Santé et prévention

Le coronavirus en Suisse – questions-réponses

ACTUALITÉ
|
Photo : iStock.com / Kira-Yan

La Suisse n’y a pas échappé : elle est elle aussi touchée par le coronavirus depuis le 25 février, date à laquelle le premier cas y a été diagnostiqué. Depuis, des mesures ont été prises et continuent de l’être dans l’objectif d’endiguer ce nouveau virus et la maladie qu’il provoque, la COVID-19.

Questions-réponses : assurance maladie

Si j’ai le coronavirus, l’hospitalisation est-elle obligatoire ou est-il possible de rester en quarantaine chez soi ?

En présence des symptômes typiques de la maladie (la COVID-19), c’est-à-dire fatigue, fièvre et toux sèche, il vous est conseillé de rester chez vous et d’appeler un médecin ou un centre de télémédecine. Si le soupçon d’infection au coronavirus (SARS-CoV-2) se confirme, vous devrez ensuite passer un test de dépistage. Si le laboratoire confirme la contamination, vous serez isolé(e) conformément aux prescriptions du service médical cantonal. Certaines personnes, dont l'état de santé est généralement bon, peuvent ne présenter aucun symptôme, ou très peu, lorsqu’elles sont touchées par cette maladie. Dans ce cas, elles peuvent se contenter de rester en isolement chez elles, pendant 14 jours.

Qui prend en charge les coûts de mon hospitalisation ou de ma mise en quarantaine ?

Toutes les interventions réalisées ou prescrites par un médecin sont prises en charge par la caisse maladie au titre de l’assurance de base. La participation aux frais (franchise et quote-part) s’applique normalement.

Quelle est la différence entre la quarantaine et l’isolation ?

L’Office fédéral de la santé publique distingue auto-isolement et auto-quarantaine. Dans le cadre d’un auto-isolement, la personne concernée présente des symptômes qui pourraient provenir d’une infection au coronavirus (toux sèche, fièvre, etc.). Pour éviter de transmettre le virus, si son état de santé général le lui permet, cette personne doit rester chez elle, en auto-isolement, jusqu’à 24 heures après la disparition des premiers symptômes.

L’auto-quarantaine, d’une durée de cinq jours, est de mise si l’on a été en contact étroit avec une personne ayant contracté le coronavirus.

Dans les deux cas, il est primordial d’éviter tout contact avec d’autres personnes. L’OFSP liste les points importants suivants dans ses consignes :

Personnes vivant seules :

  • Faites livrer à votre porte de la nourriture et d’autres produits essentiels, tels que des médicaments, par la famille, les amis ou un service de livraison.

Plusieurs personnes dans le ménage :

  • La personne concernée doit se retirer dans une pièce dont la porte doit rester fermée, prendre ses repas dans cette même pièce et éviter toute visite et tout contact. La pièce en question ne doit être quittée qu’en cas de nécessité.
  • Se laver les mains ou se les désinfecter fréquemment est absolument nécessaire.
  • La personne malade ne doit en aucun cas partager des objets du ménage (verres, tasses, assiettes, couverts, serviettes ou draps de lit) avec d’autres personnes. Les ustensiles de cuisine sales doivent soigneusement être lavés au lave-vaisselle.
  • Les vêtements et le linge de maison (draps de lit, serviettes) doivent être passés régulièrement au lave-linge.

Où est-on mis en quarantaine ?

Lorsqu’une personne est contaminée, ses proches doivent être placés en quarantaine – si possible chez eux. Concrètement, elles ont interdiction de franchir le pas de leur porte pendant deux semaines. Les personnes qui se sont rendues dans une zone à risque peuvent elles aussi être placées en quarantaine. Elles ont également interdiction d’aller faire des courses : la commune a la responsabilité de subvenir à leurs besoins. Ces mesures sont destinées à protéger le reste de la société du risque de contamination.

