Caisses maladie

Le coronavirus fait exploser le modèle Telmed

ANALYSES
|
Photo : iStock / M_a_y_a

Pendant le confinement, la demande de services de télémédecine est montée en flèche. Une analyse réalisée par Comparis montre que de nombreuses personnes assurées en dehors du modèle Telmed se sont également mises en relation avec un médecin par téléphone ou Internet.

Pendant le confinement, du 16 mars au 27 avril 2020, les interventions médicales non urgentes étaient interdites, et de nombreux établissements médicaux ont gardé portes closes. Qui plus est, chez de nombreux patients, la peur d’une contamination était telle que les salles d’attente de nombreux médecins, thérapeutes et hôpitaux sont restées vides. Cette situation a profité aux consultations par téléphone et Internet. En effet, durant cette période, les prestataires de télémédecine ont enregistré une hausse de la demande pour ce service comprise entre 20 et 650 %.

« De peur d’être infectés au coronavirus en se rendant dans un cabinet médical, de nombreux patients ont mis de côté les réserves qu’ils pouvaient avoir sur la consultation par téléphone ou Internet », explique Felix Schneuwly, expert Assurance maladie chez Comparis.

Forte hausse de la demande des assurés hors Telmed

Les chiffres des prestataires de télémédecine le confirment : pendant le confinement, ce sont avant tout les personnes affiliées à l’assurance de base sans le modèle Telmed qui ont eu recours à la téléconsultation. Contrairement aux assurés Telmed, ces patients ne sont pas tenus de contacter en premier lieu un prestataire Telmed en cas de problème de santé.

En revanche, la part des assurés Telmed qui ont eu recours à la téléconsultation a diminué selon les deux géants du secteur Medgate et Santé24 : les visites médicales non urgentes prévues pendant le confinement ayant été repoussées, aucune prise de contact virtuelle préalable n’était nécessaire.

Dans de nombreux cas, une téléconsultation n’entraîne aucune visite chez le médecin

L’explosion des téléconsultations pendant la crise a par ailleurs montré que bon nombre des problèmes de santé peuvent être traités directement, que ce soit par téléphone ou à l’occasion d’une téléconsultation en ligne, c’est-à-dire sans qu’une deuxième consultation ne soit nécessaire. Chez Onlinedoctor.ch, cela concerne 87 % des cas, un taux qui a pu être maintenu durant le confinement. Chez Medi24, pendant cette période, 70 % des patients ont pu être traités sans qu’une consultation physique soit nécessaire après coup.

Les téléconsultations médicales ne sont pas seulement moins chères : elles sont aussi de qualité. C’est ce dont témoigne le niveau de satisfaction. Soignez-moi.ch invite ainsi ses patients à remplir un questionnaire à l’issue de la consultation, puis une semaine après la clôture du cas. D’après Romain Boichat, fondateur de la plateforme, 91 % des clients sont très satisfaits de leur consultation.

« Au vu notamment des expériences positives qu’en ont faites les assurés qui n’y avaient pas adhéré, on peut s’attendre à ce que le modèle Telmed gagne en popularité de manière durable », selon F. Schneuwly. Il suppose qu’à la prochaine échéance fixée pour le changement de caisse maladie, à l’automne, les assurés vont être bien plus nombreux que les années précédentes – y compris, pour une large part, les séniors – à opter pour le modèle Telmed.

Actuellement, près de 15 % des assurés au régime de base y ont souscrit. Avec le modèle Telmed, les assurés bénéficient en effet d’un rabais par rapport à l’assurance de base standard (de 15 à 20 % environ).