Hypothèque

Baromètre des Hypothèques au 4e trimestre 2017 : des signes de hausse

ANALYSES
|
Les hypothèques à taux fixe sont à la hausse. Photo : iStock

Les hypothèques à taux fixe évoluent environ au même niveau en début d'année qu’au trimestre précédent. Dans l’intervalle, les signes de hausse se multiplient. L’interest Rate Swap pour les hypothèques à taux fixe sur dix ans, par exemple, a fortement grimpé depuis mi-décembre, ce qui indique que les frais de couverture continuent de croître. En outre, la demande en durées moyennes s’est sensiblement accrue au dernier trimestre. C'est ce que révèle le dernier Baromètre des Hypothèques de comparis.ch.

Les hypothèques à taux fixe sur dix ans ont reculé de 0,02 point de pourcentage en comparaison avec le trimestre dernier, s’établissant à 1,45 % à la fin du quatrième trimestre. On note une légère progression par rapport au trimestre précédent pour les taux indicatifs des hypothèques à échéances moyennes, de 1,07 % à la fin du troisième trimestre à 1,10 % en début d’année. Peu de changement, en revanche, pour les taux des hypothèques à échéances courtes : ils se situent à 0,96 % en fin de trimestre, soit seulement 0,01 point de pourcentage au-dessus du niveau atteint au trimestre précédent.

Les signes d’une hausse des taux se multiplient

Les taux étant bas, prendre une hypothèque semble avantageux en ce moment. « Les belles perspectives conjoncturelles pour la Suisse et l’Europe ainsi que l’annonce de la Banque centrale européenne de progressivement cesser le programme de rachat de titres obligataires et de relever les taux probablement à l’horizon 2019, pourraient également pousser la Banque nationale suisse à revoir les taux à la hausse d’ici peu », explique Marc Parmentier, expert Banque chez comparis.ch.

Un avis que partagent visiblement aussi les preneurs d’hypothèque. En effet, l’Interest Rate Swap pour les hypothèques à taux fixe sur dix ans monte en flèche depuis mi-décembre. Signe que les demandeurs d’hypothèques s’attendent à une hausse des taux.

Si les hypothèques sont avantageuses en ce moment grâce aux taux bas, il est toujours utile de négocier les conditions des établissements hypothécaires. Et Marc Parmentier de préciser que : « Une hypothèque représente une somme élevée. Il est alors d’autant plus utile de ne pas se jeter sur la première offre. Aujourd'hui, en négociant bien, il est possible de conclure une hypothèque à taux fixe sur dix ans autour de 1,2 %. »

 

Transfert vers les durées moyennes

Si les durées longues sont toujours les plus recherchées parmi les demandeurs d’hypothèques, la part de demande de celles-ci continue de reculer. En effet, la demande en durées longues a (proportionnellement) baissé de près de dix points de pourcentage en comparaison avec l’année précédente, s’établissant aujourd’hui à tout juste 79 %. L'année dernière, elle était encore de 88 %. Le recul proportionnel de la demande a bénéficié aux échéances moyennes, qui gagnent en popularité. Ainsi, 18,5 % des hypothèques à taux fixe ont été conclues à moyenne échéance, soit une croissance de 7,5 points de pourcentage par rapport à l’année précédente.

Les durées courtes, quant à elles, ont perdu en attrait : la demande d’hypothèques à échéance courte, qui avait pourtant augmenté au cours de l’année dernière, a connu un léger recul au dernier trimestre. En effet, 3 % des hypothèques à taux fixe ont été conclues pour une durée inférieure à quatre ans. Au trimestre précédent, la part des durées courtes sur l’ensemble des échéances demandées était encore de 3,7 %.

ACHTUNG Zeile 93