Prévoyance

Lacune de prévoyance chez les femmes

CONSEILS
|
Lacune de prévoyance à la retraite : ce sont surtout les femmes qui risquent d’être en situation de vulnérabilité financière. Photo : iStock / grinvalds

Dans le cadre de la prévoyance vieillesse, les lacunes touchent plus les femmes que les hommes. comparis.ch en explique les raisons et revient sur les mesures qui permettent aux femmes d’assurer une situation financière correcte.

Selon les résultats d’une enquête Comparis effectuée en septembre 2017, deux tiers des actifs suisses pensent qu’ils disposeront, avec la rente provenant de l’AVS et de la caisse de pension, de moins de 60 % de leurs revenues actuels pour vivre. Comme il est relativement fréquent de ne pas constituer de 3e pilier, des lacunes importantes peuvent en découler ; en effet, pour conserver son niveau de vie habituel, on considère qu’il est nécessaire de disposer de 70 à 80 % du dernier salaire. Ce sont surtout les femmes qui risquent d’être touchées par le problème d’une lacune à l’âge de la retraite. Plusieurs raisons permettent d’expliquer cette situation.

Proportion élevée d’emplois à temps partiel

Si, dans la moyenne suisse, les femmes exercent moins souvent que les hommes une activité professionnelle, elles sont aussi plus fréquemment employées à temps partiel. Près de six femmes sur dix exercent une activité professionnelle avec un taux d'occupation qui est inférieur à 90 %. Le modèle traditionnel dans lequel l’homme assure la subsistance du ménage et la femme s’occupe du foyer et des enfants a été supplanté par le modèle « plein temps pour l’homme – temps partiel pour la femme ». L’approche d’une naissance est une situation qui pousse classiquement les femmes à travailler moins. L’une des raisons à cela, et non des moindres, est que les possibilités de garde pour les enfants restent limitées en Suisse. Dans l’optique de la prévoyance, une occupation à temps partiel est nettement plus avantageuse que pas d’occupation du tout, mais la constitution d’un capital de prévoyance reste insatisfaisante dans la plupart des cas pour les personnes avec ce type d’emploi. Parmi les principaux facteurs, on distingue le seuil d’accès ainsi que la déduction de coordination, élevée, des caisses de pension. Ces deux éléments ont pour conséquence que la couverture des personnes à faible revenu est inférieure à la moyenne. 

Salaires plus bas et connaissances plus limitées sur la gestion de l'argent

À cela s’ajoute un autre problème : d’après l’enquête suisse sur la structure des salaires 2014, les femmes gagnent en moyenne 18 % de moins que les hommes en Suisse. Ces différences salariales s’expliquent en partie par des facteurs structurels, tels que les préférences spécifiques homme-femme dans le choix du métier, les écarts en ce qui concerne le niveau de formation ou la durée de l’activité professionnelle. Mais elles s’expliquent aussi par la discrimination salariale. Quelle que soit la nature des causes à l’échelon individuel, avec un salaire plus bas, le capital constitué au moyen de la prévoyance professionnelle obligatoire est donc plus bas, lui aussi. C'est pourquoi il est d’autant plus important d'avoir une solution de prévoyance privée supplémentaire pour éviter une lacune de prévoyance. Un autre facteur réside aussi dans le fait que l’homme continue à être plutôt celui qui se charge des questions liées à l'argent dans un foyer. Ceci étant dit, il est donc assez répandu que les femmes ne s’intéressent à la question de leur prévoyance qu’après un divorce ou peu de temps avant d’arriver à la retraite.

Les conséquences d’un divorce 

À l’heure actuelle en Suisse, un mariage sur deux se termine par un divorce. Étant donné que généralement, le patrimoine acquis durant le mariage, y compris les fonds de la prévoyance professionnelle et du pilier 3a, est réparti entre les ex-conjoints, les ressources financières encore disponibles à l’issue d’un divorce ne suffisent souvent pas à assurer le niveau de vie auquel on était habitué.

Comment faire pour assurer sa situation financière

Comme cela a été développé plus haut, les raisons pour lesquelles les femmes doivent potentiellement faire face à des lacunes de prévoyance sont multiples. Pour pouvoir profiter de sa retraite sans soucis d’argent, il est recommandé de prendre les mesures suivantes :

  • Anticiper et planifier sa prévoyance vieillesse : informez-vous le plus tôt possible sur votre prévoyance vieillesse et commencez à vous constituer un capital vieillesse à un âge jeune. Pour cela, pensez à avoir recours aux trois piliers (AVS, caisse de pension et prévoyance facultative). Commencez dès votre 40e année à planifier votre prévoyance de manière concrète et faites-vous conseiller par un professionnel.
  • Constituer une prévoyance privée : effectuez des versements réguliers sur votre compte de pilier 3a. Il s'agit de l’une des mesures essentielles pour combler d’éventuelles lacunes de prévoyance, notamment lorsque les cotisations au 1er et au 2e piliers sont plutôt modestes. Commencez le plus tôt possible, même si les montants sont faibles, et profitez de cette façon de la capitalisation des intérêts. Cela demande toutefois de disposer d’un revenu salarial soumis à l’AVS.
  • Renforcer le 2e pilier : penchez-vous sur les conséquences à long terme d’une activité à temps partiel. Vous avez par exemple la possibilité d’augmenter votre taux d’occupation afin d’atteindre le seuil du salaire minimal pour la caisse de pension, ou bien de travailler au-delà de votre 64e année. Il est possible de combler une lacune de prévoyance éventuelle par un rachat. Cela concerne particulièrement les femmes ayant réduit ou interrompu leur activité lucrative durant la période de maternité, qui ont souvent la possibilité d’effectuer des rachats relativement élevés dans de 2e pilier.
  • Combler les lacunes de prévoyance AVS : si vous ne parvenez pas à la cotisation minimale annuelle (actuellement 482 francs), il est conseillé de combler impérativement la différence chaque année. En effet, pour chaque année de cotisation AVS manquante, la rente est réduite d’un 44e. Attention : les années manquantes peuvent être rachetées dans un délai de cinq ans.

Vous ne souhaitez pas vous occuper vous-même de votre prévoyance ?

Conclusion

Même dans un pays aussi prospère que la Suisse, certaines personnes – et notamment les femmes – ne sont pas à l’abri de problèmes d’argent une fois à la retraite. Voilà pourquoi il est important d’anticiper et de planifier en prenant les mesures nécessaires pour se prémunir d’une telle situation.