Hypothèque

Quel est le bon moment pour renouveler son hypothèque ?

CONSEILS
| Par Frédéric Papp |
Photo : iStock / Panuwat Dangsungnoen

À l’approche de l’échéance de son hypothèque, la question se pose souvent : dois-je anticiper sa prolongation ? La réponse à cette question dépend principalement des pronostics du preneur sur les taux et de son besoin de pouvoir planifier en toute sécurité.

Les taux hypothécaires se situent toujours à un niveau historiquement bas. Avec une solvabilité moyenne, le taux d’une hypothèque fixe sur 10 ans est à moins de 1 % : c’est ce que montrent les données de HypoPlus, service de courtage en hypothèques partenaire de Comparis.

Dans ces conditions, trouver un financement à long terme destiné à prendre le relais de votre hypothèque peut s’avérer judicieux. Mais que peuvent faire les preneurs dont l’hypothèque en cours n’arrive à échéance que dans deux ans, par exemple ?

La prédétermination gratuite du taux, une option toujours plus fréquente

Cette pratique, encore rare il y a quelques années, est aujourd'hui monnaie courante. De nombreux instituts hypothécaires proposent de fixer le taux hypothécaire à l’avance, parfois jusqu’à deux ans avant l’échéance de l’hypothèque, et ce sans surcoût. La fixation du taux à l’avance permet une certaine sécurité sur le plan de la planification : vous savez ce que vous coûtera mensuellement votre future hypothèque dès le jour de sa souscription. Selon l’évolution des taux, cette sécurité est plus ou moins souhaitable.

1. Les taux hypothécaires restent bas

Si vous pensez que les taux hypothécaires resteront durablement bas, il n’y a pas d’urgence à renouveler votre hypothèque. La plupart des établissements hypothécaires qui collaborent avec HypoPlus, un service partenaire de Comparis, ne facturent pas les frais de l’option Forward dans le cadre du renouvellement d’une hypothèque en cours de trois à douze mois avant son échéance (état : juillet 2020). Attention : certaines banques exigent aussi la résiliation d’une hypothèque à taux fixe. Généralement, le délai de résiliation est compris entre trois et six mois. Passé ce délai, vous courez le risque que l’hypothèque à taux fixe soit automatiquement transformée en hypothèque à taux variable. Or, les taux de ces dernières sont nettement plus élevés que ceux des hypothèques fixes.

2. Les taux hypothécaires ont tendance à monter

Si vous escomptez une hausse des taux hypothécaires dans les mois à venir, il vous est conseillé de vous pencher sur le renouvellement de votre hypothèque en cours bien avant son échéance. Pour ce refinancement, optez pour des établissements qui ne facturent pas de surcoût sur 12 mois ou plus : près de 20 % d’entre eux proposent gratuitement l’option Forward 12 mois, voire 18 mois (état : juillet 2020).

3. Les taux hypothécaires vont bientôt monter en flèche

Si vous pensez qu’à court terme, les taux hypothécaires vont significativement monter, alors gelez le vôtre le plus tôt possible. Si vous craignez que cette hausse ne soit vertigineuse et que votre hypothèque actuelle expire dans plus de 18 mois, envisagez la fixation du taux moyennant surcoût.

Faites de la veille sur le marché

En anticipant le refinancement de votre hypothèque, vous avez toutes les cartes en main : vous gardez votre capacité d’agir et pouvez saisir rapidement toute offre attractive sur le marché. Gardez un œil sur le marché hypothécaire et laissez-vous accompagner par un conseiller ou un courtier en hypothèques pour lire les conditions des prestataires. Ces derniers alignent leurs conditions sur le marché et sur leur politique d’octroi en vigueur.

Le risque zéro n’existe pas

Ce qu’il faut savoir : si le taux a été prédéfini contractuellement, il ne peut en règle générale pas être modifié par la suite. Si le taux est plus haut à l’expiration de l’hypothèque qu’à la signature du contrat, vous êtes gagnant, mais s’il est plus bas, le taux prédéfini contractuellement s’applique quand même.