Droit et législation

Airbnb : conseils pour les locataires et les loueurs

CONSEILS
|
Airbnb rencontre un succès croissant, mais que l’on soit locataire ou loueur, il convient de tenir compte de certaines choses. Photo : iStock.com/Sidekick

Brève escapade ou voyage sac au dos de plusieurs semaines : si vous pouvez facilement et volontiers renoncer aux hôtels all-inclusive bondés avec de bruyantes animations pour touristes, ce sont les plateformes de location d’hébergements privés qui entrent en jeu, comme Airbnb. Nous vous indiquons ci-après les points auxquels il faut faire attention, que l’on soit locataire ou loueur.

Conseils pour les locataires

Faites attention aux détails

Avant de louer un logement, prenez le temps de bien lire l’offre. Lisez attentivement la description du logement et des équipements ainsi que le règlement interne, au lieu de les survoler rapidement. La taille du logement est-elle suffisante pour vous ? Devez-vous éventuellement partager le logement avec votre loueur ? Il est recommandé, avant la recherche, d’utiliser les filtres pour définir préalablement quelques critères.

Lisez les évaluations

Si votre loueur propose son logement depuis un certain temps déjà sur la plateforme, il est bon de tenir compte des évaluations des autres clients. Ne vous contentez pas de regarder le nombre d’étoiles, lisez aussi attentivement les évaluations les plus récentes. Si, par exemple, les locaux n’étaient pas propres ou si le loueur n’a pas brillé par son amabilité, vous en serez généralement informé dans les commentaires.

Ne payez que via Airbnb

La plateforme le stipule clairement : « Communiquez toujours via Airbnb. Pour protéger votre paiement, ne transférez jamais d’argent et n’établissez pas de contact en dehors du site ou de l’application Airbnb. » Si vous faites un virement ou payez en espèces, vous risquez d’être escroqué et de ne plus jamais revoir votre argent le cas échéant. Pour votre propre sécurité, exécutez vos paiements toujours directement via la plateforme. 

Ne faites jamais « d’affaire » en privé

C’est parce que les loueurs veulent éviter la commission Airbnb qu’ils privilégient les opérations privées. N’acceptez jamais cette offre, vous risquez de vous retrouver sans hébergement sur votre lieu de vacances une fois que vous aurez payé. Quant au remboursement, vous pouvez bien entendu faire une croix dessus…

Faites attention aux conditions d’annulation

Les conditions d’annulation de la location sont laissées à la libre appréciation du loueur. Étudiez-les correctement pour savoir si elles sont acceptables pour vous. Si vous devez annuler votre voyage à brève échéance, vous pouvez demander à votre loueur un remboursement plus élevé, en sachant toutefois que le montant est laissé à l’appréciation de ce dernier. 

Si le motif de l’annulation est un cas d’urgence ou des circonstances particulières, Airbnb peut, dans certains rares cas, en faire le constat et annuler les conditions du loueur. Les circonstances particulières peuvent être par exemple un décès, une blessure grave ou des avertissements aux voyageurs. Pour en savoir plus, consultez directement Airbnb.

Passez l’hébergement au crible.

Vous êtes arrivé à l’hébergement de vos rêves et vous vous sentez immédiatement comme chez vous ? Formidable ! Il ne faudrait toutefois pas manquer de faire une petite visite de contrôle : tous les appareils fonctionnent-ils ? Tous les objets promis sont-ils présents ? L’état du logement est-il conforme à la description ? Si vous trouvez des défauts, consignez-les par écrit et faites de préférence des photos pour vous protéger après votre départ. Le cas échéant, vous aurez peut-être la chance d’être remboursé après le séjour.

Vérifiez votre assurance responsabilité civile

Ne partez pas d’emblée du principe que votre assurance responsabilité civile privée couvre tous les dommages en vacances. Vérifiez attentivement votre police d’assurance avant le départ. Vous serez ainsi rassuré si vous cassez quelque chose. Dans tous les cas, signalez immédiatement tout dommage à votre loueur.

Conseils pour les loueurs

Demandez l’autorisation du bailleur

Si vous souhaitez proposer à la location sur Airbnb le logement que vous louez à titre privé ou certaines pièces de celui-ci, vous devez demander l’autorisation de votre bailleur. Les règles de location via Airbnb sont les mêmes que celles qui régissent une sous-location du logement. Vous devez indiquer à votre bailleur les conditions exactes de sous-location via Airbnb. En principe, vous devez demander l’autorisation à chaque nouvelle location sur Airbnb. Certains bailleurs attribuent toutefois une autorisation à durée limitée pour une location du logement ou d’une chambre via Airbnb, afin de ne pas devoir demander une autorisation à chaque fois. Le bailleur peut alors décider s’il autorise la sous-location ou non. En principe, le bailleur n’est pas en droit de restreindre votre droit d’utilisation du logement sans motif. Il peut cependant refuser la sous-location s’il en résulte des inconvénients pour lui. Les raisons peuvent être, par exemple, une rotation exagérée de sous-locataires, une suroccupation, un changement d’utilisation, des nuisances sonores ou des désagréments pour les autres locataires.

Ne demandez pas de prix excessifs

Si vous proposez votre logement via Airbnb, vous ne pouvez pas demander de prix exagérés. Vous pouvez néanmoins demander un prix raisonnable pour le nettoyage et l’aménagement.

Tenez compte des interdictions de modifier l’affectation du logement

Dans certaines villes, il faut non seulement demander l’autorisation au bailleur mais aussi aux autorités compétentes, pour pouvoir sous-louer son logement. Veillez à vous renseigner correctement : si votre sous-location n’est pas autorisée, vous risquez, le cas échéant, une amende salée. 

Convenez d’une caution

Si vous avez des locataires, un sinistre peut arriver à tout moment dans le logement. En tant que loueur, rien ne vous oblige à demander une caution. Mais pour jouer la carte de la sécurité, vous pouvez en définir une dans votre annonce afin de régler d’éventuels dommages. Voici comment ça marche avec la caution via Airbnb.

Pensez à l’imposition

Si vous avez réalisé un revenu avec la sous-location de votre logement, celui-ci doit être déclaré et il est soumis à la loi sur la TVA, du moins lorsque le montant de la sous-location dépasse celui du loyer principal. L’Office des finances compétent peut vous fournir des renseignements précis à ce propos.

Tenez compte des dispositions régionales

Certaines villes ou communes prélèvent des taxes de séjour et autres impôts. Prenez également en considération les directives régionales en matière de protection incendie. 

Déclarez les locataires étrangers

Si vous hébergez des locataires étrangers, vous êtes tenu de les déclarer conformément à la loi fédérale sur les étrangers.

En principe, il est conseillé de vous renseigner sur vos obligations avant de louer auprès de la commune compétente et de la police cantonale. Comme cela, vous ne prenez pas le risque de recevoir une amende. Pour en savoir plus, voici des informations complémentaires sur les responsabilités en tant que hôte louant son bien.

Vous êtes encore à la recherche de la location parfaite ?

Nous serions heureux que vous participiez à notre brève enquête au sujet de Airbnb. Un grand Merci !

 

Ces articles pourraient également vous intéresser :

Remise du logement : quels sont les dommages à la charge des locataires ?
Droit du bail : barbecue sur le balcon – sans ennuis avec le voisin