Nettoyage et entretien

Laver la voiture, une nécessité

CONSEILS
|
Station de nettoyage ou seau d'eau et éponge, qu'importe : l'essentiel est de débarrasser la voiture de toute la crasse accumulée. Photo : Thinkstock

Après l'hiver, on ne saurait attendre pour laver la voiture : le sel accumulé sur les routes attaque la peinture et le châssis. Par ailleurs, un bon décrassage du pollen, poussière de sable et autres fientes d'oiseaux s'avère tout aussi utile qu'économique.

L'hiver est passé : un passage rapide à la station de lavage et basta – que nenni ! Pourquoi ? La crasse hivernale est bien incrustée, particulièrement aux endroits les plus difficiles d'accès. D'où l'intérêt de bien récurer la voiture au jet haute pression avant de passer au lavage à proprement dit. Il est conseillé de commencer par les joints autour des portières, puis le capot et le coffre. Prudence, toutefois : maintenez un espace d'au moins 30 centimètres pour ne pas endommager les joints d'étanchéité et la peinture. Ensuite, on débarrassera les grilles d'aération du véhicule de toute la poussière et crasse accumulée avant de terminer par les grandes surfaces de carrosserie.

À la station de lavage

Après le jet, la station de lavage. Conseil : contrairement aux stations de lavage équipées de brosses polyéthylène, les installations employant de la mousse nettoient plus en douceur et ne risquent pas de détériorer la peinture. Il est aussi important de choisir un programme de lavage qui nettoie également le châssis. En effet, cette partie est particulièrement sollicitée en hiver sous les projections de sel et de gravier qui, à long terme et surtout en l'absence de lavage, peut favoriser l'apparition de rouille. Il est bon d'achever le lavage avec un programme d'entretien.

Après le passage à la station de lavage, il est conseillé d'effectuer un petit nettoyage manuel au chiffon doux : ouvrir toutes les portes, y compris le coffre et le capot, pour nettoyer en profondeur joints d'étanchéité, bords et rainures.

 

 

Mieux vaut contrôler l'état de la peinture

S'il est bon de faire confiance, il est toujours mieux de contrôler de plus près l'état de la peinture à la fin du lavage, notamment à l'avant du véhicule. En hiver, les véhicules précédants dans la circulation peuvent projeter de petites pierres et gravillons sur la partie avant de la voiture. Cela peut avoir fragilisé la peinture. On peut masquer les petites traces soi-même avec une couche de fond et un stylo de retouche. Mais s'il y a aussi de la rouille sur la partie peinte, mieux vaut faire appel à un spécialiste.

Des vitres propres pour une meilleure visibilité

En hiver, les essuie-glaces aussi sont fortement sollicités. Des patins qui laissent des traces sont un signe qu'il est grand temps de les changer. À l'intérieur il convient d'enlever le film de saleté qui s'est formé sur les vitres – un simple nettoyant vitres et un rouleau de papier ménage suffisent. Inutile d'acheter un nettoyant cher dans une boutique spécialisée.

Propreté du moteur

Incroyable, la quantité de terre, de feuilles et de brindilles qui s'accumule sous le capot ; sans compter les saletés de la route, les croûtes de sel et couches d'huile. Toute cette crasse doit disparaître, sous peine d'endommager les connecteurs électriques et de causer des dysfonctionnements par la suite. On déconseille cependant le nettoyage à la tige haute pression, car la puissance du jet d'eau pourrait nuire au circuit électrique. En d'autres termes : ne nettoyer le moteur qu'à la main. Le mieux est de faire nettoyer le moteur par un spécialiste. C'est la méthode la plus efficace mais aussi la plus écologique, car l'huile et les produits chimiques sont collectés plutôt que couler dans le sol.

Fiente d'oiseau, poussière fine et pollen

À chaque saison son programme de nettoyage pour la voiture. Au printemps, les automobiles souffrent notamment de la fine poussière et des pollens de fleurs. Là aussi, un bon décrassage régulier de la voiture est conseillé. Pour éviter d'abîmer la peinture, il est bon de bien enlever tous les résidus de poussière et de pollen sur le véhicule avant de passer à la station de lavage. Idem pour les déjections d'oiseau : de par leur forte teneur acide, elles ont un effet corrosif et il est donc important de les enlever au plus vite – avec une éponge trempée ou d'un chiffon humide, sinon un mouchoir fera l'affaire. Rincer le tout à grande eau.