher étant donné que plus le souscripteur est âgé, plus les primes sont élevées.

Est-il possible de résilier une assurance-vie de manière anticipée ?

La résiliation de l’assurance-vie mixte peut coûter extrêmement cher. Dans les premières années suivant la conclusion du contrat, la valeur de rachat d’une police mixte est nulle. En effet, cette période sert en premier lieu à amortir la commission d’acquisition versée aux agents et les frais de gestion perçus par la compagnie d’assurance.

Ce n’est qu’après cette étape qu’une part significative des primes vient constituer votre épargne auprès de l’assureur, et que ce capital commence à fructifier. Cette rémunération se compose d’un taux garanti défini contractuellement pour toute la durée de vie du contrat, et de ce qui est communément appelé une participation aux excédents : il s’agit d’une participation aux bénéfices réalisés par la société d’assurance, dont le calcul est souvent effectué dans une grande opacité. 

Dans quels cas est-il judicieux de résilier son contrat ?

Si vous souhaitez résilier votre assurance-vie parce que d’autres placements offrent de meilleurs rendements, calculez d’abord le rendement que devra atteindre le placement envisagé pour compenser les frais élevés du rachat. Le rachat d’assurance-vie souscrite dans le cadre d’un pilier 3a n’offre guère d’autre choix que celui d’une solution 3a auprès d’une banque, étant donné que le capital doit rester dans le pilier 3a jusqu’à cinq ans avant l’âge ordinaire de la retraite du souscripteur. Les transactions réalisées au sein du pilier 3a n’ont aucune conséquence fiscale car les prélèvements obligatoires n’interviennent sur ce pilier qu’au moment du retrait. Ils sont appliqués isolément de votre revenu et selon un taux d’imposition réduit.

La suspension du contrat est-elle plus judicieuse que sa résiliation ?

De nombreux assureurs proposent la libération du paiement des primes en lieu et place de la résiliation du contrat. Dans ce cas, le capital épargné jusqu’alors est maintenu auprès de l’assurance jusqu’à l’échéance ordinaire de la police. Le client ne paie plus de primes à partir de la date fixée et il place le capital déjà épargné auprès de l’assurance pour la durée restante. Pendant ce temps, la couverture d’assurance est levée. Mais attention : en cas de libération du paiement des primes, les pertes qui en découlent sont d’abord déduites de la valeur de rachat ; c’est le montant obtenu qui est ensuite utilisé pour la nouvelle police dans le cadre de laquelle il n’y a plus de primes à payer.

Comment fonctionne le prêt sur police ?

Si vous ne pouvez pas renoncer à votre couverture d’assurance en cas de décès ou d’incapacité de gain mais que vous n’êtes temporairement pas en mesure de payer les primes, prenez contact avec votre compagnie d’assurance et demandez le paiement de la prime annuelle au moyen d’un prêt sur police. Concrètement, vous prenez un crédit auprès de votre compagnie d’assurance pour financer les prochaines primes et vous amortissez cette dette une fois vos finances remises à flot.

Conclusion : avant de résilier, faites vos calculs

Une assurance-vie mixte est une couverture à long terme assortie de la constitution d’un capital. Un rachat anticipé engendre toujours des frais, surtout dans les premières années du contrat. Avant de souscrire une telle police, demandez à votre agent de calculer combien coûterait une résiliation 5, 10 et 20 ans après la signature du contrat.

Vous trouverez d’autres informations pour réduire efficacement vos dépenses, notamment d’assurance, dans cet article de notre Magazine avec des conseils et des idées autour du budget du ménage.