Prestations

Voir et entendre mieux : qui paie les frais ?

INFO
|
Les lunettes et les appareils auditifs peuvent être très chers – mais est-ce que la caisse maladie les rembourse ? Photo : iStock.com / AIMSTOCK

L’assurance de base obligatoire ne paie les lunettes et aides auditives que sous certaines conditions. Dans certains cas, l’AI ou l’AVS intervient. Une assurance complémentaire peut s’avérer utile. Comparis fait le point de la situation.

Voir mieux

Plus de deux tiers des Suisses portent des lunettes ou des lentilles de contact ; à partir de 65 ans, ils sont même environ 90 % dans ce cas. Mais qui prend les frais en charge ? 

L’assurance de base obligatoire contribue aux frais de verres correcteurs et de lentilles de contact uniquement dans les conditions suivantes :

  • Les enfants jusqu’à l’âge de 18 ans révolus bénéficient d’une contribution de180 francs maximum par an, après déduction de la franchise et de la quote-part. Seulement sur ordonnance d’un ophtalmologue.
  • Dans les cas liés à une maladie de type diabète, cataracte, troubles des muscles oculomoteurs (nystagmus), vue faible ou prise de médicaments ainsi qu’en cas d’opération des yeux par exemple pour un glaucome, l'assurance de base paie le tarif ambulatoire ou stationnaire conventionné.

Pour résumer, l’assurance de base ne paie que dans certains cas particuliers. D’où l’importance de ne pas payer, en plus, des primes d'assurances trop élevées :

Outre cette couverture d'assurance, il existe une assurance complémentaire ambulatoire couvrant les verres correcteurs voire les montures. Cela dit : il n’y a pas d’assurances spécifiques aux lunettes mais uniquement des packages qui, entre autres, incluent également les aides visuelles. Le coût d’un package est souvent bien supérieur aux prestations d'assurance annuelles de 150 à 200 francs.

Ce qu’il faut savoir à la conclusion d’une assurance complémentaire, à lire ici.

Les traitements laser des yeux sont eux aussi uniquement couverts par l'assurance de base sous certaines conditions, p. ex. en présence d’un écart important dans les troubles de la vue d’un œil à l’autre. Là encore, il est possible de conclure des assurances complémentaires qui peuvent, entre autres, rembourser jusqu’à 1000 francs des frais.

Renseignez-vous !

Les troubles de la vue ne peuvent pas tous être corrigés avec une aide visuelle. Les maladies des yeux, comme la cataracte par exemple, impliquent tôt ou tard une opération. Dans ce cas, la lentille naturelle défaillante est remplacée par une autre, artificielle.

Lorsque le patient est atteint d’un glaucome, il est également important d’intervenir rapidement : la pression dans l'œil comprime le nerf optique et si elle n'est pas baissée, il y a un risque de perdre la vue. Le plus souvent, des gouttes ophtalmiques ou un traitement au laser suffisent. Mais dans certains cas, une opération est inévitable.  

Ces interventions ne sont généralement pas pris en charge par la caisse maladie. Le coût de lunettes de créateur ou de lentilles de contact après une opération effectuée par un praticien de renom sont des frais de maladie et d’handicap remboursables par l’assurance invalidité

Avant l’opération, demandez une garantie de prise en charge des frais à votre caisse maladie. Notamment si l’intervention est effectuée en stationnaire, car celle-ci n’est couverte qu’en présence d’une raison médicale évidente. Par ailleurs, le choix de l’implant oculaire a des répercussions financières : l’assurance de base ne rembourse que les implants standard ; pas les caractéristiques supplémentaires (asphérique, torique, multifocal).

Vous souhaitez vous faire opérer des yeux et être pris en charge du mieux possible ? Renseignez-vous sur les cliniques ophtalmologiques adéquates :

Entendre mieux

Environ un Suisse sur dix interrogé déclare souffrir de troubles auditifs. Pourtant, moins de la moitié des personnes concernées (41 %) porte un appareil auditif. Ce, alors que les spécialistes conseillent de s’appareiller le plus tôt possible. Car attendre trop longtemps comporte le risque d’isolation sociale, de dépression voire de perte de capacités intellectuelles.

Mais un appareil auditif n’est pas donné : entre 600 et plusieurs milliers de francs selon le modèle. Dans l’idéal, on équipe les deux oreilles – et la note est encore multipliée par deux. Alors, qui paie ?

Les appareils auditifs ne sont pas considérés comme des « moyens auxiliaires », qui sont remboursés par la caisse maladie dans le cadre de l'assurance de base – ils ne figurent pas sur la Liste des moyens et appareils (LiMA).

Cela dit, les personnes souffrant d’une déficience auditive ne doivent pas assumer seul les frais pour autant. L’achat, le suivi et l’entretien d'appareils auditifs est du ressort des assurances sociales (AI/AVS).

Dans quels cas l’assurance invalidité (AI) rembourse-t-elle les frais ?

En cas de perte de l’audition de 20 % minimum à l'âge d'éligibilité (valable tous les 6 ans).

Dans quels cas, l'Assurance-vieillesse et survivants (AVS) rembourse-t-elle les frais ?

Après le départ à la retraite et une perte de l’audition de 35 % minimum (valable tous les 5 ans).

Que remboursent l’AI et l’AVS ?

Appareils auditifs AI AVS
Un appareil 840 francs* 630 francs
Deux appareils

1650 francs*

630 francs**
Piles (par an)

Appareillage monaural 40 francs 0 franc
Appareillage binaural 80 francs 0 franc
Réparations

Électronique 200 francs 0 franc

*Pour les enfants et adolescents, l’AI rembourse jusqu’à 2830 francs pour un appareil auditif et 4170 francs pour deux appareils (valable tous les 6 ans).

**IMPORTANT : à partir du 1er juillet 2018, le forfait AVS pour deux appareils passe à 1237,50 francs. 

Conseil : certains professionnels de l’audition prennent en charge la différence entre les deux forfaits AVS (630 francs et 1237,50 francs) pour des raisons de marketing. Renseignez-vous auprès de votre audioprothésiste, surtout si vous allez bientôt prendre votre retraite. Car dans ce cas, vous profitez encore d’une contribution AI plus élevée, qui sera maintenue une fois à la retraite (sauvegarde des acquis).

Une assurance complémentaire peut être utile

Le forfait AVS de 630 francs est prévu pour couvrir 75 % des frais d’un appareil simple et fonctionnel, ajustement et entretien compris. Mais au coût de 2500 francs en moyenne par appareil et entretien, les personnes concernées se retrouvent avec des milliers de francs à leur charge. Dans ce cas également, il peut être utile de souscrire une assurance complémentaire ambulatoire, qui couvre les moyens auxiliaires comme les appareils auditifs mais aussi les semelles orthopédiques et les tensiomètres. 

Le choix est vaste parmi les assurances complémentaires ambulatoires. De plus, il n’est pas toujours possible de combiner entre elles des prestations à part comme les contributions aux aides visuelles ou aux appareils auditifs. Il est alors d’autant plus important de bien comparer, tant les différents éléments que les primes.