Complémentaires

Assurances complémentaires en Suisse : les soins dentaires en 8 questions-réponses

INFO
|
Photo : iStock / andresr

Les soins dentaires ou autres interventions d’orthodontie peuvent vite s’élever à des dizaines de milliers de francs. L’assurance de base rembourse les frais engagés uniquement si les soins dentaires sont consécutifs à une maladie et qu’ils sont motivés par des raisons médicales. Une complémentaire pour soins dentaires peut donc être utile.

Comparis répond aux questions essentielles sur ce sujet :

Une bonne hygiène bucco-dentaire est le meilleur moyen d’éviter des factures élevées de la part du dentiste. Une complémentaire soins dentaires peut également constituer une certaine protection, mais il y a différents points à prendre en compte. Comparis répond aux questions essentielles sur le sujet.

1. Qu’est-ce qu’une assurance complémentaire soins dentaires ?

Une complémentaire pour soins dentaires prend en charge les frais dentaires qui ne sont remboursés ni par l’assurance de base obligatoire, ni par l’assurance invalidité ou accidents. L’assurance de base ne couvre les soins dentaires que dans les cas suivants :

  • Accident
  • Maladie grave, non évitable, du système de mastication
  • Maladies graves généralisées (p. ex. leucémie)

2. Quelles prestations la complémentaire soins dentaires couvre-t-elle ?

Une complémentaire soins dentaires prend en charge les soins dentaires consécutifs à une maladie ou un accident, non couverts par une autre assurance, par exemple :

  • Prophylaxie et hygiène dentaire
  • Soins conservateurs
  • Extractions de dents
  • Prothèses dentaires (couronnes, dents à pivots, bridges et prothèses)
  • Corrections de malpositions dentaires
  • Radiographie

3. À qui la complémentaire soins dentaires est-elle destinée ?

Elle est tout particulièrement destinées aux parents. Chez de nombreux enfants et adolescents, les malpositions dentaires sont corrigées à l’aide d’appareils dentaires. De tels traitements orthodontiques peuvent vite atteindre 10 000 francs, voire plus.

4. Quand doit-on souscrire une complémentaire soins dentaires ?

Il est conseillé de souscrire une complémentaire soins dentaires au plus vite. En effet, les caisses maladie remboursent les frais d’orthodontie uniquement si le diagnostic a été posé après souscription de l’assurance. Certains assureurs appliquent un délai de carence (délai d’attente) compris entre six mois et trois ans.

Comme pour de nombreuses autres assurances complémentaires, les caisses maladie sont en droit de refuser votre demande. Avant de pouvoir souscrire une complémentaire pour soins dentaires, vous devez remplir une déclaration concernant votre état de santé. Il faut également joindre l’attestation d’un dentiste à la demande de souscription de cette complémentaire ce qui, pour les adultes, complique les choses.

5. Assurance dentaire pour les enfants : ce qu’il faut savoir

Il convient de souscrire une complémentaire soins dentaires pour enfants au plus vite, si possible avant de devoir présenter un certificat médical. Attention : certains assureurs exigent un certificat dès qu’un enfant a 3 ans. Si une mauvaise position des dents est avérée, la couverture d’assurance peut être partiellement ou entièrement refusée.

6. Combien coûte une complémentaire soins dentaires ?

Pour les enfants, les primes oscillent entre 5 et 20 francs par mois. Les adultes paieront entre 25 et 40 francs par mois environ.

Le conseil Comparis : avec certaines caisses maladie, l’assurance complémentaire doit être souscrite séparément, ce qui peut revenir en partie plus cher qu’une offre combinée avec d’autres assurances complémentaires ambulatoires.

7. Que prend en charge la complémentaire soins dentaire ?

Les prestations des assurances complémentaires dépendent de l’étendue de l’assurance. Certaines caisses maladie se concentrent plutôt sur les corrections de malpositions, d’autres sur les prothèses dentaires. La part des frais qu’elles prennent à leur charge est variable elle aussi. Certains assureurs prennent en charge les coûts de différents traitements, les appareils dentaires par exemple, uniquement à hauteur d’un pourcentage fixé. La limite pour les prestations annuelles varie également d’une caisse à l’autre. Au vu des frais relativement élevés qui sont engagés, cette limite ne devrait pas être inférieure à 5000 francs.

Les prestations couvertes par les assurances complémentaires varient fortement. D’où l’importance d’étudier les offres très attentivement et de les comparer entre elles.

8. La complémentaire soins dentaire est-elle valable à l’étranger ?

En principe, une complémentaire pour soins dentaires n’est valable que pour les soins apportés en Suisse. Mais certains prestataires prennent aussi en charge des interventions effectuées à moindre coût dans les pays voisins.