Le non-respect des mesures de quarantaine peut entraîner des poursuites.

Qui prend en charge le coût du test au coronavirus ?

Les coûts de vérification de la contamination au coronavirus sont pris en charge par l’assurance de base. Le Conseil fédéral en a décidé ainsi dans son ordonnance sur les épidémies. le test a été ajouté à ce que l’on appelle la Liste des analyses prises en charge par l’AOS. Le remboursement s’élève à 180 francs.

J’ai dû serrer la main à quelqu’un, puis je suis tombé malade. Quels sont mes recours ?

Les règles de conduite de l’OFSP ne revêtant aucun caractère obligatoire, vous ne pouvez tenir personne pour responsable. Il est donc tout sauf impoli de renoncer à se serrer la main et de garder une distance d’au moins deux mètres entre chaque personne.

Les caisses maladie ont-elles en ce moment plus à faire à cause du coronavirus ? Les demandes de remboursement mettent-elles plus de temps à être traitées ?

Certaines assurances maladie ont déjà informé leurs clients par courriel qu’elles devaient elles aussi protéger leurs collaborateurs du coronavirus, et que le temps de traitement des demandes qui leur sont adressées pouvait ainsi être allongé. Comme de nombreux autres organismes depuis que le Conseil fédéral a proclamé l’état de « situation extraordinaire » et annoncé des mesures pour y faire face, les guichets et les bureaux des assurances maladie sont fermés, et ce jusqu’au 19 avril. Il est toutefois possible de les joindre par téléphone ou par l’intermédiaire de leur portail clients. Les factures des hôpitaux parviennent toujours directement aux assurances ; les factures de prestations ambulatoires sont adressées en fonction du régime de facturation fixé dans la police. Avec le principe du tiers garant, le patient paie la facture et sa caisse maladie lui rembourse après coup la partie prise en charge. Avec le principe du tiers payant, c’est la caisse maladie qui règle la facture puis demande au patient de s’acquitter de sa participation aux coûts (franchise et quote-part).

Bon à savoir : d’autres assurances telles que La Mobilière et Generali ont fermé leurs bureaux, mais restent disponibles pour des entretiens-conseils par téléphone (via leur hotline) ou par Skype.

Que va-t-il se passer si les hôpitaux n’ont plus assez de lits de réanimation et de respirateurs pour traiter tous les patients atteints du coronavirus (ou d’autres affections) ?

Il s’agirait du pire des cas. Dans ce scénario, les médecins devraient déterminer les patients dont les chances de survie sont les plus fortes. Cette décision tiendrait non seulement compte de l’âge du patient, mais aussi de son état de santé général, c’est-à-dire des autres maladies par lesquelles il est peut-être atteint. De la même façon qu’en ce qui concerne les recommandations pour la prévoyance, la responsabilité individuelle est, là aussi, un élément important. Dans cette situation, l’existence de directives anticipées peut éviter que les médecins ne prennent des décisions, en accord avec les proches, contraires à votre volonté de patient ou de patiente. Il est donc recommandé à toute personne ne souhaitant pas être placée sous respiration artificielle de le consigner clairement dans ses directives anticipées.

Existe-t-il une assurance coronavirus ?

Ce sont avant tout les escrocs qui proposent de telles assurances. Les prestations médicales sont prises en charge par l’assurance maladie obligatoire (assurance de base) et minorées de la participation aux coûts (franchise et quote-part). Avant de souscrire une quelconque assurance avec une prétendue couverture coronavirus, il est vivement recommandé de lire les conditions générales d'assurance (CGA). Dans le cadre de la souscription d’un nouveau contrat, les dommages actuels sont généralement exclus.

Ma couverture contre le coronavirus est-elle valable, même si je n’ai pas encore reçu ma police ?

