Archives communiqués de presse

  • Passeport COVID : avis tranchés selon le sexe et le niveau de formation

    Le vaccin contre le coronavirus se profile à l’horizon, et avec lui émergent des questions : faut-il un passeport COVID pour jouir de plus de libertés ? Les réfractaires au vaccin et aux tests doivent-ils pouvoir être discriminés ? Une enquête représentative de comparis.ch révèle que la majorité ne veut pas d’une discrimination. Les femmes et les personnes peu formées sont particulièrement réticentes à cette idée. Mais la résistance faiblit devant l’hypothèse d’une récompense pour les vaccins et les tests. Afficher l'article ()

  • Boom du shopping en ligne : le coronavirus favorise les achats à crédit

    Malgré la baisse de la consommation due au coronavirus, les consommateurs et consommatrices suisses n’ont jamais autant acheté sur Internet qu’en 2020. Une analyse Comparis montre que plus de 80 % s’endettent pour faire leurs emplettes, en optant pour le paiement sur facture ou par carte de crédit. « De nombreux acheteurs se donnent une marge de manœuvre financière en reportant le moment du paiement. Mais dans la situation actuelle, ce comportement n’est pas sans risque d’un retour de flamme, surtout lorsque les montants en jeu sont élevés », prévient Michael Kuhn, expert Consumer Finance chez Comparis. Pour se prémunir contre les défauts de paiement, certaines entreprises ont créé des bases de données sur la capacité de remboursement des clients. Afficher l'article ()

  • Coronavirus : mettre le cap sur la sécurité de l’approvisionnement fait grimper les coûts de la santé

    Dans un rapport financé par Comparis, le Centre de recherches conjoncturelles (KOF) de l’École Polytechnique Fédérale de Zurich (EPFZ) table sur une hausse des dépenses de santé située entre 3,3 et 3,8 % pour les années 2021 et 2022. Pour Felix Schneuwly, expert Assurance maladie chez Comparis, cette hausse est due au coronavirus : « D’une part, ce n’est pas seulement le virus qui rend les gens malades, mais aussi la crise économique qui en découle. D’autre part, le choix politique de mettre l’accent sur la sécurité de l’approvisionnement a un prix. » Afficher l'article ()

  • Des frais administratifs moindres ne se traduisent pas toujours par des primes maladie basses

    Les frais administratifs varient considérablement d’une caisse maladie à l’autre : en 2019, la Krankenkasse Luzerner Hinterland y a consacré 99 francs par client, ce qui lui vaut de remporter le titre de caisse la plus efficace. À l’inverse, la Krankenkasse Ingenbohl, qui a déboursé 573 francs par client à ce titre, s’est révélée caisse la moins efficace. Cependant, des frais administratifs moindres ne se traduisent pas toujours par des primes basses. C'est ce qui ressort d’une analyse de comparis.ch. En moyenne, les personnes assurées auprès de la caisse la plus efficace paient plus de 600 francs de plus en primes qu’auprès de la caisse la moins chère. Afficher l'article ()

  • Les velléités d’achat d’un nouveau smartphone sont moins nombreuses

    La demande de smartphones est en baisse dans la Confédération : par rapport à 2019, les Suissesses et les Suisses sont 10 % de moins à envisager d’en acheter un nouveau dans les 12 prochains mois. Toutefois, les personnes qui souhaitent faire l’acquisition d’un nouvel appareil sont prêtes à payer le prix fort : elles sont 50 % de plus qu’en 2019 à envisager une dépense de 800 francs ou plus pour leur prochain téléphone. « Avec la restriction des contacts et les confinements, le smartphone a gagné en importance », déclare Jean-Claude Frick, expert Télécom chez Comparis. Afficher l'article ()

  • L’essor de la télémédecine retombe après le confinement

    L’essor qu’a connu la télémédecine durant le confinement n’entraîne pas une hausse de la demande en modèles Telmed des caisses maladie. Cette demande est même légèrement en baisse chez les jeunes. Tels sont les résultats d’une analyse des recherches effectuées sur le comparateur comparis.ch. Les modèles HMO et du médecin de famille continuent, quant à eux, de progresser au détriment de l’assurance de base standard. Par ailleurs, malgré la probabilité accrue de recourir à des soins médicaux en raison du coronavirus, la tendance à opter pour la franchise maximale reste intacte. Afficher l'article ()

  • Le piège des offres combinées : écarts de prix significatifs au niveau des assurances ménage et RC privée

    Les primes des assurances ménage et responsabilité civile privée peuvent varier jusqu’à 60 % d’un assureur à l’autre. C'est ce qui ressort d’une analyse de comparis.ch. « Le mot d’ordre aux consommateurs est de ne pas se laisser aveugler », avertit Frédéric Papp, expert Argent chez Comparis. Afficher l'article ()

  • Taux hypothécaires : l’absence de concurrence freine la chute des taux

    L’inertie des taux hypothécaires s’est poursuivie au troisième trimestre 2020. « L’absence de pression concurrentielle, notamment, rend inenvisageable un fort recul des taux », déclare Frédéric Papp, expert Argent chez Comparis. Les taux applicables aux échéances courtes et longues ont continué de se rapprocher. Pour le moment, les hypothèques indexées sur le marché monétaire sont aussi intéressantes que les hypothèques sur cinq ans. C'est ce que révèle le Baromètre des Hypothèques Comparis pour le troisième trimestre 2020. Afficher l'article ()

  • Près d’un million d’assurés pourront réduire la charge de leurs primes maladie de 40 % ou plus en 2021

    En 2021, l’augmentation moyenne des primes dans l’assurance de base sera de 0,5 % seulement. Les écarts entre les primes les plus basses et les primes les plus élevées restent néanmoins très marqués au sein des cantons et des régions de primes. Tels sont les résultats d’une analyse du comparateur sur Internet comparis.ch. « Avec la crise du coronavirus, plus d’un million d’assurés ont subi des pertes temporaires de salaire allant jusqu’à 30 %. La hausse des primes représentera donc malgré tout une charge significative », avertit Felix Schneuwly, expert Assurance maladie chez Comparis. En réalité, 1 million d’assurés pourraient économiser 40 % ou plus sur leur caisse maladie l’an prochain. Afficher l'article ()

  • « La peur du coronavirus pourrait dissuader de nombreux assurés d’augmenter leur franchise »

    En 2021, l’augmentation moyenne des primes dans l’assurance de base sera de 0,5 % seulement. Les écarts entre les primes les plus basses et les primes les plus élevées restent néanmoins très marqués au sein des cantons et des régions de primes. « Pour de nombreuses personnes dont les rentrées d’argent sont en baisse à cause du coronavirus, le poids des primes va quand même augmenter significativement », avertit Felix Schneuwly, expert Assurance maladie chez Comparis. « La peur d’être infectés par le coronavirus pourrait dissuader de nombreux assurés d’augmenter leur franchise. » Afficher l'article ()

 

Nous contacter

Relations de presse
Téléphone +41 44 360 53 91
Courriel media@comparis.ch