Refinancer une hypothèque : faire les bons choix

5 erreurs, qu’il vaut mieux éviter lorsqu’on refinance son hypothèque

Un minimum d’efforts pour un maximum d’économies.

En Suisse, les taux hypothécaires se situent depuis un certain temps déjà à un niveau bas historique. Se pencher une nouvelle fois sur le financement hypothécaire est donc tout sauf inutile du fait des conditions très avantageuses qui règnent sur le marché. En effet, bien malin qui peut dire quand les taux remonteront à nouveau. L’emprunteur qui a besoin de refinancer son hypothèque ou qui souhaite avoir un établissement hypothécaire meilleur marché doit tenir compte d’un certain nombre de choses. Car les économies à la clé se chiffrent en milliers de francs.

Erreur n° 1 : manquer les délais

Une hypothèque ne se résilie pas à la va-vite. Dans la plupart des cas, il existe des délais de résiliation qui doivent être respectés. Même lorsqu’elles sont à taux fixe, les hypothèques doivent être résiliées, en dépit de la date d’échéance indiquée. En choisissant d’attendre l’arrivée de ce délai, un emprunteur court le risque d’être confronté à des inconvénients. Manquer son délai de résiliation empêche, d’une part, de changer tout de suite pour un établissement meilleur marché. D’autre part, votre hypothèque à taux fixe arrivant à échéance sera, dans la plupart des cas, transformée en une hypothèque à taux variable (plus chère).

N’attendez donc pas pour jeter un œil dans votre contrat hypothécaire et noter la date dans votre agenda. Idéalement, sept mois à l’avance. Cela vous laisse suffisamment de temps pour vous occuper du financement ultérieur. Lorsque le financement ne concerne qu’une partie de l’hypothèque, il est impossible – ou seulement moyennant des « frais de pénalité » astronomiques – de la transférer vers un autre établissement (voir plus bas « Erreur n° 5 »).

Erreur n° 2 : ne pas comparer

On le fait pour tout un tas de produits : on compare les prix. L'expérience montre que, pour les hypothèques, ce n’est bien souvent pas le cas. Or, c’est justement avec les hypothèques qu’il est particulièrement intéressant d’examiner de près les conditions des différents établissements. Sur la durée totale d’une hypothèque, on peut vite réaliser plusieurs milliers voire dizaines de milliers de francs d’économies.

 

 

Erreur n° 3 : ne pas (faire) négocier

Les taux indiqués par les organismes financiers n’ont qu’un seul caractère informatif. En négociant bien, il est donc possible de profiter de conditions plus intéressantes. Le montant effectif des taux dépend de divers facteurs comme la situation financière de l’emprunteur, le taux d’avance et la capacité à négocier. En fonction de la situation de départ, il est possible de faire baisser considérablement le taux de référence de l’institut financier. Ainsi, il n’est pas rare de voir que des hypothèque à taux fixe sur dix ans sont conclues à des taux avoisinant les 1 % voire en deçà (valeur indicative moyenne au 1er mars 2017 : 1,55%). Cela correspond à une économie de plus d’un tiers (!) pour exactement le même produit.

Négocier avec plusieurs établissements hypothécaires signifie bien entendu qu’il faut y passer beaucoup de temps. Les personnes qui redoutent l'effort que cela implique ou qui n’ont que peu d’expérience dans le domaine peuvent aussi laisser un courtier se charger des négociations. HypoPlus, un service partenaire de comparis.ch, peut vous apporter son soutien dans les négociations avec les différents établissements.

 

 

Erreur n° 4 : tenir compte des banques seulement

Les banques ne sont pas les seuls organismes à accorder des hypothèques. Les assurances, les caisses de pension et les fonds d’investissements le font aussi. L’emprunteur qui compare seulement les taux des banques s’impose des restrictions de manière inutile. Bien souvent, les taux proposés par les assurances et les caisses de pension sont même plus intéressants qu’auprès des banques traditionnelles.

 

 

Erreur n° 5 : ne pas étaler correctement

L’emprunteur qui a étalé son hypothèque en plusieurs tranches ne pourra plus la transférer vers un autre établissement hypothécaire. À moins qu’il résilie son contrat de manière anticipée. Une opération qui est en règle générale liée à des frais élevés. Selon la situation, résilier de manière anticipée peut malgré tout s’avérer intéressant. Tous ceux pour qui cela n’entre pas en ligne de compte veilleront à observer les points suivants au moment de renouveler leur tranche: définir la tranche prolongeant celle qui arrive à échéance de telle sorte que toutes prennent fin à la même date. C’est le seul moyen pour pouvoir changer d'établissement sans frais prohibitifs.

Conseil : étaler le remboursement de son hypothèque est rarement une bonne solution car on se lie ainsi à un organisme et on ne peut en changer qu’à un prix élevé. Procéder à une répartition en tranches n’est donc recommandé que si vous pouvez vraiment amortir la tranche lorsqu'elle arrive à échéance. Cela renforce votre position de négociation vis-à-vis de l'établissement financier.

 


Rédaction spécialisée


« Vers l'aperçu de toutes les infos

Ҫa pourrait vous intéresser

Hypothèques

Offres personnalisées à conditions uniques

Hypothèques

Tous les taux hypothécaires en vigueur


Pub

S'identifier

Annuler

Vous êtes un nouvel utilisateur : S'enregistrer

Mot de passe oublié ?