Avant de souscrire une quelconque assurance avec une prétendue couverture coronavirus, il est vivement recommandé de lire les conditions générales d'assurance (CGA). Dans le cadre de la souscription d’un nouveau contrat, les dommages actuels sont généralement exclus. L’assurance maladie obligatoire est la seule assurance à prendre en charge l’ensemble des prestations médicales obligatoires conformément à la loi sur l’assurance maladie (LAMal) dès la souscription du contrat, c’est-à-dire sans appliquer de délai de carence.

Questions-réponses : conditions de travail

Le paragraphe suivant répond aux questions concernant les conditions de travail. Nous traitons vos interrogations sur le paiement des salaires et les conséquences du manque à gagner de votre entreprise dans cet article connexe.

Ai-je le droit de rester à la maison si je pense avoir le coronavirus ?

Si la peur d’une contamination constitue votre seule raison de ne pas vous rendre au travail, vous n’avez aucun droit au maintien de salaire. Vous risquez également un licenciement sans préavis. Seule exception : si votre employeur, malgré la menace d’une pandémie, enfreint les règles d’hygiène ou ne prend pas les mesures de protection du personnel qui s’imposent.

Quelles mesures mon employeur est-il censé prendre pour me protéger ?

Recommandations de l’OFSP aux employeurs :

  • Faire en sorte que tous les collaborateurs puissent appliquer les mesures d’hygiène individuelles, comme se laver régulièrement les mains.
  • Si possible, les collaborateurs doivent pouvoir garder une distance suffisante entre eux. Réaménagement de l’espace de travail, télétravail, vidéoconférence, division des bureaux peuvent y contribuer.
  • N’exiger de certificat médical qu’à partir du cinquième jour.
  • Tenir les collaborateurs informés en continu de l’évolution de la situation, ainsi que des mesures de protection qui sont prises. Inciter les collaborateurs à ne pas prendre les transports publics pendant les heures de pointe, en leur concédant des horaires de travail aussi flexibles que possible.
  • L’employeur et les collaborateurs doivent respecter les recommandations de l’OFSP.

Ai-je le droit de travailler à distance ?

De manière générale, la simple peur d’une contamination ne vous autorise pas à travailler exclusivement de chez vous. Le mieux est de clarifier la question avec votre employeur pour savoir s’il vous autorise à passer en télétravail. Les consignes peuvent varier en fonction des entreprises. Avec les mesures de protection temporaires actuellement en vigueur, certains employeurs offrent à leur personnel la possibilité de travailler à distance. L’employeur peut également imposer le télétravail à condition de fournir le matériel et les accès nécessaires. Ces consignes doivent être respectées.

Mon supérieur peut-il me renvoyer à la maison contre mon gré ?

Dans certaines conditions, et la pandémie actuelle en fait partie, l’employeur peut exiger une certaine flexibilité de la part de son personnel, et ce pendant une durée limitée. Autrement dit, il peut déplacer votre poste de travail ou vous imposer le télétravail. S’il existe un doute selon lequel vous pourriez être infecté par le coronavirus, vous n’êtes pas tenu de travailler, mais vous bénéficiez du maintien de salaire.

En tant que salarié, ai-je le droit de refuser à mon patron de partir en voyage d’affaires dans une zone à risque ?

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) et le Conseil fédéral conseillent d’éviter tout voyage à l’étranger. Il est conseillé aux Suisses en voyage à l’étranger de retourner à leur domicile tant que cela est encore possible.

Si vous deviez être placé en quarantaine au retour d’un déplacement professionnel à l’étranger, le maintien de salaire s’applique.

Je suis salarié. J’avais demandé à prendre des vacances, qui m’ont été accordées, bien avant la crise du coronavirus. Or, il est à présent impossible de voyager. Est-il possible pour moi d’annuler ces vacances ou mon employeur est-il en droit de me forcer à les prendre ?

