Archives communiqués de presse

  • Propriétaires de longue date : impôts les plus élevés à Saint-Gall et à Bâle-Campagne

    En cas de plus-value réalisée sur la vente d’un terrain ou d’un bien immobilier, un impôt s’applique. Comme l’indique une analyse de comparis.ch, le montant de cet impôt varie considérablement selon les communes et la durée de possession : à Frauenfeld, un propriétaire qui vend son bien au bout de 5 ans doit s’attendre à payer 40 % d’impôt sur le gain réalisé. Après 25 ans, c’est à Saint-Gall que l’impôt est le plus élevé, à 26,5 %, tandis qu’il est nul à Genève. « Appliquer un impôt sur les gains immobiliers des propriétaires de longue date a un arrière goût de discrimination. Même les investisseurs en bourse qui réalisent un bénéfice en revendant leurs actions ne payent pas d’impôt sur ce gain », déclare Leo Hug, expert Taxes et prélèvements chez Comparis. Afficher l'article ()

  • Rachats dans le 2e pilier : sans intérêt pour de nombreux revenus moyens

    Les personnes dont les revenus sont supérieurs à la moyenne gagnent à réaliser des versements de rattrapage. En revanche, même avec un revenu moyen, ces rachats ne sont plus forcément intéressants. En effet, les prestations complémentaires versées par l’État garantissent bien souvent un revenu disponible plus élevé que l’assurance-vieillesse et survivants (AVS) et la caisse de pension. Sont particulièrement concernés les Suisses et les Suissesses domiciliés dans des communes où les taux d’imposition sont élevés. Afficher l'article ()

  • Les prestataires d’assurances annulation rechignent au remboursement des billets d’entrée

    Le coronavirus promet aux organisateurs de festivals, foires ou autres concerts une « annus horribilis ». Bon nombre de ces manifestations ne peuvent avoir lieu dans les conditions prévues ou sont annulées. Et souvent, les consommateurs en sont pour leurs frais. C’est ce que révèle une analyse effectuée par Comparis. « Nombreux sont les prestataires d’assurances annulation avec lesquels le remboursement du prix du billet n’est pas garanti, et ce même lorsqu’une police existe », prévient Frédéric Papp, expert Argent chez Comparis. Afficher l'article ()

  • Caisses maladie : pour 2021, Comparis demande la réduction des réserves afin d’amoindrir la charge sur les revenus

    Felix Schneuwly, expert Assurance maladie chez Comparis, table sur un rebond des primes de l’assurance de base de l’ordre de 3 % en 2021 si l’Office fédéral de la santé publique ne laisse pas les caisses réduire davantage leurs réserves. « Avec la réduction des réserves, actuellement chiffrées à plus de 8 milliards de francs, la hausse des primes de l’assurance de base pourrait être limitée à 1 % », estime F. Schneuwly. Selon lui, cette limitation est essentielle : en Suisse, plus de deux millions de personnes ont subi une baisse de leurs revenus en raison de la crise du coronavirus, ce qui a conduit à une augmentation significative du poids des primes dans leur budget. Afficher l'article ()

  • Coronavirus : pas de remboursement automatique des crédits d’itinérance non consommés

    Les exploitants des transports publics, les clubs de fitness et les organisateurs d’événements divers interdits durant le confinement font preuve de souplesse et prolongent les abonnements ou procèdent à des remboursements. Pas les opérateurs télécom : les clients peuvent faire une croix sur leurs crédits d’itinérance, même s’ils n’ont pas pu s’en servir du fait de la fermeture des frontières. Salt est le seul à rembourser les packs de données non utilisés au prix d’achat – sur demande uniquement. « Les opérateurs télécom se fichent de leurs clients », estime Jean-Claude Frick, expert Télécom chez Comparis. Il invite les opérateurs à procéder au remboursement de tous les crédits d’itinérance. Afficher l'article ()

  • Crise du coronavirus : renforcement des craintes en matière d’emploi et d’argent malgré les assouplissements

    Chômage partiel, perte d’emploi, baisse de revenu : pour de nombreuses personnes en Suisse, juin ne laisse rien présager de bon en ce qui concerne leur situation financière. Plus de 17 % des personnes interrogées tablent sur une dégradation par rapport au mois de mai. Tels sont les résultats d’une enquête représentative de comparis.ch. Le mot d’ordre : économiser davantage et consommer moins. « Plus que jamais, l’économie locale a besoin de relancer ses ventes pour sortir de la crise. Les craintes pour l’avenir pèsent lourdement sur la volonté de consommer », déclare Michael Kuhn, expert Consumer Finance chez Comparis. Afficher l'article ()

  • Vacances d’été, coronavirus et assurance voyage : les risques de lacunes de couverture sont fréquents

    Selon une analyse Comparis, les compagnies d’assurance ont des pratiques très différentes sur le plan du remboursement des frais d’annulation qui seraient consécutifs à une deuxième vague de coronavirus ou à une mise en quarantaine. « Certaines personnes ne toucheront pas un centime, même avec une assurance. Et pour ce qui est de la signature d’un nouveau contrat d’assurance voyage, là aussi, la prudence est de mise. », déclare Frédéric Papp, expert Argent chez Comparis. Afficher l'article ()

  • Gestion de la crise du coronavirus : les employeurs et la population suisse affichent la progression la plus forte

    comparis.ch et Marketagent.com Schweiz prennent le pouls des Suisses en plein cœur de la crise du coronavirus avec un sondage représentatif régulier. Suite aux mesures d’assouplissement majeures du 11 mai, les meilleures notes quant à la gestion de la crise sont accordées aux membres de sa propre famille et au système de santé. Depuis la mise en place des mesures de confinement, les notes données à son propre employeur et à la population suisse sont celles qui ont connu la plus forte amélioration. « Les employeurs ont réussi en peu de temps à mettre en place le chômage partiel pour près de deux millions d’actifs et ont pris leurs responsabilités vis-à-vis de leurs employés. Ceci est très apprécié », explique Frédéric Papp, expert Argent chez Comparis. Afficher l'article ()

  • Marché automobile en ligne : pour la première fois, Mercedes-Benz remporte le trophée

    En 2019, les marques automobiles favorites en Suisse provenaient d’Allemagne. Parmi elles, c’est une première, Mercedes-Benz tient le haut du pavé. Les préférences varient d’une région à l’autre : si Subaru est demandée dans les montagnes des Grisons, les Tessinois misent sur les marques italiennes. Tels sont les résultats d’une analyse réalisée par comparis.ch, la plateforme en ligne d’annonces automobiles la plus vaste de Suisse pour les véhicules neufs et d’occasion. Afficher l'article ()

  • Crise du coronavirus : les Suisses s’inquiètent pour leur finances personnelles et leur avenir professionnel

    La crise du coronavirus cause du souci – mais moins qu’en mars. Quoi qu’il en soit, les perspectives financières pour le mois de mai restent mauvaises : plus de 25 % des sondés estiment que ce mois-ci, leur situation financière sera moins bonne qu’en avril. Il y a un mois, ils étaient 28 %. Tels sont les résultats d’une enquête représentative de comparis.ch. « Les mesures de soutien économique mises en place par la Confédération commencent seulement à se répercuter sur la confiance des Suissesses et des Suisses », indique Michael Kuhn, expert Consumer Finance chez Comparis. Afficher l'article ()

 

Nous contacter

Relations de presse
Téléphone +41 44 360 53 91
Courriel media@comparis.ch