Achat et leasing

Malgré la mauvaise presse : les Suisses plébiscitent le secteur automobile

ÉTUDES
|
Malgré la mauvaise presse, la confiance des Suisses dans le secteur automobile n'a pas faibli. Photo : iStock / nd3000

Face aux manipulations des émissions polluantes diesel et aux expérimentations animales, les Suisses restent de marbre : ils sont 80 % à trouver le secteur automobile au moins aussi séduisant que l’année passée. Une personne sur deux se passionne également pour le Salon de l’automobile de Genève. C'est ce que révèle une enquête de comparis.ch 

Après le scandale des manipulations concernant les émissions truquées de véhicules diesel, cet hiver a été marqué par de nouvelles révélations sur des expérimentations animales aux fins de mesure des gaz d’échappement. Une enquête représentative de comparis.ch révèle que les Suisses y sont indifférents. Ils continuent à se montrer favorables au secteur automobile.

La mauvaise presse laisse 80 % des répondants indifférents

Parmi les personnes interrogées, 80 % déclarent explicitement ne pas être influencées par les révélations dans la presse. Elles sont plus de la moitié à trouver le secteur automobile au moins aussi formidable que l’année dernière alors que pour 18 % d’entre elles, cette industrie est même devenue encore plus séduisante au cours des douze derniers mois par rapport à 2016. Dans ce cas, elles citent deux raisons de manière égale : les innovations des fabricants et les nouveaux modèles. 

D’une manière générale, les Suisses ont une vision positive des voitures. En effet, 44 % des sondés déclarent que le secteur automobile leur paraît séduisant, voire très séduisant. Pour certains répondants, les voitures suscitent des émotions positives ou sont même un symbole du statut social. Parmi les personnes interrogées, seul 1,3 % indique précisément que la voiture procure des émotions négatives. 

Pour une personne sur cinq seulement, la confiance dans l’industrie automobile a été égratignée au cours des douze derniers mois. Les manipulations des émissions polluantes révélées en 2016 sont la raison principalement invoquée par les répondants. Pour justifier ce revirement d’opinion, les expérimentations sur les animaux sont, quant à elles, citées deux fois moins souvent.

Quatre cinquièmes des Suisses plébiscitent le Salon de l’automobile de Genève 

La confiance dans la voiture se reflète également dans l’opinion générale à l’égard du Salon de l’automobile de Genève, lequel débute aujourd'hui. Un Suisse sur deux estime que ce rendez-vous de l’industrie automobile est positif et se passionne même pour le Salon de l’automobile. Quatre cinquièmes des participants à l’enquête sont persuadés que cette grand-messe continuera à avoir lieu dans dix ans. 

Selon Harry H. Meier, Expert Mobilité de comparis.ch, les consommateurs distinguent nettement entre la mauvaise presse et le choix effectif d’acheter une voiture : « Certes, la part des nouvelles immatriculations de voitures diesel a reculé au cours de l'année passée. Mais l’achat d’une voiture en soi n'est pas remis en question. Les ventes de véhicules neufs en Suisse restent stables, à plus de 300 000 véhicules par an. »