En règle générale, l’employeur fixe la date des vacances du salarié en tenant compte des vœux de ce dernier. Le salarié a par ailleurs le droit à ce que l’employeur lui communique ces informations suffisamment tôt. Le report de vacances déjà fixées ne peut être justifié que par des raisons graves. La situation actuelle devrait répondre à cette condition. Selon la législation en vigueur, l’employeur peut demander sans préavis aux salariés qu’ils prennent des vacances afin d’éviter le chômage partiel. Les collaborateurs en vacances pendant la période de chômage partiel perçoivent 100 % de leur salaire. Cette solution amiable est recommandable à l’heure où de nombreux employeurs se battent pour maintenir les emplois.

Le conseil d’administration peut-il annuler l’assemblée générale ?

Le conseil d’administration doit inscrire le coronavirus à l’ordre du jour, établir un procès-verbal et mettre sur pied un plan de pandémie. En l’absence d’un tel plan, le CA est responsable au civil comme au pénal.

Une assemblée générale ne peut pas être annulée sans autre forme de procès. Elle peut en revanche être décalée, à condition d’être tenue dans les six mois suivant la clôture de l’exercice. La convocation peut comporter une clause de non-responsabilité indiquant qu’un report de l’AG est possible et que les personnes qui ont été dans une zone de crise ou qui présentent des symptômes doivent s’abstenir d’y participer. Une solution désinfectante doit être mise à disposition à l’entrée.

En cas d’annulation de l’AG, le versement des dividendes et les votes sont impossibles.

Questions-réponses : voyages et manifestations

Vu la propagation du coronavirus, je préfère annuler ma réservation de voyage. Est-ce possible ?

Tant que vous disposez d’une assurance annulation, vous êtes libre d’annuler votre voyage sans conséquences financières, à condition que ladite assurance couvre les cas d’épidémie ou de pandémie. Il est également possible que la Confédération ait émis un avertissement aux voyageurs pour la destination concernée – vous trouverez l’état actuel de ces avertissements à cette adresse – ou que ladite destination, en raison de mesures de confinement, ne soit plus accessible. Dans ce cas, le voyagiste est tenu de rembourser les montants déjà versés, de repousser le voyage ou de proposer une solution de remplacement. En revanche, le voyageur dont l’annulation n’a d’autre justification que son appréhension n’a droit a aucune compensation.

À quoi dois-je faire attention si je planifie ou souhaite réserver un voyage ?

La situation et son évolution restant incertaines, il est conseillé si possible de reporter ses projets de voyage. Si vous voulez malgré tout réserver, essayez de choisir un voyage à forfait. En effet, la loi sur les voyages à forfait offre dans ce cas une meilleure protection. Vous n’avez pas d’assurance annulation ? Lors de votre réservation, envisagez de souscrire l’assurance voyage, souvent proposée par les organisateurs. Attention néanmoins à bien lire les mentions en petits caractères : il faut que les cas de pandémie et d’épidémie soient couverts.

J’ai des billets pour une manifestation annulée en raison du virus. Vais-je bénéficier d’un remboursement ?

Il arrive que l’« assurance voyage » couvre les billets jusqu’à 500 francs même si la manifestation ne fait pas partie d’un voyage organisé. De leur côté, de nombreux organisateurs ont annoncé chercher de nouvelles dates pour les événements annulés.

Le plus simple est de vous renseigner directement auprès de votre assureur, ou de demander à l’organisateur s’il est prévu de rembourser les billets.

Si votre billet n’est pas remboursé, vous pouvez vous adresser à cet organisme (site Internet en allemand uniquement) ou éventuellement écrire à la Fédération romande des consommateurs au moyen de son formulaire de contact.

L'assurance qu’il est possible de souscrire pour trois francs lors de l’achat des billets rembourse-t-elle le prix de ces derniers si l’événement associé est annulé en raison du virus ?

