Archives communiqués de presse

  • Coronavirus : mettre le cap sur la sécurité de l’approvisionnement fait grimper les coûts de la santé

    Dans un rapport financé par Comparis, le Centre de recherches conjoncturelles (KOF) de l’École Polytechnique Fédérale de Zurich (EPFZ) table sur une hausse des dépenses de santé située entre 3,3 et 3,8 % pour les années 2021 et 2022. Pour Felix Schneuwly, expert Assurance maladie chez Comparis, cette hausse est due au coronavirus : « D’une part, ce n’est pas seulement le virus qui rend les gens malades, mais aussi la crise économique qui en découle. D’autre part, le choix politique de mettre l’accent sur la sécurité de l’approvisionnement a un prix. » Afficher l'article ()

  • Des frais administratifs moindres ne se traduisent pas toujours par des primes maladie basses

    Les frais administratifs varient considérablement d’une caisse maladie à l’autre : en 2019, la Krankenkasse Luzerner Hinterland y a consacré 99 francs par client, ce qui lui vaut de remporter le titre de caisse la plus efficace. À l’inverse, la Krankenkasse Ingenbohl, qui a déboursé 573 francs par client à ce titre, s’est révélée caisse la moins efficace. Cependant, des frais administratifs moindres ne se traduisent pas toujours par des primes basses. C'est ce qui ressort d’une analyse de comparis.ch. En moyenne, les personnes assurées auprès de la caisse la plus efficace paient plus de 600 francs de plus en primes qu’auprès de la caisse la moins chère. Afficher l'article ()

  • L’essor de la télémédecine retombe après le confinement

    L’essor qu’a connu la télémédecine durant le confinement n’entraîne pas une hausse de la demande en modèles Telmed des caisses maladie. Cette demande est même légèrement en baisse chez les jeunes. Tels sont les résultats d’une analyse des recherches effectuées sur le comparateur comparis.ch. Les modèles HMO et du médecin de famille continuent, quant à eux, de progresser au détriment de l’assurance de base standard. Par ailleurs, malgré la probabilité accrue de recourir à des soins médicaux en raison du coronavirus, la tendance à opter pour la franchise maximale reste intacte. Afficher l'article ()

  • Près d’un million d’assurés pourront réduire la charge de leurs primes maladie de 40 % ou plus en 2021

    En 2021, l’augmentation moyenne des primes dans l’assurance de base sera de 0,5 % seulement. Les écarts entre les primes les plus basses et les primes les plus élevées restent néanmoins très marqués au sein des cantons et des régions de primes. Tels sont les résultats d’une analyse du comparateur sur Internet comparis.ch. « Avec la crise du coronavirus, plus d’un million d’assurés ont subi des pertes temporaires de salaire allant jusqu’à 30 %. La hausse des primes représentera donc malgré tout une charge significative », avertit Felix Schneuwly, expert Assurance maladie chez Comparis. En réalité, 1 million d’assurés pourraient économiser 40 % ou plus sur leur caisse maladie l’an prochain. Afficher l'article ()

  • « La peur du coronavirus pourrait dissuader de nombreux assurés d’augmenter leur franchise »

    En 2021, l’augmentation moyenne des primes dans l’assurance de base sera de 0,5 % seulement. Les écarts entre les primes les plus basses et les primes les plus élevées restent néanmoins très marqués au sein des cantons et des régions de primes. « Pour de nombreuses personnes dont les rentrées d’argent sont en baisse à cause du coronavirus, le poids des primes va quand même augmenter significativement », avertit Felix Schneuwly, expert Assurance maladie chez Comparis. « La peur d’être infectés par le coronavirus pourrait dissuader de nombreux assurés d’augmenter leur franchise. » Afficher l'article ()

  • En Suisse, 20 % des moins de 56 ans souhaitent que le vaccin contre le coronavirus soit obligatoire

