Twint & Cie – le smartphone boudé comme moyen de paiement

Une étude Comparis esquisse une tendance au paiement sans contact


Le paiement numérique séduit de plus en plus : un tiers des Suisses croit à un avenir sans argent liquide. Aujourd’hui, 50 % des consommateurs paient sans contact. Cela dit, malgré Twint et Cie., le smartphone reste un moyen de paiement marginal. C'est ce que révèle une enquête de comparis.ch

Zurich, le 5 mars 2018 – Le paiement sans espèces gagne du terrain. Selon la Banque nationale suisse, 17 millions de cartes de crédit et de débit, sont aujourd’hui en circulation en Suisse – un chiffre sans précédent. En effet, le nombre de transactions effectuées par carte de paiement a atteint un pic l’an dernier : plus d’un milliard d’opérations ont eu lieu par carte de crédit ou de débit. Une enquête représentative du comparateur en ligne comparis.ch révèle que 30 % des personnes interrogées peuvent s’imaginer la Suisse sans espèces.

Une personne sur deux paie sans contact

Aujourd’hui, une personne sur deux paie d’ores et déjà sans contact, c'est à dire sans entrer le code PIN, le plus souvent avec une carte de crédit ou de débit. Malgré l’importante diffusion, les Suisses font preuve de prudence en payant avec cette nouvelle fonction. Parmi les répondants, 72 % font part de leurs craintes quant à la sécurité en cas de perte de la carte. Des doutes parfaitement justifiés pour l’Expert Telecom de comparis.ch, Jean-Claude Frick : « Qui perd une carte de crédit ou de débit avec une puce NFC activée doit la faire bloquer rapidement, car la carte pourrait être utilisée sans code PIN pour des petits montants. » En revanche, le piratage des données par des tiers lors d'une connexion – ce que beaucoup redoutent – est complexe : dans ce cas, les escrocs devraient se rapprocher de très près de leur victime pour avoir accès aux données.

Le smartphone, un moyen de paiement marginal

Parmi les personnes interrogées, 38 % pensent que le paiement via smartphone remplacera un jour les cartes de crédit et de débit. Pourtant au quotidien, le mobile ne remplit que très rarement cette fonction aujourd’hui : seuls 3 % des sondés sortent leur téléphone portable pour effectuer des paiements sans contact. Par ailleurs, seulement 1% des répondants citent le paiement mobile comme Apple Pay, Samsung Pay et Twint parmi les moyens de paiement qu’ils privilégient. Près de deux tiers des participants à l’étude ne se sert jamais du paiement mobile. En effet, seul un utilisateur sur dix paye au moins une fois par semaine avec son smartphone.

« Le paiement par smartphone semble trop compliqué pour bien des utilisateurs – l'incompatibilité des trois systèmes existant en Suisse, Apple Pay, Twint et Samsung Pay, y contribue fortement », explique J.-C. Frick.

Les espèces plus appréciées des femmes que des hommes

La popularité de l'argent liquide, en revanche, diminue en Suisse : 40 % des répondants, seulement, citent encore les pièces et billets comme le moyen de paiement qu'ils privilégient (contre 34 % pour les cartes de débit et 25 % pour les cartes de crédit). Les femmes, particulièrement, y sont attachées : 43 % des femmes privilégient les espèces par rapport aux autres moyens de paiement. Les hommes, eux, ne sont que 34 % à partager cet avis.

 

Méthode

Enquête en ligne représentative réalisée par l'institut de sondage et d'études de marché innofact pour le compte de comparis.ch auprès d'un échantillon de 1038 personnes issues de toutes les régions de Suisse. Le sondage a eu lieu en décembre 2017.

[Voir le détail des tableaux dans le PDF]

 

Plus d’informations
Dominik Weber (Expert Argent) & Jean-Claude Frick (Expert Numérique)
Téléphone : 044 360 53 91
Courriel :
media@comparis.ch
comparis.ch

 

À propos de comparis.ch
Avec plus de 20 millions de visiteurs chaque année, comparis.ch compte parmi les sites Internet les plus consultés de Suisse. L’entreprise compare les tarifs et les prestations des caisses maladie, des assurances, des banques et des opérateurs télécom. Elle présente aussi la plus grande offre en ligne de Suisse pour l’automobile et l’immobilier. Avec ses comparatifs détaillés et ses analyses approfondies, elle contribue à plus de transparence sur le marché. comparis.ch renforce ainsi l’expertise des consommateurs à la prise de décision. Entreprise créée en 1996 par l’économiste Richard Eisler, comparis.ch emploie aujourd’hui quelque 150 collaborateurs à Zurich.

 

Nous contacter

Relations de presse
Téléphone +41 44 360 53 91
Courriel media@comparis.ch