Le prix du billet n’est normalement remboursé par ce type d’assurance que lorsque leurs bénéficiaires ne peuvent participer à l’événement en raison d’une maladie (p. ex. le coronavirus), d’une panne ou d’un retard des transports publics, d’un accident ou d’une panne sur le trajet. Si l’événement est annulé en raison de l’interdiction de la Confédération visant les manifestations, le prix du billet n’est d’après les Conditions générales d’assurance pas remboursé.

Questions-réponses : mobilité

Est-ce que je peux encore me rendre au garage pour faire réviser ou réparer ma voiture ?

Oui, tout à fait. Contrairement aux salles d’exposition, les garages restent, en principe, ouverts, Les salles d’exposition, en revanche, sont fermées. Toutefois, certains garagistes ont renforcé leurs mesures de précaution. Ainsi, les professionnels de l’AMAG recouvrent volant, levier de vitesse et sièges d’une protection avant toute intervention. Tout est mis en œuvre afin que la remise des clés du véhicule puisse se faire avec un contact aussi réduit que possible entre le garagiste et le propriétaire du véhicule. En outre, les services de prise en charge et de retour à domicile sont étendus.

Attention : dans tous les cas, commencez par appeler l’atelier afin de convenir d’un rendez-vous. Vous éviterez ainsi de devoir patienter sur place.

Questions-réponses : finances et prévoyance

Pourquoi la bourse subit-elle le coronavirus de plein fouet ?

Chaque jour, les effets négatifs du coronavirus sur l’économie mondiale se font ressentir plus fortement que la veille. La situation est d’autant plus dangereuse que la conjoncture est déjà affaiblie. Le Secrétariat d’État à l’économie (SECO) prévoit cette année une récession pour la Suisse. L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) en a tiré les conséquences en abaissant, dès le début du mois de mars, sa prévision de croissance mondiale pour l’année 2020 d’un demi-point de pourcentage, la ramenant à 2,4 %. Dans le pire des cas, cette dernière pourrait même tomber à 1,5 %, toujours selon l’OCDE. Cette annonce ne sera pas sans conséquences sur les chiffres des entreprises, qui seront nombreuses à revoir leurs résultats à la baisse. La situation inquiète les investisseurs, et l’inquiétude, comme chacun sait, est un véritable poison pour la bourse. Il faut s’attendre à ce que les marchés boursiers soient marqués par une volatilité sensiblement plus forte dans les prochaines semaines. La plupart des économistes tablent sur un fort rebond au second semestre et l’année prochaine si la pandémie du coronavirus se résorbe.

J’ai placé mon pilier 3a en bourse, mais celle-ci a dégringolé. Ferais-je mieux de vendre dès maintenant ?

L’Histoire montre que sur le long terme, les investissements en actions sont plus rentables que d’autres formes de placement, comme le compte épargne traditionnel. Par le passé, les cours boursiers ont déjà chuté de la sorte, et se sont toujours rétablis avec le temps. Si vous avez un horizon de placement long, il est conseillé de ne pas céder à la panique. En outre, si vous épargnez de petites sommes régulièrement, vous pouvez mieux compenser la volatilité des cours. C’est ce que les spécialistes appellent l’investissement programmé. En d’autres termes : le nombre de parts en actions acquises durant les phases baissières est plus élevé que durant les phases haussières. Cette stratégie réduit le risque d’investir à un moment défavorable et de payer un prix trop élevé pour l’ensemble du capital investi.

Questions-réponses : numérique

Est-ce que je peux encore regarder Netflix & Cie. si tout le monde doit rester à la maison et qu’Internet est plus sollicité que d’habitude ?

Netflix et les fournisseurs d’accès sont en principe préparés à une forte augmentation du trafic. Ainsi, Netflix a ses propres serveurs chez de nombreux grands fournisseurs tels que Swisscom, sur lesquels se trouve l’ensemble de ses contenus. Cette mesure permet de moins solliciter les réseaux mondiaux.

Est-ce qu’en raison du coronavirus, je ne peux plus m’acheter de nouveaux modèles de smartphone ?

