Jeune conducteur

Dépannage : qui vous vient en aide quand votre voiture ne veut plus avancer ?

CONSEILS
|
En Suisse, il existe trois clubs automobiles différents proposant un service de dépannage à leurs adhérents. Photo : Thinkstock

Votre voiture est tombée en panne et vous allez devoir appeler un dépanneur. Attention, si vous choisissez le premier sur lequel vous tombez, cela risque de vous coûter cher.

Presque tous les automobilistes ont déjà fait cette expérience désagréable : la batterie est vide, le moteur ne veut pas démarrer ou le réservoir d’essence est à sec. Bref, votre chère voiture a rendu l’âme et vous devez appeler le service de dépannage. En tant que jeune conducteur, tu devrais, toi aussi, envisager ce cas de figure avant qu’il n’arrive. Certes, tu ne pourras peut-être pas prévenir la panne, mais tu pourras éviter des frais supplémentaires. En effet, appeler n’importe quel dépanneur risque de te coûter cher. Mieux vaut donc prévenir que guérir : nos trois conseils en matière de dépannage te seront très utiles.

Conseil no 1 : le club automobile paie
En Suisse, tu as le choix entre trois clubs automobiles proposant un service de dépannage à leurs adhérents : le Touring Club Suisse (TCS), l’Automobile Club de Suisse (ACS) et l’Association transports et environnement (ATE). Si tu adhères à un de ces clubs, tu pourras profiter du service de dépannage en cas d’urgence, et ce, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Ce service a toutefois un prix, à savoir la cotisation.

Si tu as moins de 25 ans, la cotisation annuelle, service de dépannage compris, te coûtera 66 francs au TCS. L’ATE ne réclame, elle, que 60 francs par an. À première vue, l’ACS est le club le plus cher : la cotisation, service de dépannage inclus, est de 90 francs la première année, elle dépend de la section les années suivantes.

Tu te dis que le choix va être facile ? Pas du tout. Le TCS et l’ATE sont certes moins chers, mais ils assurent le dépannage uniquement en Suisse et au Liechtenstein. En revanche, l’ACS intervient dans toute l’Europe. Au TCS et à l’ATE, cette prestation entraîne des frais supplémentaires. Les trois clubs réparent si possible la voiture sur place et, le cas échéant, ils prennent en charge les frais de remorquage et de dégagement, les frais en lien avec la poursuite du voyage sans sa propre voiture et les frais d’hébergement.

N’hésite pas à en parler à tes parents : s’ils adhèrent à un club de mobilité, tu pourras peut-être en tant que membre de la famille profiter du service de dépannage lors de tes déplacements.

Conseil no 2 : l’assurance automobile vient à la rescousse
Tu peux éventuellement décider de ne pas adhérer à un club de mobilité sans pour autant devoir payer le dépanneur de ta poche. En effet, le service de dépannage est souvent compris dans l’assurance responsabilité civile automobile, casco ou casco partielle. Mieux vaut donc y regarder à deux fois avant de choisir une assurance : si tu n’as pas envie d’adhérer au TCS, à l’ATE ou à l’ACS pour profiter du service de dépannage, nous te conseillons de vérifier si ton contrat d’assurance inclut ce service avant de le signer.

Chez Allianz Suisse et la Mobilière, le service de dépannage est même compris dans la responsabilité civile. De nombreux autres assureurs le proposent avec l’assurance casco complète ou partielle. Parfois, le service de dépannage peut être ajouté à l’assurance casco, c.-à-d. moyennant un supplément. Mais souvent, souscrire une assurance casco pour une voiture d’occasion n'est pas intéressant. Dans ce cas, tu devras faire appel à un club automobile pour le dépannage.

Conseil no 3 : le constructeur automobile se charge de tout Si tu conduis une voiture neuve, tu n’as aucune démarche à faire. De nombreux constructeurs proposent une garantie de mobilité de plusieurs années. En d’autres termes, si tu tombes en panne, ils se chargent de la réparation sur place, du remorquage, du véhicule de remplacement et des frais de garagiste. Cela a l’air intéressant, mais, pour la plupart des gens, ce n’est pas d’une grande utilité. En effet, les nouveaux véhicules tombent en règle générale rarement en panne et ils sont tout simplement trop chers pour de nombreux jeunes conducteurs. Et si la peinture est égratignée ou l’aile cabossée – ce qui peut arriver aux jeunes conducteurs – le service de dépannage du constructeur ne servira à rien.