Internet

Ce qu’il faut savoir sur la 5G

INFO
|
Photo : comparis.ch

En Suisse, la construction du réseau de téléphonie mobile cinquième génération est en cours. La 5G, projet d’infrastructure majeur dans le domaine de la téléphonie mobile, comporte beaucoup d'avantages. Mais la 5G suscite également des craintes. Tour d’horizon sur cette nouvelle technologie.  

Qu’est-ce que la 5G ?

La 5G correspond à la dernière évolution de la téléphonie mobile. Chaque nouvelle génération de téléphonie mobile est matérialisée par un chiffre. Aujourd’hui par exemple, nous utilisons la 4G (également appelée LTE). La 5G révolutionnera la transmission mobile de données, notamment grâce à des capacités accrues au sein d’une même cellule de téléphonie mobile – ce qui comporte certains avantages en termes de débit et de connexions simultanées.

Quels sont les avantages de la 5G ?

Nous transmettons de plus en plus de données via le réseau mobile et les antennes de téléphonie mobile existantes touchent à leurs limites. Il arrive souvent de ne plus pouvoir se connecter alors que le réseau est encore bon. En Suisse, le volume de données mobiles, que nous transmettons via nos smartphones et tablettes, double chaque année. Afin d’assurer, à l'avenir encore, le traitement de cette masse de données, une nouvelle technologie est nécessaire. La 5G est également essentielle pour le développement de l’internet des objets (internet of things – IoT). On peut, en effet, connecter toute sorte d’objets à internet : les véhicules autonomes, par exemple. Ils requièrent un flux de données continu et très rapide afin de pouvoir échanger des données entre eux.

En effectuant un « Network Slicing », le réseau 5G fournit uniquement les performances requises pour un certain usage. Les voitures autonomes nécessitent par exemple une très grande réactivé ; les applications web, en revanche, une transmission de données rapide. Grâce à la 5G, les opérateurs télécom ont la possibilité de réserver des capacités de réseau pour la police et les pompiers, afin que ces derniers puissent communiquer en cas de crise, même quand le réseau mobile est surchargé.

Quelle est la vitesse de la 5G ?

Swisscom table sur une vitesse de téléchargement descendant allant jusqu’à 3 gigaoctets par seconde, soit un débit vingt fois supérieur à celui de la 4G aujourd’hui. Grâce à la nouvelle technologie, les utilisateurs téléchargent un film haute résolution ou toute la saison d’une série Netflix sur leur smartphone en quelques secondes. La 5G permet aussi un streaming sans accroc de retransmissions en direct. L’avantage majeur, du point de vue du consommateur, est la fiabilité et l'absence d’interruption du flux de données sur le réseau 5G, même quand beaucoup d’utilisateurs sont connectés à une cellule de téléphonie mobile.

À quoi bon la 5G ? La 4G est déjà assez rapide

Pour un particulier, le principal attrait de la 5G n'est pas le débit, mais une meilleure capacité et disponibilité. Car la 5G permet à bien plus de personnes d’être connectées simultanément que cela est le cas aujourd’hui. La capacité des réseaux mobiles s’en trouve sensiblement accrue. Fini alors les engorgements aux grandes gares, sur les lignes de train très fréquentées ou, de manière générale, dans les villes.

Pour les applications industrielles et pour l’internet des objets (IoT), la 5G est essentielle, car ce standard d’émission est la condition sine qua non pour faire fonctionner certains services.

Quand aurais-je accès à la 5G ?

Swisscom projette d'approvisionner environ 90 % de la population suisse avec ce standard d’émission d’ici fin 2019. L’opérateur a d’ores et déjà mis en service les premières antennes 5G sur une centaine d’emplacements et quelque 50 localités.

Sunrise a lancé sa première offre 5G au mois de mars. Dans un premier temps, l’opérateur met moins l'accent sur les smartphones ; il promet plutôt une connexion internet 5G plus rapide pour la maison. Une technologie que Sunrise qualifie de « l’Internet par fibre optique par voie aérienne ». Grâce aux routeurs 5G au domicile, des débits allant jusqu’à 1 Gbit/s devraient être possibles. Depuis fin mars, plus de 150 villes et lieux profitent de la nouvelle offre. Sunrise veut avant tout développer la 5G dans les régions rurales – comme alternative à la fibre optique – à l’horizon 2020.

Salt, le plus petit des opérateurs mobiles, souhaite introduire le nouveau standard au troisième trimestre 2019. Il n’a toutefois pas révélé plus de détails sur ses projets de déploiement de la 5G.

Il est bien probable que le déploiement des nouveaux réseaux de téléphonie mobile ne se fasse pas aussi rapidement que prévu. Car en ce qui concerne la mise en œuvre de nouveaux réseaux, les fournisseurs font face à un dilemme : pour mieux exploiter les emplacements d’antennes existants, les entreprises de télécommunications demandent un assouplissement des valeurs limite de rayonnement afin d'augmenter la puissance d’émission des antennes 5G. Une intervention politique visant à élever cette limite a échoué en 2018 devant le Conseil des États. En réaction à cette décision, Swisscom avait alors avancé que le réseau 5G resterait lacunaire, le potentiel de la 5G ne pouvant pas être pleinement exploité de la sorte.

En effet, le secteur de la télécommunication estime à 15 000 le nombre de nouvelles antennes nécessaires si la valeur limite reste inchangée.

Aujourd’hui, les fournisseurs développent des emplacements existants – ce qui est plus rapide que la construction de nouvelles antennes. Mais la création de nouveaux emplacements est inévitable.

Faut-il de nouveaux smartphones pour utiliser la 5G ?

Parmi les smartphones actuellement disponibles, seuls quelques-uns sont déjà compatibles avec la nouvelle technologie. Pour utiliser la 5G, il faut de nouveaux chipsets (jeux de puces) et de nouvelles antennes. Les premiers smartphones compatibles 5G font leur entrée sur le marché. Il existe par exemple le MiMix 3 du fabricant chinois Xiaomi. Samsung lancera mi-juin le Galaxy S10+ 5G, son modèle phare équipé 5G. LG et Huawei ont eux aussi annoncé des modèles de ce type. Les clients Apple, en revanche, devront encore patienter : selon les rumeurs, le premier iPhone 5G n'arrivera sur le marché qu’en automne 2020.

À partir de 2020, tous les nouveaux smartphones devraient être compatibles 5G.

Et le rayonnement de la 5G, qu’en est-il ?

La 5G et le rayonnement présumé plus dangereux font couler beaucoup d’encre. En fait, les effets du rayonnement non ionisant (RNI) sur l’Homme dépend de l’intensité et de la fréquence de ce rayonnement. Actuellement, la mise en place de la 5G se fait dans des plages de fréquences qui sont employées jusqu’à présent pour les applications 4G, WiFi et TV (p. ex. les caméras mobiles dans les stades de football). La 5G ne changera donc pas beaucoup en matière de rayonnement dans un premier temps.

Contrairement aux antennes existantes, dont le rayonnement est le même partout, les antennes 5G peuvent maintenant orienter leur rayonnement précisément là où il est demandé.

Le Conseil fédéral s’est également prononcé sur la 5G et l’exposition au rayonnement.

Par ailleurs, un groupe de travail, mis sur pied par l’Office fédéral de l'environnement OFEV, se penche actuellement sur les besoins et les risques de la téléphonie mobile à court et à moyen terme ainsi que sur l’exposition au rayonnement, notamment en lien avec l’introduction de la 5G. Le groupe devrait présenter ses recommandations au cours de l’été 2019.