Les personnes distraites au téléphone, la principale source d’exaspération sur les routes suisses

Enquête représentative Comparis sur les désagréments du trafic routier


Zurich, le 24 mai 2019 – L’omniprésence des téléphones portables se fait également sentir sur la route : interrogés sur les principaux désagréments du trafic routier, Monsieur et Madame Tout-le-monde citent le plus souvent les personnes au téléphone. C’est ce que révèle une enquête représentative menée par Marketagent pour le compte de comparis.ch, le comparateur sur internet présentant la plus grande plateforme automobile en ligne de Suisse.

Piétons ou conducteurs, les personnes au téléphone fâchent

Pas moins de 63 % des répondants s’agacent de piétons distraits au téléphone en traversant le passage clouté. Un comportement qui fâche notamment les plus de 50 ans : dans la tranche d'âge des 50-65 ans, ils sont 71 % à s’énerver à ce sujet. En comparaison, les 30-49 ans sont 60 % et les 14-29 ans, 56 % à partager cet avis.

Autre facteur cité comme particulièrement dérangeant concernant les piétons : l’utilisation du téléphone mobile ou des écouteurs sur le trottoir. De même concernant les conducteurs, les appels et autres manipulations du mobile au volant gênent 52 % des participants à l’enquête.

« Le fait est qu’il y a davantage de blessés graves par an sur la route par inattention ou distraction* que sous l’emprise de l'alcool ou en raison d’une vitesse excessive. Raison pour laquelle le législateur sanctionne l’utilisation du mobile au volant avec une sévérité correspondante », met en garde Andrea Auer, experte Mobilité chez Comparis. De plus, en cas d'accident, l'assurance risque de réduire ses prestations.

Barrière de rœsti : énervement contrasté envers les automobilistes

Les personnes interrogées s’énervent, outre sur les automobilistes au téléphone, sur ceux « collant » le véhicule ou le suivant de trop près (51 %). On observe toutefois une attitude contrastée de part et d’autre de la barrière de rœsti : ce genre de comportement gêne nettement davantage de Suisses allemands que de Romands (56 % contre 34 %). Mais pour le dépassement par la droite, c’est l’inverse : cette conduite dérange, en proportion, deux fois plus de Romands que de Suisses allemands (32 % contre 15 %).

Les cyclistes roulant côte à côte dérangent

Quant aux cyclistes, les Suisses s’énervent avant tout pour les vélos roulant l’un à côté de l’autre (51 %). Idem pour les cyclistes grillant les feux rouges : ils gênent 45 % des répondants. Ce dernier point dérange notamment les participants les plus âgés, à savoir 52 % des plus de 50 ans, contre 34 % des moins de 30 ans.

Méthode

Enquête représentative réalisée par l'institut de sondage et d'études de marché Marketagent pour le compte de comparis.ch auprès d'un échantillon de 1000 personnes issues de Suisse romande et allemande. Le sondage a eu lieu en avril 2019.

* Office fédéral des routes (Suisse) : statistiques 2013 - 2017 des accidents de la route

Plus d’informations
Andrea Auer
Experte Mobilité
Téléphone : 044 360 53 91
Courriel : media@comparis.ch
comparis.ch

 

À propos de comparis.ch
Avec plus de 80 millions de visites chaque année, comparis.ch compte parmi les sites Internet les plus consultés de Suisse. L’entreprise compare les tarifs et les prestations des caisses maladie, des assurances, des banques et des opérateurs télécom. Elle présente aussi la plus grande offre en ligne de Suisse pour l’automobile et l’immobilier. Avec ses comparatifs détaillés et ses analyses approfondies, elle contribue à plus de transparence sur le marché. comparis.ch renforce ainsi l’expertise des consommateurs à la prise de décision. Entreprise créée en 1996 par l’économiste Richard Eisler, comparis.ch emploie aujourd’hui quelque 180 collaborateurs à Zurich.

 

Nous contacter

Relations de presse
Téléphone +41 44 360 53 91
Courriel media@comparis.ch