Malgré l’appel à la protection des données : les Suisses favorables aux caméras embarquées pour servir de preuve en cas d'accident de voiture

Enquête Comparis au sujet des mini caméras embarquées en voiture


L’Allemagne a récemment autorisé les enregistrements de caméras embarquées (dashcams) pour servir de preuve devant les tribunaux en cas d'accident de voiture. En Suisse, leur utilisation est controversée. Les défenseurs de la protection des données mettent en garde contre les violations du droit de la personnalité. Mais comme le montre une enquête de comparis.ch : 70 % de Suisses sont favorables à une autorisation allant même au-delà de la simple production de preuves. Et la moitié des personnes demande une réduction des primes d'assurance véhicule à moteur pour leur utilisation.

Zurich, le 19 juillet 2018 – Un arrêt de la cour fédérale de justice allemande rendu en mai 2018 autorise désormais le recours aux enregistrements de caméras embarquées pour servir de preuve en cas de litige portant sur un accident. En Suisse, l’utilisation de ces mini caméras se trouve dans un flou juridique. Hugo Wyler, porte-parole du Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence (PFPDT) met en garde : « Le recours aux caméras embarquées viole en principe les droits de la personnalité, car des données sont collectées sur toute personne se trouvant dans le périmètre d’enregistrement de l'appareil, sans différenciation et ce, sans qu’elles ne puisses s'apercevoir qu’elles sont filmées. »

Une enquête représentative menée par l'institut de sondage et d'études de marché Marketagent pour le compte du comparateur sur internet comparis.ch révèle toutefois que la majorité des Suisses est favorable à l’utilisation des enregistrements de caméras embarquées devant les tribunaux, voire au-delà de la simple production de preuves. Une personne sur deux demande de plus une réduction des primes d'assurance véhicules à moteur pour l’utilisation de caméras embarquées.

70 % favorables aux caméras embarquées pour une utilisation dépassant la simple production de preuves

Malgré la mise en garde du préposé à la protection des données, plus de 70 % des personnes interrogées sont d'avis que les enregistrements de caméras embarquées contribuent fortement à l’élucidation d'accidents. Seuls 12 % sont opposés à l’emploi des enregistrements devant les tribunaux. Pour 52 % des personnes interrogées, les mini caméras contribuent en général à davantage de discipline sur la route et à un comportement convenable au volant. Ils sont même 70 % à penser que les caméras embarquées devraient pouvoir être utilisées au-delà de la simple production de preuves.

Rabais de primes exigé en cas de caméra embarquée

Une personne sur deux demande de plus des rabais de primes sur l'assurance véhicules à moteur pour l’utilisation de caméras embarquées. Un scénario que Andrea Auer, experte Mobilité chez Comparis, estime tout à fait réaliste : « Axa propose son Crash Recorder aux jeunes conducteurs depuis déjà dix ans et avec succès, récompensant l’installation de l’enregistreur de données d'accident par un rabais de 15 %. » Une offre qui, pour l'assureur, a porté ses fruits : selon une étude de Axa, les jeunes conducteurs ayant installé le Crash Recorder ont causé 15 % d’accidents en moins que d'autres conducteurs de la même tranche d’âge dépourvus de l'appareil.

« Le partage des données doit demeurer sur une base volontaire »

« Il est cependant essentiel que même à l’avenir les primes d'assurance ne s’établissent pas en fonction de la seule disposition de partager des données personnelles mais que celle-ci demeure volontaire », avertit A. Auer. Cela est le seul moyen de garantir la liberté des citoyens.

Un avis que partagent par ailleurs la majorité des personnes interrogées pour comparis.ch. En effet, 68 % sont opposées à une obligation des caméras embarquées sur les routes suisses. Par ailleurs, un tiers des Suisses pense que le recours aux mini caméras peut être le début d’un « État policier ».

 

 

Méthode
Enquête représentative réalisée par l'institut de sondage et d'études de marché Marketagent pour le compte de comparis.ch auprès d'un échantillon de 1002 personnes issues de Suisse romande et allemande. Le sondage a eu lieu en juin 2018. Les personnes sondées sont des internautes âgés de 14 à 65 ans.

 

Plus d’informations
Andrea Auer
Experte Mobilité
Téléphone : 044 360 53 91
Courriel : media@comparis.ch
comparis.ch

 

 

À propos de comparis.ch

Avec plus de 80 millions de visites chaque année, comparis.ch compte parmi les sites Internet les plus consultés de Suisse. L’entreprise compare les tarifs et les prestations des caisses maladie, des assurances, des banques et des opérateurs télécom. Elle présente aussi la plus grande offre en ligne de Suisse pour l’automobile et l’immobilier. Avec ses comparatifs détaillés et ses analyses approfondies, elle contribue à plus de transparence sur le marché. comparis.ch renforce ainsi l’expertise des consommateurs à la prise de décision. Entreprise créée en 1996 par l’économiste Richard Eisler, comparis.ch emploie aujourd’hui quelque 180 collaborateurs à Zurich.

 

Nous contacter

Relations de presse
Téléphone +41 44 360 53 91
Courriel media@comparis.ch