Endettement en Suisse

Un crédit pour consommer sans compter ou pour surmonter des difficultés ?

Les crédits privés ont une mauvaise image en Suisse et pourtant, plus de 30 % de la population vit dans un ménage détenant au moins un crédit (sans compter les hypothèques). Voyez dans quels cas un crédit privé est judicieux et dans lesquels la prudence est de mise.

Personne n’aime faire des dettes. Pourtant, avoir des dettes est bien plus répandu qu’on pourrait le croire. Les raisons de souscrire un crédit (hypothèques exclues) sont diverses et variées. D’après l’Office fédéral de la statistique, il existe principalement trois motifs :

  • Achat d’un véhicule (18 % de la population)
  • Ameublement (7 % de la population)
  • Règlement d’autres dettes ou de factures (3 % de la population)

À l’achat d’une voiture, il est particulièrement utile de réfléchir au mode de financement. En effet, lorsqu’on ne peut (ou ne veut) pas puiser dans ses réserves pour la nouvelle voiture, un crédit privé est une alternative au leasing qui mérite considération.

Le crédit privé, souvent moins cher et plus souple qu’un leasing

En signant un contrat de leasing, beaucoup n'ont pas conscience du coût réel de celui-ci. « En effet, quand on se penche sur le financement via un leasing, on s'aperçoit que les coûts dépassent largement les mensualités (le leasing à proprement parler). Il ne faut donc pas se laisser duper par les offres de leasing alléchantes », prévient Marc Parmentier, expert Banques chez Comparis. Un crédit privé revient souvent moins cher et présente l’autre avantage que la voiture appartient dès le début à l’emprunteur.

Cette formule offre aussi davantage de souplesse qu’un leasing, notamment quand on souhaite mettre fin au contrat de financement, réputé plus simple. «Les personnes qui financent leur voiture avec un crédit privé peuvent la vendre à tout moment si cela s'avère nécessaire et rembourser le crédit. Avec un contrat de leasing, ce n’est pas si simple et cela entraîne en tout cas des frais supplémentaires », déclare M. Parmentier.

 

 

Inapproprié à l'assainissement des dettes

Les crédits sont souscrits pour répondre rapidement à des envies de consommation mais aussi pour surmonter des passes financières difficiles. En effet, certains évènements comme le chômage, un divorce, une maladie ou la naissance d’un enfant peuvent vite déséquilibrer une situation financière. Dans de cas, un crédit peut apporter une aide passagère.

Mais quand la personne concernée est déjà endettée, la prudence est de mise. La situation devient particulièrement délicate pour les emprunteurs qui veulent rembourser leurs dettes mais qui ne parviennent pas à mettre de l'argent de côté à la fin du mois. Si le crédit peut alléger la dette à court terme, il peut aggraver l’endettement à moyen et à long terme. Un crédit privé ne devrait donc être pris en considération que lorsque le budget est équilibré dans l’ensemble. Dans le cas contraire, il est indiqué de se tourner vers des conseillers spécialistes en matière de dettes.

Pour plus de conseils pratiques sur la prise de crédit, cliquer ici.