Jeune conducteur

Leasing ou achat ?

INFO
|
Photo : Thinkstock
Achat immédiat, leasing ou crédit privé ? Il ne s’agit pas d’une question de foi, mais bien plus d’une réflexion éminemment rationnelle. Car lors de l’achat d’une voiture, chacune de ces trois variantes a ses avantages comme ses inconvénients, en termes de charge financière, mais aussi en ce qui concerne le goût pour les voitures de luxe. comparis.ch fait un tableau de la situation. 

Achat immédiat : L’acheteur paie en une fois la totalité du prix de la voiture. Pour celui qui dispose de l’argent nécessaire, c’est la variante optimale au plan financier. L’avantage, c’est que ni frais supplémentaires ni intérêts ne s’ajoutent au prix d’achat.
Toutefois, en fonction du budget, il faudra accepter quelques concessions en ce qui concerne le véhicule. Normalement, un jeune qui vient de terminer son apprentissage ne dispose pas encore de suffisamment d’argent pour s’offrir la voiture de ses rêves. Bien souvent, une voiture particulièrement racée et les accessoires appropriés ne sont pas dans le domaine du possible. Certains auront la chance de pouvoir compter sur des parents ou des connaissances suffisamment solvables et confiants pour leur accorder un prêt sans intérêt.

Leasing: C’est le type de financement automobile le plus complexe. Seul le principe de base est simple : acheter une voiture en leasing, c’est conclure un contrat avec un donneur de leasing, généralement une banque. Le donneur de leasing fournit alors une voiture à l’acheteur, par exemple pour une durée de trois ans ; en échange, l’acheteur lui verse une mensualité de leasing. Cette mensualité est relativement élevée, puisqu’elle prend essentiellement en compte la perte de valeur de la voiture. En effet, la voiture vaut nettement plus au début du leasing qu’à la fin. Cette différence est assumée par le client via le paiement des mensualités. Celles-ci comprennent également les intérêts et d’autres frais. De plus, un conducteur qui roule davantage que le kilométrage convenu devra payer un supplément non négligeable en fin de contrat.

En d’autres termes, le leasing peut s’avérer coûteux. Et cela s’applique aussi à l’assurance. Les banques exigent souvent que la voiture soit en bon état à la fin de la période contractuelle. Par conséquent, le preneur de leasing fait souvent réparer même une petite éraflure de la carrosserie, raison pour laquelle l’assurance casco complète, qui couvre de tels dommages, exige des primes élevées.

Un des avantages est évident : l’acheteur obtient une voiture neuve ou une excellente occasion sans avoir à verser immédiatement la totalité du montant.


Crédit privé: Crédit privé : Si l’acheteur n’obtient pas de prêt sans intérêt auprès de ses proches, il peut aussi contracter un crédit privé. Toutefois, selon le prêteur, ce crédit peut occasionner des intérêts élevés. Les instituts évalués sur comparis.ch demandent des taux d’intérêt allant de 5,8 % à 14,5 % (état début mai 2013). Des chiffres qui peuvent certes rebuter au premier abord. Toutefois, une comparaison avec la variante leasing peut néanmoins s’avérer payante. En effet, au plan fiscal, les intérêts de la dette peuvent être déduits du revenu imposable. En même temps, la voiture doit être déclarée comme fortune, le crédit lui-même pouvant être déduit à titre de dette.

En termes de crédit privé, tout dépend de la solvabilité que le prêteur accorde à l’acheteur. Sur comparis.ch, chacun a la possibilité de vérifier gratuitement et sans engagement auprès de quels établissements financiers il a les meilleures chances d’obtenir un crédit.


Quel que soit le type de financement choisi, il importe de ne pas se contenter de la première offre. Celui qui connaît les différences en termes de prix et de prestations disposera des meilleures cartes. comparis.ch propose un comparatif des offres de leasing mais aussi une vue d’ensemble des crédits privés. La même observation s’applique également à la voiture elle-même : comparer les marchands et négocier avec eux permet souvent d’obtenir une réduction sur le prix, comme le montre une étude de comparis.

D’ailleurs les automobilistes suisses n’aiment pas rouler à crédit. Les Suisses alémaniques encore moins que les Romands. Pour en savoir plus…