Assurance

Sinistres cabriolet : précautions et conditions d'assurance

CONSEILS
|
Sortie en cabriolet au soleil couchant : comment résister en été ? Photo : iStock.com / courtneyk

Les cabriolets ont un charme fou. Mais ils ne sont pas vraiment pratiques. Si vous rêvez d’un cabriolet, réfléchissez-y un moment avec la tête – avant de décider avec le cœur. Nous vous disons tous les points à observer et vous présentons les dommages que l'assurance prend en charge.

Dès l’arrivée des premiers rayons de soleil, on en redemande. C'est le moment d’abaisser le toit du cabriolet. Quitte à en avoir un, autant rouler cheveux au vent dès que les conditions le permettent. Seulement, les cabriolets demandent plus d'attention que d’autres voitures. Sinon gare aux frais, qui peuvent être salés. Certains dommages sont caractéristiques des cabriolets – mais l’assurance n’intervient pas toujours :

Dommages caractéristiques des cabriolets

1. Il pleut dans la voiture

Scénario :
Vous êtes soudainement pris par une averse.

Assurance :
Dans pareil cas, le dommage n’est pas à la charge de la compagnie. Certes, l'assurance casco partielle couvre les dégâts naturels, mais en ce qui concerne l’eau, ils ne s’appliquent qu’aux crues et inondations ; une averse soudaine n’entre pas dans le champ d'application de l'assurance.

Conseil :
En cas de temps particulièrement humide ou de prévisions météo pluvieuses, mieux vaut ne pas abaisser le toit. Quand vous garez votre véhicule, protégez-le en fermant toujours le toit et en le mettant à l'abri.

2. Le toit ouvrant a été déchiré

Scénario :
On ouvre la capote de votre cabriolet avec un couteau. 

Assurance :
Tout dépend de l’intention et des conséquences : s’il s'agit d’un acte de vandalisme pur et dur, l'assurance casco partielle n’intervient pas pour cet évènement. En dépit d’une assurance dommages de stationnement, il faut payer les dégâts de sa poche ou verser la franchise de la casco complète – et le degré de bonus sera relevé. Si, en revanche, le toit a été détérioré dans le cadre d’un vol, c'est une autre histoire. La couverture vol de l'assurance casco partielle couvre le plus souvent les dommages de vol (y compris les tentatives), si bien que les dégâts causés au toit sont couverts.

En ce qui concerne les objets volés, la règle est la suivante : les parties intégrées au véhicule (accrochées) sont pris en charge par l'assurance. Pour ce qui est des objets transportés, voyez si vous avez souscrit le vol simple à l'extérieur avec votre assurance ménage ou si vous avez pensé à une autre couverture pour les effets emportés. 

Conseil :
La couverture « vol simple à l'extérieur » inclut aussi les appareils électroniques. Avec la couverture « objets transportés », il est souvent nécessaire de souscrire en plus une couverture complémentaire, « effets emportés Plus ».

3. Le mégot jeté

Scénario :
Vous avez garé votre cabriolet, puis l'avez quitté des yeux. De retour à la voiture, vous découvrez un énorme trou dû à un mégot jeté malencontreusement.

Assurances :
Il s'agit d’un dommage de roussissement, qui n’est généralement pas assuré via l'assurance casco partielle. En matière de risques d’incendie, les conditions générales d'assurance comprennent souvent une liste exhaustive – mais certains assureurs l’incluent expressément dans leur énumération des risques. 

Conseil :
Fermez le toit de votre véhicule quand vous le parquez.

4. La fiente d’oiseau

Scénario :
Des oiseaux salissent les sièges de votre cabriolet. C’est fâcheux sur la carrosserie et ça l'est d'autant plus sur les sièges : les excréments d’oiseaux ont souvent un effet corrosif et s'attaquent aux matériaux. 

Assurance :
Ce type de dommage n'est pas couvert – pas non plus par l'assurance casco complète. Le problème est qu’il ne s'agit pas d’une évolution d’un sinistre se produisant soudainement.

Conseil :
Fermez le toit dès que le véhicule est parqué. Sur un toit en toile ou sur la carrosserie, il est plus facile de nettoyer les fientes et les douces odeurs restent en dehors de l’habitacle. Si vous constatez des défections d’oiseau, enlevez-les aussitôt ! Et si la tache est tenace, faites un bon décrassage à la maison. 

Conseil avisé : plaques interchangeables et suspension de plaques

Rares sont les automobilistes à rouler toute l’année en cabriolet. Alors, à quoi bon payer une assurance les 12 mois de l’année ?

Il existe deux solutions :

  1. Votre cabriolet est votre deuxième voiture ? Dès que vous le prenez, l’autre véhicule reste au garage ? Dans ce cas, des plaques interchangeables sont la bonne option. Vous pourrez ainsi monter les plaques sur l’une ou sur l’autre voiture comme vous le souhaitez. Un véhicule bénéficie de rabais importants dans la tarification.

  2. Profitez de la suspension des plaques en hiver, à savoir les mois où vous ne conduisez pas votre cabriolet. Vous pouvez de la sorte lever l’immatriculation de votre véhicule durant les mois où vous ne roulez pas avec. Par ailleurs en déposant vos plaques, vous bénéficiez toujours d’une casco partielle et d’une couverture responsabilité civile pour votre voiture laissée au garage mais vos primes sont gelées pour cette période et ne seront à nouveau facturées qu’au printemps. 

Jamais sans entretien

Ne touchez pas aux cabriolets mal entretenus. Si vous optez pour une occasion, soyez intransigeants sur l’état : seul un toit bien entretenu tient la route.

Quand vous possédez votre propre cabriolet, bien l’entretenir doit être une évidence. Certes, cela représente du travail chaque année. Mais c'est pour la bonne cause : c’est le seul moyen de conserver sa valeur de revente. Vous aurez d'autant plus longtemps plaisir à rouler avec – en mode ouvert ou fermé.