Maladies et symptômes

Rhume des foins : l'allergie au pollen en 6 questions

CONSEILS
|
Photo : iStock / Kontrec

Les yeux qui pleurent et le nez qui coule : pour les personnes allergiques, le printemps rime avec calvaire. L'allergie au pollen en six questions avec Comparis.

1. Comment le corps réagit-t-il au pollen chez les personnes allergiques ?

Le rhume des foins se manifeste à la suite d’une réaction excessive du corps au pollen. En cas d'allergie, le système immunitaire humain devient incontrôlable : il produit des anticorps contre certaines protéines présentes dans les arbres et les herbes – au prochain contact, il libère des histamines. Conséquence : les vaisseaux se dilatent, causant une inflammation de la muqueuse nasale et de la conjonctive des yeux. Les bronches, au contraire, se resserrent. Enfin, les histamines favorisent les processus inflammatoires. Bref, les histamines causent des symptômes pénibles qui font regretter l’hiver aux personnes allergiques.

À court terme, une allergie au pollen est le plus souvent sans danger pour la santé. Il est néanmoins important d’en parler à un médecin. Car si les symptômes ne sont pas traités, ils peuvent, à long terme, entrainer de l’asthme chronique.

2. Quelle est la cause de l'allergie au pollen ?

Le nombre de personnes touchées par le rhume pollinique s’est multiplié par vingt au cours des cent dernières années. Les causes exactes pouvant expliquer cette recrudescence d’allergies au pollen ne sont pas encore clairement établies, mais l'aspect héréditaire joue sûrement un rôle. Le climat, aussi, semble contribuer au fait que de plus en plus de personnes souffrent de rhinite allergique. En effet, les spécialistes estiment que la pollution de l'air et le changement climatique sont responsables de cette tendance. Plus les saisons chaudes sont longues et arides, plus les plantes hautement allergènes comme l’ambroisie prolifèrent. En outre, une hygiène excessive et le manque de contact avec des animaux peuvent avoir un effet défavorable sur le système immunitaire.

3. À quelle période débute la rhinite saisonnière ?

C’est souvent dès le mois de février, à l'arrivée des premiers bourgeons de noisetiers et d’aulnes – à floraison précoce – que débute le grand bal des éternuements et des nez encombrés... et cela dure jusqu’en septembre. Le printemps, quand tout bourgeonne, marque le pic de la saison. Ce sont avant tout le bouleau et les herbacées qui suscitent des réactions allergiques. Sur les 3500 plantes en Suisse, il y en a une vingtaine qui causent de l'allergie au pollen. Si cela semble anodin, environ 1,2 million de personnes en Suisse souffrent du rhume des foins.

Pour savoir ce qui fleurit à quel moment, l’application «Pollen-News» de aha! Centre d'allergie Suisse s'avère pratique. De quoi voir en un coup d'œil où se trouve quelle concentration de pollen dans l’air, depuis le smartphone.

Pour savoir précisément ce qui fleurit à quel moment, téléchargez le Calendrier pollinique pour la Suisse, qui livre un bon aperçu. 

4. Quels médicaments peuvent soulager le rhume des foins ?

Les personnes affectées par une allergie ont plusieurs moyens d'apaiser leur maux. En voici une liste non exhaustive :

Bon à savoir : si vous avez recours aux antihistaminiques, sachez qu’ils sont réellement efficaces quelques jours après la première prise seulement. En d’autres termes, il ne suffit pas de prendre un comprimé uniquement lorsque vous ressentez une réaction allergique. Mieux vaut débuter le traitement peu avant le début de la saison et ne pas l’interrompre, p. ex. au motif qu’il pleut. La prise prolongée d’antihistaminiques est particulièrement indiquée pour les personnes souffrant d'une allergie prononcée, qui obtiendront ainsi une efficacité optimale. Si vous n’avez qu'une allergie légère, une prise de médicaments occasionnelle suffit.

Pensez toutefois que, même si les médicaments sont délivrés sans ordonnance, il est conseillé de vous renseigner sur d’éventuels effets secondaires. Les antihistaminiques de première génération, par exemple, entraînent souvent une fatigue importante. Ils sont donc à prendre avec précaution au volant ou aux commandes de machines. Ces effets indésirables sont plus rares avec les formules de deuxième génération mais peuvent, en revanche, susciter des maux de tête ou des vertiges.

Si les troubles sont forts ou durent plusieurs années, il est utile de consulter un médecin. De nombreuses préparations à base de cortisone, antihistaminique ou spray nasal, sont disponibles uniquement sur ordonnance

À long terme, ces médicaments peuvent peser lourd sur le budget. L'assurance de base subventionne uniquement les préparations figurant sur la liste des spécialités officielle de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) et délivrées sur ordonnance médicale. En d’autres termes, si vous n'avez pas conclu d’assurance complémentaire couvrant cette prestation, les médicaments achetés de votre initiative et sans ordonnance seront à votre charge.


5. Quels sont les avantages des génériques ?

Selon le degré et la durée des troubles, les personnes allergiques dépensent jusqu’à plusieurs centaines de francs par an pour des médicaments. Toutefois, en étant vigilant, on peut économiser beaucoup d'argent – grâce à des répliques de médicaments, appelés génériques. Il s'agit de préparations identiques à l’original quant au principe actif, au dosage ou à la forme galénique. Ils arrivent sur le marché quand le brevet d'un médicament original est tombé dans le domaine public – et sont bien plus avantageux que l'original, à savoir au minimum 20 % moins cher. Cela peut être intéressant, surtout si vous en prenez pendant plusieurs mois.


6. Comment me protéger du pollen au quotidien ?

Les personnes sensibles aux pollens devraient toujours avoir suffisamment de médicaments à portée de main, surtout au printemps. Il existe des moyens simples de se protéger du pollen au quotidien et de réduire la réaction allergique. Voici notre liste de conseils pratiques.

  • Aérer au bon moment : le matin en ville, plutôt le soir à la campagne. En dehors de ces périodes, les fenêtres et les portes doivent être tenues fermées.
  • Nettoyez votre logement avec un chiffon humide.
  • N'utilisez les mouchoirs qu'une seule fois.
  • Rincez-vous le nez à l'eau salée.
  • En voiture, si vous n'avez pas installé de filtre à pollen, coupez la ventilation.
  • Évitez la poussière : ne vous changez pas dans votre chambre.
  • Avant d'aller vous coucher, lavez-vous les cheveux et changez les draps.
  • Installez un voile antipollen aux fenêtres.