Les nouveaux smartphones, par exemple, sont disponibles relativement rapidement chez les grands fabricants, mais cela pourrait bientôt changer. Ainsi Digitec Galaxus, commerçant en ligne leader en Suisse, a déjà informé de retards de livraison. Nous devons compter sur des temps d’attente plus longs. De nombreuses usines ont été ou sont toujours à l’arrêt. Certains cargos sont bloqués dans les ports ou ne peuvent pas décharger leur marchandise.

Est-ce encore possible de passer commande chez Wish ou AliExpress ?

Dans le secteur de l’électronique, près de 90 % des composants proviennent de Chine. C’est la raison pour laquelle la crise du coronavirus touche très fortement notre monde globalisé. Le portail Wish, connu pour ses produits bon marché importés directement de Chine, annonce déjà des délais de livraison de plusieurs semaines.

À quelle fréquence devrais-je nettoyer mon smartphone ?

Nous pianotons plusieurs centaines de fois par jour sur notre téléphone. Un endroit où microbes et bactéries fourmillent. Aussi, il convient de nettoyer régulièrement son téléphone, à plus forte raison en ces temps de coronavirus. Il est conseillé de le faire une à deux fois par jour : frottez doucement votre téléphone à l’aide d’un chiffon et d’un peu d’eau chaude savonneuse. Pour finir, séchez-le avec un chiffon et terminez en pulvérisant un peu de désinfectant. N’utilisez pas de produits trop agressifs qui pourraient endommager le film protecteur de votre appareil.

De manière générale :

  • Ne posez pas votre téléphone sur un nid à microbes : la cuvette des toilettes, une table dans le train…
  • Lavez-vous les mains avant d’utiliser votre téléphone.

Autres questions-réponses

Mes animaux domestiques (chiens, chats, etc.) peuvent-ils attraper le coronavirus ?

Il n’a pour l’heure pas été prouvé que les chats et les chiens pouvaient contracter et transmettre le virus. Pour les scientifiques, le risque est très faible. Lorsqu’un animal de compagnie vit sous le même toit qu’une personne malade, il est possible qu'il se fasse contaminer par le virus. Quoi qu’il en soit, les animaux ne présentent aucun symptôme de la maladie. En d’autres termes, ils ne tombent pas malades.

L’OFSP recommande à tous les propriétaires d’animaux isolés chez eux en raison du virus d’éviter tout contact avec les animaux domestiques et d’en confier la garde à une personne saine. Les chats et les chiens d’un foyer en quarantaine n’ont pas besoin d’être lavés ou désinfectés spécifiquement. La règle pour tous : se laver les mains après avoir été en contact avec un animal.

Suis-je tenu au paiement de la crèche si elle ferme ?

Le principe général est le suivant : pas de prestation, pas de facture. Toutefois, la manière dont ce principe s’applique dans les faits s’apprécie au cas par cas. Nous vous recommandons de poser la question directement à la crèche ou de consulter le site de la « Fédération suisse pour l’accueil de jour de l’enfant ». Vous y trouverez divers mémentos en lien avec le coronavirus.

Les liens importants pour suivre l’évolution de la situation

  • OFSP : informations actuelles
  • Sur cette page, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) publie chaque jour les informations les plus récentes sur la propagation du coronavirus et sur les mesures prises pour l’endiguer.

  • Informations aux voyageurs du DFAE
  • En cas de projet de voyage, il est possible de s’informer sur la situation actuelle du pays de destination sur la page du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Cette page contient une rubrique spéciale consacrée au coronavirus.

  • Informations de l’OMS sur la situation mondiale
  • L’Organisation mondiale de la santé regroupe toutes les informations concernant la propagation du coronavirus sur une page interactive. On y trouve des chiffres actualisés sur le nombre de cas diagnostiqués et le nombre de décès causés par la maladie.