Caisses maladie

Capteurs d'activité physique : contre récompense des caisses?

ANALYSES
| Par Felix Schneuwly |
Photo : iStock / AndreyPopov

Les tracker ou capteurs d'activité physique sont aujourd’hui monnaie courante. Mais ils ne sont pas seuls à collecter nos données. En effet, les smartphones suivent les mouvements des utilisateurs par défaut ; les données relatives à la santé sont alors automatiquement enregistrées sur l’appareil. Les caisses maladie récompensent-elles l'utilisation de tracker d'activité et Cie. ? Les utilisateurs serait-ils prêts à transmettre leurs données aux assureurs contre des rabais sur les primes ? Comparis a mené l'enquête. 

De quelle manière les caisses maladie encouragent-elles le suivi de l’activité physique ? À quel prix les assurés sont-ils prêts à transmettre leurs données personnelles ? 

Comparer les complémentaires

À quoi bon un capteur d'activité ? 

Un capteur d'activité physique peut être un allié pour adopter ou conserver une bonne hygiène de vie. Il encourage l’activité physique et motive à maintenir ses objectifs. Outre les bénéfices pour la santé, le capteur d'activité peut également vous donner droit à des primes réduites. C'est le cas quand votre caisse maladie encourage et récompense l’utilisation de bracelets ou applications d'activité. 

Quelles caisses maladie récompensent l'utilisation de capteurs d'activité ?

Voici un aperçu des caisses maladie qui proposent spontanément des récompenses pour l’utilisation de capteurs d'activité. 

CSS Helsana Swica Sanitas
Produit
CSS MyStep
Helsana+
Swica Benevita
Sanitas Active-App
Mesure de l'activité
Nombre de pas
Nombre de pas, fréquence cardiaque, calories brûlées
Questionnaire sur la santé
Nombre de pas, vélo, natation
Limites pour la compensation
- 7500 pas
- 10 000 pas
10 000 pas ou
fréquence cardiaque moyenne de 110 durant 30 min ou
150 calories brûlées en 30 min
- COMPLETA TOP - 0 point : 0 %
- 1- 200 points : 5 %

- HOSPITA - 0 point : 0 %
- 1- 79 points : 5 %
- 80- 159 points : 10 %
- 160- 200 points : 15 %
Atteinte de l’objectif du jour
(basé sur votre comportement en matière d'activité physique)
Compensation maximale par an
146 CHF
n.r.
- CompletaTop 5 % de rabais
- Hospita - 15 % de rabais
n.r.

Trouvez maintenant l'offre la plus avantageuse pour vous :

Comparer les complémentaires

Qui transmet les données concernant sa santé ?

Les appareils mobiles enregistrent les mouvements, l’alimentation, l’activité sportive, le sommeil etc. Selon une étude représentative de Comparis, 9 % des personnes interrogées livrent dores et déjà ce type de données à leur assurance.

Sur le principe, pas moins d’un tiers des sondés est ouvert à ce que les assureurs utilisent les données concernant la santé, tant que cette transmission est volontaire. Une attitude qui s’observe principalement chez les jeunes générations : l’approbation s’élève à 42 % parmi les moins de 30 ans (contre 36 % des 30-49 ans et 27 % des 50-65 ans).

De plus, un quart des répondants estime que l’utilisation des données par l'assureur est acceptable en échange d’une contrepartie. Là encore, l'acceptation est la plus élevée parmi les jeunes avec 32 % de réponses positives (contre 28 % des moins de 49 ans et 16 % des 50 ans et plus).

Contre quelle récompense ?

Ainsi, 5 % des répondants se contenteraient d’une rémunération de 5 francs par mois tandis que 12 % exigeraient au moins 10 francs pour la livraison de leurs données et 19 % divulgueraient leurs données à partir de 20 francs. À ces assurés viennent s'ajouter 34 % supplémentaires déclarant être prêts à mettre leurs données à disposition dès une récompense de 50 francs par mois.

Les 50-65 ans sont inébranlables : 46 % des personnes refusent la transmission des données. En comparaison, les 30-49 ans sont à peine 25 % et les moins de 30 ans seulement 17 % à partager cet avis.

L’enregistrement automatique ne gêne pas les deux tiers

Près de deux tiers des sondés ne sont foncièrement pas opposés à l’enregistrement automatique de leur activité et la suivent de manière délibérée. Par ailleurs, 13 % d’entre eux ont installé des applications supplémentaires sur leur smartphone pour enregistrer des données de santé ou de fitness. Parmi eux, 15 % indiquent détenir, en plus de leur smartphone, un bracelet d'activité ou une smartwatch comprenant ce type de fonctions.