Maladies et symptômes

Saison des pollens et des tiques précoce en raison d'hivers doux

INFO
|
Photo : iStock / SementsovaLesia

L’hiver 2019/2020 a été le plus doux jamais enregistré en Europe. Les effets directs de cette douceur exceptionnelle se font actuellement sentir, au printemps, en particulier chez les personnes allergiques, mais pas seulement.

Sur le plan météorologique, le printemps a débuté le 1er mars, marquant ainsi la fin d’un hiver historiquement doux en Suisse aussi, avec des records de températures moyennes jamais atteints depuis 1864. Selon le service météo de la RTS, les températures moyennes enregistrées au Nord des Alpes étaient environ 3,5 à 4 degrés supérieures à la norme 1961-1990. Le Sud des Alpes a également connu une hausse des températures de l’ordre de 3 degrés par rapport à la normale. De décembre à février, la température hivernale en moyenne nationale a été de 0,7 degré, selon MétéoSuisse.

À l’instar de la douceur, l’ensoleillement a également été exceptionnel et des valeurs records ont été mesurées à Zurich, Bâle, Berne et Genève. La pluie et l’enneigement se situaient, quant à eux, dans la moyenne pluriannuelle.

Comment expliquer une saison pollinique si précoce ?

La précocité de la saison des pollens s’explique par une douceur hivernale exceptionnelle. Selon la NZZ, des concentrations moyennes de pollens ont pu être enregistrées dès le 9 janvier 2020, soit 20 jours d’avance sur la moyenne observée pour la période 1993-2017. On constate donc une nette tendance à une dispersion du pollen de plus en plus précoce. Face à cette évolution, MétéoSuisse a décidé de mettre en place un réseau de mesure automatique du pollen. Les premières données devraient être disponibles en 2021 et contribuer ainsi à l’amélioration des prévisions.

Un hiver doux oblige donc les personnes allergiques et celles souffrant du rhume des foins à se battre très tôt avec des yeux qui pleurent et un nez qui coule. Un de nos articles vous apporte les réponses à 6 questions fréquentes sur le rhume des foins ainsi que de précieux conseils en la matière. Vous y découvrirez également quels médicaments potentiellement utiles sont remboursés par l’assurance de base et lesquels nécessitent une prise en charge par une complémentaire.

Comparez les complémentaires

Quel est le lien entre la douceur de l’hiver et les tiques ?

Les tiques sortent de leur hibernation dès que la température dépasse 8 degrés. La hausse des températures hivernales rend donc précocement dangereuses ces créatures hématophages, ou sanguinivores. Les tiques peuvent être porteuses de virus et de bactéries et ainsi transmettre des maladies à l’être humain. Les plus connues d’entre elles sont la borréliose de Lyme et l’encéphalite à tiques, également appelée méningo-encéphalite verno-estivale (MEVE). C'est pourquoi les autorités suisses recommandent de se faire vacciner contre les tiques. Pour en savoir plus sur la vaccination, la prise en charge par les caisses maladie ou la manière de retirer une tique, n’hésitez pas à consulter notre article comparis.ch consacré à la vaccination tiques en Suisse.

Le danger des piqûres de tiques et le calvaire des personnes allergiques resteraient une réalité, même en l’absence de températures printanières de plus en plus précoces. Cette précocité représente toutefois un fardeau supplémentaire pour les individus concernés.