Jeune conducteur

Crash recorder : élément de preuve et primes plus basses

INFO
|
Pour l’heure, seuls les jeunes conducteurs bénéficient de primes plus basses à l’installation d’un crash recorder ou d’un enregistreur de données. Photo : iStock / chinaface

Un incident au volant marque souvent le début des ennuis : s’ils souhaitent éviter qu’après un accident de la route, la question de la responsabilité tourne au conflit, les automobilistes peuvent installer un crash recorder dans leur véhicule.

Un crash recorder enregistre les 30 dernières secondes précédant un accident. Ce dispositif enregistre toutes les informations nécessaires à sa reconstitution. Cela comprend notamment des paramètres comme l'accélération, la date et l’heure. Des valeurs que l’assurance analyse ensuite manuellement afin de reconstituer les circonstances de l'accident et de clarifier plus facilement la question de la responsabilité. Toutes les autres informations sont supprimées automatiquement par cette boîte noire.

Actuellement, Axa Winterthur et Allianz proposent des crash recorder à leurs clients en Suisse. En optant pour cette solution, les jeunes conducteurs entre 24 et 29 ans se voient accorder une remise de prime de 15 %. Selon une étude réalisée par Axa Winterthur, les jeunes conducteurs ayant installé un crash recorder ont causé 15 % d’accidents en moins que les autres conducteurs de la même tranche d’âge dépourvus de l'appareil. Une enquête Comparis révèle quant à elle que plus de la moitié des Suisses sont d’avis qu’un crash recorder favorise la bonne conduite au volant. Sur le fond, 66 % des personnes interrogées estiment que le crash recorder peut apporter une aide précieuse à la reconstitution d’accidents et, par conséquent, à la question de la responsabilité.  

Toujours selon cette étude, près de la moitié des Suisses sont disposés à installer un tel appareil dans leur véhicule – ils sont même favorables à le rendre obligatoire. Toutefois, 70 % d'entre eux demandent à être récompensés par les assureurs, comme cela est pratiqué avec les jeunes conducteurs, sous forme d’une réduction de prime. La part des personnes prêtes à embarquer un crash recorder est particulièrement élevée chez les plus de 50 ans.

Depuis l’été 2018, la Mobilière propose un modèle de ce type aux jeunes conducteurs de moins de 25 ans : un enregistreur de données de conduite collecte en permanence des données sur la façon dont l’automobiliste se comporte au volant. Les kilomètres parcourus et le style de conduite (p. ex. la vitesse) sont ainsi documentés et transmis à l'assurance pour être analysés. Avec le modèle d'assurance «Pay How You Drive», le montant de la prime est calculé en fonction du style de conduite. Si l’assuré fait preuve d’une « bonne » conduite automobile, il bénéficie d’une réduction de primes. Chez la Mobilière, cette réduction peut se situer entre 15 et 25 %, selon les habitudes au volant.  

Enregistreur de données de conduite ou crash recorder : vous êtes jeune conducteur et vous êtes à la recherche d’une assurance auto ?