Les Suisses sont optimistes pour l’année à venir

Enquête représentative de comparis.ch de début d’année 2019 sur les finances privées


Ils sont presque 30 % à s’attendre à une amélioration de leurs finances en 2019. Notamment les Suisses romands sont plus optimistes que l’année précédente. C’est ce que révèle une enquête représentative de comparis.ch. Selon les sondés, les appareils électroniques ou l’habillement constituent le potentiel d’économies le plus important. Par contre, ils n’envisagent pas de déménager dans un logement moins cher.

Zurich, le 3 janvier 2019 – La population suisse évalue positivement sa situation financière. Malgré certains rêves inassouvis, une personne sur deux est satisfaite de ses finances. Et une sur cinq peut pratiquement tout s’offrir ou ne rencontre aucun problème d’argent. C’est ce qu’indique une enquête représentative menée par le comparateur sur Internet comparis.ch. Seuls 6 % ont, selon leurs propres indications, du mal à joindre les deux bouts. 84 % de la population pensent que leur situation financière n’évoluera pas l’année prochaine.

La Suisse latine sensiblement plus satisfaite que l’année précédente

En revanche, plus de 28 % des Suisses escomptent une amélioration de leur situation financière l’année prochaine. Plus d’un sur deux table sur une situation inchangée. Et seuls près de 16 % de la population suisse prévoient une dégradation de leurs finances par rapport à 2018.

Les Suisses romands et les Tessinois se sont exprimés nettement plus positivement que l’année dernière sur leur situation financière. L’année dernière, 20 % des Suisses romands croyaient encore à une détérioration financière. Aujourd’hui, ce chiffre a reculé à 16 %. Et seuls 29 % des Suisses romands sont insatisfaits de leurs finances (contre 39 % l’année précédente). Les Tessinois se montrent légèrement plus pessimistes quant à leur avenir que l’année précédente. 18 % s’attendent à une détérioration de la situation (contre 16 % l’année précédente). Dans le même temps, les Suisses italophones voient leurs finances actuelles sous un jour plus positif qu’en 2018. 54 % des Tessinois sont satisfaits de leur situation financière actuelle. Ils n’étaient que 46 % l’année dernière. En Suisse alémanique, la satisfaction et l’optimisme sont intacts : près de deux tiers des sondés sont satisfaits de leurs finances. Ils sont près d’un tiers à compter même sur une poursuite de l’amélioration.

Les hommes plus optimistes que les femmes

Les disparités sont également très importantes en fonction du sexe : les hommes sont nettement plus optimistes que les femmes en termes de perspectives financières pour la nouvelle année. Un homme sur trois escompte une embellie financière en 2019. C’est une personne sur quatre chez les femmes. En considérant les différentes tranches d’âge, on observe des différences importantes : chez les moins de 36 ans, 40 % tablent sur une évolution positive. Ils sont encore près d’un sur trois dans la tranche d’âge des 36 à 55 ans. Les pessimistes sont plus nombreux que les optimistes chez les plus de 56 ans : plus d’un sur cinq se prépare à une situation financière plus difficile. Seul un sur sept envisage positivement l’avenir en termes de finances.

Faire l’impasse sur l’électronique et les vêtements

Si les Suisses devaient réduire leurs dépenses, ils commenceraient par les dépenses inutiles et les achats spontanés. Les trois quarts des sondés voient en cette mesure un outil efficace. Ils voient un important potentiel d’économie au niveau des appareils électroniques (62 %) et de l’habillement (58 %). Une chose ressort par rapport à l’année précédente : la population suisse est moins prête à se priver de sorties et de repas au restaurant (54 % contre 59 % l’année précédente). Il est également plus difficile de renoncer aux événements culturels et sportifs (49 % contre 57 % l’année précédente) ainsi qu’aux vacances (35 % contre 38 % l’année précédente). Les sondés ne s’imaginent pas du tout renoncer à leur véhicule (31 %) ni à leur passion (23 %). Seuls 7 % seraient prêts à rechercher un logement moins cher en cas de difficultés financières.

En cas de surplus d’argent : économiser et voyager

Pour les fonds à disposition, la volonté d’économie est largement répandue : plus de la moitié des sondés indique le faire le cas échéant. Plus d’un tiers d’entre eux investirait l’argent dans un voyage. Et une personne sur cinq souhaiterait sortir davantage. À noter qu’hommes et femmes utilisent différemment le surplus d’argent. Ainsi, 20 % des hommes indiquent vouloir investir cet argent disponible (contre 7 % des femmes). Les produits électroniques ont également la cote chez les hommes : 16 % d’entre eux en achèteraient avec leur surplus d’argent. Les femmes préfèrent quant à elles prendre soin d’elles. En effet, 15 % d’entre elles investiraient dans des soins de beauté et de bien-être. Ils ne sont que 7 % chez les hommes.

 

 

Méthode
Enquête en ligne représentative réalisée par l’institut de sondage et d’études de marché innofact pour le compte de comparis.ch auprès d’un échantillon de 1043 personnes issues de toutes les régions de Suisse. Le sondage a eu lieu en décembre 2018.

 

Plus d’informations :
Dominik Weber
Expert Banque

Téléphone : 044 360 53 91
Courriel : media@comparis.ch

comparis.ch

 

À propos de comparis.ch
Avec plus de 80 millions de visites chaque année, comparis.ch compte parmi les sites Internet les plus consultés de Suisse. L’entreprise compare les tarifs et les prestations des caisses maladie, des assurances, des banques et des opérateurs télécom. Elle présente aussi la plus grande offre en ligne de Suisse pour l’automobile et l’immobilier. Avec ses comparatifs détaillés et ses analyses approfondies, elle contribue à plus de transparence sur le marché. comparis.ch renforce ainsi l’expertise des consommateurs à la prise de décision. Entreprise créée en 1996 par l’économiste Richard Eisler, comparis.ch emploie aujourd’hui quelque 180 collaborateurs à Zurich.

 

Nous contacter

Relations de presse
Téléphone +41 44 360 53 91
Courriel media@comparis.ch