Santé et prévention

Commander ses médicaments à l'étranger – attention !

INFO
|
La prudence est de mise lorsqu'il s'agit d'acheter des médicaments sur Internet.

Profiter de la faiblesse du cours de l'euro pour acheter des médicaments à l'étranger – cela peut être lourd de conséquences. Quiconque commande des médicaments illégaux met sa santé en danger et peut avoir de sérieux ennuis avec les autorités.

Dans sa décision de septembre 2015, le Tribunal fédéral a une nouvelle fois fait clairement valoir sa position : la loi sur les produits thérapeutiques exige une prescription médicale préalable pour l'envoi de médicaments sans ordonnance. Lorsqu'il y a prescription par le médecin, on part du principe que celui-ci connait le patient et son état de santé. Ce n'est que lorsque médecin et patient se connaissent et sont en contact que l'interaction nécessaire à une prescription peut s'établir. Un questionnaire de santé et la simple possibilité d'entrer en contact ne suffisent pas. Parmi les colis contrôlés en douane, un sur dix ou presque contient des substances dangereuses pour la santé ou des produits dopants faisant l'objet d'une interdiction. Du côté des auteurs des plaintes, Swissmedic (Institut suisse des produits thérapeutiques) et PharmaSuisse (Société suisse des pharmaciens), ont agi avant tout par intérêt propre. Question-réponse sur les points essentiels:


Dans quelles pharmacies en ligne puis-je commander mes médicaments en toute sécurité ?
D'une manière générale, la vente à distance de médicaments est interdite en Suisse. Les autorités cantonales compétentes ont néanmoins la possibilité d'accorder une dérogation à certains prestataires et sous certaines conditions. Quoi qu'il en soit, un particulier n'a le droit d'importer des médicaments destinés à sa consommation personnelle qu'en petite quantité uniquement (de l'ordre des besoins mensuels environ). Il est interdit d'importer des quantités plus importantes.

Pourquoi une ordonnance est-elle nécessaire pour commander auprès d'une pharmacie en ligne, même pour des médicaments qui sont délivrés sans prescription médicale ?
Cela permet de garantir que la consultation d'un professionnel a bien lieu avant toute commande.

Quels signes doivent m'alerter ?
Faire preuve de méfiance vis-à-vis des offres sur Internet est toujours indiqué, à plus forte raison lorsque des médicaments sont proposés en ventre libre. On pourra trouver d'autres conseils à consulter sur www.swissmedic.ch/illegal dans le «Guide Médicaments et Internet.

Comment puis-je vérifier qu'un médicament est autorisé à la vente en Suisse ?
Un cercle contenant le label Swissmedic apposé sur l'emballage du médicament permet de les reconnaître. De plus, les médicaments autorisés ainsi que les informations correspondantes sont disponibles sur le site www.swissmedicinfo.ch ou sur celui de l'organisme indépendant HealthCare Management Group mymedi.ch.

Quels sont les risques liés à la commande de médicaments qui ne sont pas autorisés en Suisse ?
Au niveau mondial, des centaines de médicaments proposés sur Internet sont falsifiés, contiennent des substances inefficaces et de mauvaise qualité, ou il s'agit alors de préparations fournies sans ordonnance alors qu'elles nécessitent une prescription médicale. L'achat de médicaments sur Internet peut donc s'avérer particulièrement dangereux pour votre santé. Ces risques ne se limitent pas à l'inefficacité du produit mais peuvent également provoquer de graves effets secondaires ou avoir des effets toxiques du fait de substances non déclarées.

Existe-t-il des médicaments dont la dangerosité est avérée et qui sont proposés sur Internet ?
On peut citer à titre d'exemple les produits amincissants asiatiques, présentés pour être d'origine entièrement végétale et qui contiennent le principe actif chimique Sibutramine, une substance qui, au niveau international, a été retirée du marché légal il y a quelques années en raison des graves effets secondaires constatés au niveau psychique et des troubles cardio-vasculaires qu'elle provoquait.

Quelle est la provenance des médicaments illégaux ?
Les médicaments illégaux proviennent essentiellement d'Inde, de Chine ou de pays européens dans lesquels ils ont été réemballés – dans le but de dissimuler leur origine. Beaucoup de produits dopants saisis sont ainsi expédiés depuis la Grèce.

Est-ce que je me mets en situation d'infraction en me faisant envoyer des médicaments illégaux ?
Dans le cas où les importations de médicaments dépassent un mois de traitement, l'importation est interdite et elle sera saisie en douane. Le blocage de la marchandise en douane entraîne l'ouverture d'une procédure administrative par Swissmedic se traduisant, dans la plupart des cas, par la destruction des médicaments.

Bien que seules les heures de travail soient facturées, les coûts engendrés par cette procédure s'élèvent en général à 300 francs au moins, lesquels seront à régler en Suisse par l'acheteur. En cas d'infractions répétées ou d'importations destinées à la commercialisation des produits, l'ouverture d'une procédure pénale à l'encontre de l'acheteur n'est pas exclue.

Pour quels types de médicaments les contrefaçons sont-elles le plus fréquemment découvertes ?
La plupart des contrefaçons découvertes concernent les préparations ayant rapport au mode de vie, comme par exemple les produits amincissants ou ceux stimulant la fonction érectile. Pour l'heure, aucun produit pharmaceutique contrefait n'a jamais été trouvé dans les canaux de distribution légaux en Suisse (pharmacies, droguistes, cabinets médicaux).

En qualité d'autorité en charge de l'homologation des médicaments, Swissmedic détient une grande responsabilité, par exemple celle qui consiste à déceler des effets secondaires graves. Dans le même temps, l'industrie pharmaceutique exerce une pression importante en vue d'obtenir rapidement des autorisations de mise sur le marché et des liens personnels existent entre le secteur pharmaceutique et des experts de Swissmedic. Autorité gouvernementale, Swissmedic est chargé de vérifier que les bienfaits d'un médicament sont supérieurs aux risques qu'il implique. Dans ce cas uniquement les médicaments sont considérés comme « efficaces . Felix Schneuwly, expert en assurance maladie chez comparis.ch, est également d'avis que cette pratique peut être à la source de nombreuses erreurs et qu'elle recèle des risques importants pour les patients. Il voit un autre problème dans la responsabilité qui incombe aux pharmaciens et aux médecins. « Quelle que soit la situation, les patients s'en remettent à l'expertise des personnes établissant l'ordonnance, et donc les médecins et les pharmaciens prescrivant un médicament précis – souvent malheureusement en connaissance des effets secondaires que celui-ci peut avoir. Pourtant, ils n'en assument jamais la responsabilité, même lorsqu'il est avéré, comme dans le cas de la pilule contraceptive Yasmin, que ce produit peut provoquer des troubles graves.  Selon lui, il est un peu trop simple de renvoyer la balle aux seuls grands groupes de l'industrie pharmaceutique et aux autorités administratives, les médecins et les pharmaciens sont ici dans l'obligation de réagir.