    Dans l’hypothèse où un vaccin contre le coronavirus venait un jour à être mis sur le marché, la moitié de la population adulte suisse souhaite qu’il soit facultatif et pris en charge par l’assurance de base. Mais il existe une position radicale, particulièrement marquée chez les jeunes générations : un cinquième des moins de 56 ans demandent l’obligation vaccinale pour tous. Tels sont les résultats d’une enquête représentative de comparis.ch. « Le thème de la vaccination est très clivant car les antivaccins sont peu nombreux, mais ils font beaucoup de bruit », déclare Félix Schneuwly, expert Assurance maladie chez Comparis. Une forte majorité souhaite par ailleurs que les contrevenants à la quarantaine obligatoire soient mis à l’amende. Et le sujet de la fermeture des frontières fait apparaître une fracture entre la ville et la campagne. Afficher l'article ()

  • Primes maladie et coronavirus : lourd poids dans le budget des ménages suisses

    Réduction de l’horaire de travail et hausse du chômage, corollaires de la crise du coronavirus, amputent le revenu de nombreux ménages suisses. La charge des primes maladie s’en trouve alourdie : dans le pire des cas, les primes de l’assurance de base la plus chère représentent jusqu’à 16 % des dépenses des ménages, selon une analyse Comparis. « Comme de nombreux ménages disposent de moins d’argent à cause du coronavirus, une augmentation moyenne des primes maladie de l’ordre de 1 % l’an prochain conduira à une charge supplémentaire significative », avertit Felix Schneuwly, expert Assurance maladie chez Comparis. Afficher l'article ()

  • La population suisse pour un renforcement des mesures de lutte contre le risque d’infection à la COVID-19

    Pour les Suissesses et les Suisses, la dernière phase d’assouplissement des mesures lancée par la Confédération va trop loin. Tels sont les résultats de la dernière enquête représentative de Comparis. Si plus de 80 % se considèrent peu exposés au risque d’infection, plus des trois quarts se prononcent en faveur du port du masque obligatoire dans les transports publics, d’une interdiction des manifestations de plus de 300 personnes et d’un maintien de la règle des deux mètres de distance. « Les autorités fédérales ont trop longtemps affirmé que les masques ne servaient à rien. Malheureusement, la recommandation – par définition non contraignante – de porter un masque lorsqu’il est impossible de respecter un écart minimal avec les autres n’est donc manifestement pas suffisamment prise au sérieux », prévient Felix Schneuwly, expert Assurance maladie chez Comparis. Afficher l'article ()

  • La télémédecine explose pendant la crise du coronavirus

    Une analyse du comparateur sur Internet Comparis révèle que pendant le confinement, la demande de services de télémédecine est montée en flèche. Ce sont principalement des personnes non assurées selon le modèle Telmed qui se sont mises en relation avec un médecin par téléphone ou Internet. « De peur d’être infectés au coronavirus en se rendant dans un cabinet médical ou à l’hôpital, de nombreux patients ont mis de côté les réserves qu’ils pouvaient avoir sur la consultation par téléphone ou Internet », explique Felix Schneuwly. L’expert Assurance maladie chez Comparis est convaincu que d’ici la prochaine échéance fixée pour le changement de caisse maladie, de nombreux assurés se tourneront vers le modèle Telmed – y compris, et pour une large part, les séniors. Afficher l'article ()

  • Caisses maladie : pour 2021, Comparis demande la réduction des réserves afin d’amoindrir la charge sur les revenus

    Felix Schneuwly, expert Assurance maladie chez Comparis, table sur un rebond des primes de l’assurance de base de l’ordre de 3 % en 2021 si l’Office fédéral de la santé publique ne laisse pas les caisses réduire davantage leurs réserves. « Avec la réduction des réserves, actuellement chiffrées à plus de 8 milliards de francs, la hausse des primes de l’assurance de base pourrait être limitée à 1 % », estime F. Schneuwly. Selon lui, cette limitation est essentielle : en Suisse, plus de deux millions de personnes ont subi une baisse de leurs revenus en raison de la crise du coronavirus, ce qui a conduit à une augmentation significative du poids des primes dans leur budget. Afficher l'article ()

 

Nous contacter

Relations de presse
Téléphone +41 44 360 53 91
Courriel media@comparis.ch