Archives communiqués de presse

  • Téléphone mobile compris dans l’abonnement : même plus cher, les Suisses n’en démordent pas

    Les mobiles à tarif réduit renchérissent les abonnements. En Suisse, deux tiers des personnes utilisant un mobile attachent pourtant de l’importance à un appareil « subventionné », les jeunes et les personnes avec un faible niveau de formation étant particulièrement concernés. Cela dit, plus de la moitié des détenteurs d’un mobile profite d’offres de rabais sur les abonnements et ne paie pas le prix fort pour la téléphonie mobile. Voilà le résultat d’une enquête représentative menée par Marketagent pour le compte de comparis.ch. Afficher l'article ()

  • Joachim Masur, ancien CEO de Zurich Suisse, au conseil d’administration de Comparis

    Le groupe Comparis accueille un nouveau membre au sein de son conseil d’administration. Joachim Masur, ancien CEO de Zurich Assurances Suisse, renforce le conseil avec effet immédiat. Le conseil d’administration se compose, en plus de J. Masur, de Richard Eisler (fondateur et propriétaire de Comparis), de Rafael Laguna de la Vera (directeur fondateur de l’agence pour les technologies disruptives du gouvernement fédéral allemand) ainsi que de Paul Kummer (président du conseil d’administration). Afficher l'article ()

  • Les recettes de l’impôt sur les chiens ont augmenté de plus de 50 % en dix ans

    L’État a mis la main sur les propriétaires de chiens. En une décennie, les recettes de l’impôt sur les chiens ont augmenté de plus de la moitié, atteignant plus de 50 millions de francs. Tels sont les résultats d’une analyse de Comparis. Désormais, à Uster, l’impôt sur les chiens est presque trois fois supérieur à celui de Bellinzone. Du côté de Bâle, l’impôt à payer pour un deuxième chien est exorbitant. Afficher l'article ()

  • Pratique et toujours disponible : les ménages suisses achètent régulièrement et beaucoup en ligne

    Les consommateurs suisses sont fan de shopping en ligne : les familles à haut revenu, notamment, achètent régulièrement et beaucoup sur Internet. Plus de 80 % des adeptes du shopping en ligne estiment que les achats sur Internet sont sûrs. Ils sont ainsi déjà plus de 40 % à se connecter pour des opérations même plus sensibles et confidentielles comme prendre rendez-vous chez le médecin, ouvrir un compte bancaire ou conclure une police d’assurance. La carte de crédit représente le moyen de paiement le plus fréquemment utilisé. Tels sont les résultats d’une enquête représentative de comparis.ch. Afficher l'article ()

  • Perte de popularité pour l’iPhone

    L’intérêt pour Apple s’affaiblit en Suisse. La part des personnes adultes utilisant un iPhone en Suisse était de 44,4 % en 2018. Elle se chiffre encore à 42,6 % cette année. Mais les personnes envisageant de porter leur choix sur un iPhone au moment de l’achat de leur prochain téléphone connecté ne représentent plus que 37,6 %. Voilà pour les résultats de la dernière enquête de marché représentative de comparis.ch effectuée auprès des consommateurs suisses. Afficher l'article ()

  • Rendre visible la qualité des cabinets médicaux

    Les utilisateurs du registre des médecins de comparis.ch disposent d’une nouvelle fonction de filtre pour trouver le praticien qui leur convient : un label de qualité. Résultat d’un audit réa-lisé par un organisme externe vérifiant la qualité du cabinet ou des traitements, ce label leur permet désormais d’identifier les médecins soucieux de la qualité. La Fondation EQUAM dé-livre actuellement le seul label de qualité répondant aux exigences définies par comparis.ch pour l’admission au registre des médecins. Afficher l'article ()

  • « Les assurés soucieux des coûts doivent être mieux récompensés »

    Dans un rapport financé par Comparis, le centre de recherches conjoncturelles (KOF) de l’École Polytechnique Fédérale de Zurich (ETH ZH / EPFZ) table sur une hausse des dépenses de santé située entre 3,3 et 3,6 % pour les années 2020 et 2021. L’expert Assurance maladie Comparis, Felix Schneuwly, met en garde contre une approche depuis la Berne fédérale essentiellement centrée sur les coûts : « Les assurés qui ont choisi de miser sur l’efficacité et la qualité de la prise en charge médicale avec un modèle alternatif dans l’assurance de base doivent être récompensés par le biais de primes plus équitables. » Afficher l'article ()

  • Modèles alternatifs : gare aux écueils en cas d’urgence présumée

    Les assurés détenant un modèle alternatif doivent s'adresser à un interlocuteur prédéfini avant tout traitement. Sauf en cas d’urgence. Et c'est précisément sur ce point que l'approche des caisses maladie diffère : une analyse menée par Comparis révèle des écarts importants entre ce que les différents assureurs considèrent être une urgence, et qu'ils doivent donc prendre en charge. Certaines caisses maladie refusent de rembourser dès le premier traitement effectué sans consultation préalable de l’interlocuteur attribué par l’assurance. « Les modèles d'assurance alternatifs sont une bonne chose. Mais il faut en connaître les règles et s’y conformer », explique Felix Schneuwly, expert Assurance maladie chez Comparis. Afficher l'article ()

  • Recherche désespérément : grand appartement à loyer modéré

    En Suisse, plus d’un quart des locataires voudrait déménager dans les 12 mois à venir. Le besoin d’un logement plus grand en est la principale raison. Une analyse menée par Comparis et Innofact indique un écart important entre les loyers proposés et la disposition à payer pour les appartements de quatre pièces et plus. Face à une forte demande d’appartements à loyer modéré, on observe un surplus d’offre en logements chers. « Actuellement, le marché ne répond pas aux besoins, notamment à ceux des familles », alerte Frédéric Papp, expert Immobilier chez Comparis. Afficher l'article ()

  • Plus d’1,2 million d'assurés pourraient réduire leurs primes maladie de 40 % ou plus en 2020 également

    L’augmentation moyenne des primes 2020 de l'assurance de base ne s’élève qu’à 0,2 %. Et pourtant, en changeant de caisse maladie, de franchise et/ou de modèle, plus d’1,2 million d’adultes pourraient faire baisser de 40 % et plus le poids des primes dans leur budget. La prudence s’impose pour les caisses affichant des baisses de primes : les assureurs avec les rabais les plus importants continuent à afficher des tarifs pouvant être supérieurs de plus de 16,0 % à ceux du produit le plus avantageux de la région de primes concernée. On relève aussi que dans les grandes villes, Helsana et CSS ne font pas partie du classement de tête des baisses des primes. C’est ce que révèle une analyse du comparateur sur Internet comparis.ch. Afficher l'article ()

 

Nous contacter

Relations de presse
Téléphone +41 44 360 53 91
Courriel media@comparis.ch