Crédit

Plus d’un demi-million de surendettés en Suisse

ÉTUDES
| Par Michael Kuhn |
Photo : iStock / skynesher

L’endettement des Suisses est à la hausse. En 2019, il est plus élevé que jamais. Le nombre de personnes en situation de surendettement a augmenté de 119 000 depuis 2016, pour passer à 561 000. C’est ce qui ressort d’une analyse menée par Comparis en collaboration avec la société de renseignements économiques CRIF.

En Suisse, l’endettement a atteint un pic : 6,5 % de la population est surendettée, soit plus d’un demi-million de personnes. Contracter des dettes se banalise pour un nombre toujours plus important de personnes adultes. Certes, la plupart des emprunteurs remboursent leur crédit ou leur leasing en respectant leur échéancier. Mais une minorité de consommateurs n’y parvient pas et sombre dans le surendettement.

Les hommes plus endettés que les femmes

L’analyse indique d’importants écarts selon le sexe : les hommes détiennent nettement plus de dettes que les femmes. Dans la tranche d’âge des 46-50 ans, le taux de débiteurs est de 12 % pour les hommes et d’environ 8 % seulement pour les femmes. En outre, le taux de débiteurs chez les femmes se réduit progressivement à partir de 40 ans. Chez les hommes entre 40 et 60 ans, en revanche, ce taux se maintient à un niveau élevé.

Par conséquent, ce sont également les hommes qui tiennent la palme du taux de débiteurs le plus élevé – à savoir dans la tranche d’âge 36-40 ans. Les femmes comme les hommes sont le plus susceptible de s’endetter entre 26 et 30 ans. Et entre 18 et 25 ans, les femmes et les hommes s'endettent presque aussi souvent.

Le taux de débiteurs comprend toutes les personnes physiques résidant en Suisse qui ont dû un jour déclarer faillite, qui ont été saisies, qui détiennent un acte de défaut de bien ou qui sont en cours de recouvrement de créances.

Quels critères influencent la solvabilité ?

La solvabilité ou capacité à honorer ses paiements se compose de différents critères quantifiables. Afin d’établir la solvabilité, les sociétés de renseignements économiques collectent des données concernant le comportement de paiement et des données d’identification. Leurs sources sont, d’une part, des données accessibles au public et, d'autre part, des données tirées de l'expérience de milliers d’entreprises en matière de paiements. Ces informations sont alors utilisées pour calculer le score de solvabilité d’une personne.

Les consommateurs peuvent de plus connaître l’estimation faite de leur capacité de remboursement via la page de renseignement sur la solvabilité de Comparis. L’identification personnelle, nécessaire pour des raisons juridiques, est simplifiée par une transmission numérique sécurisée.

Demandez à connaître votre solvabilité

Les Suisses n’ont pas conscience des conséquences d’une mauvaise solvabilité

Prendre ses dettes à la légère peut avoir de lourdes conséquences. Comme l’indique une enquête représentative de Comparis, environ 13 % des Suisses se sont déjà vus refuser un crédit. Près d’un tiers n’a pas conscience du fait que, souvent, une solvabilité défavorable constitue un motif de refus.

Il en va de même pour les demandes de carte de crédit : 12 % des répondants ont déjà déposé un dossier qui n’a pas abouti. Près d’un quart des personnes ont supposé d’autres raisons qu’une capacité de remboursement insuffisante.

Pourtant, cette dernière complique fortement l’accès au crédit et au leasing : chaque demande de carte de crédit, de prêt ou de leasing donne lieu à une évaluation de la capacité de remboursement.

Une solvabilité défavorable restreint également les personnes concernées au quotidien, par exemple pour les achats en ligne. En effet, les entreprises consultent en temps réel les données de solvabilité afin de savoir si le comportement de paiement du client est positif ou négatif. Par exemple, si les conditions de l’entreprise en question ne sont pas remplies, l’option « paiement sur facture » n’apparaît simplement pas.