Assurance

Assurance auto : 3 conseils avisés tirés des CGA

CONSEILS
|
Attention : en comparant les offres d'assurances auto, pensez également à lire les mentions en petits caractères. Photo : iStock / MangoStar_Studio
Question assurance automobile, c’est le moment de changer de compagnie : les primes sont au plus bas et le potentiel d'économies est d’autant plus élevé. Le hic : les produits d'assurance automobile sont parfois difficiles à déchiffrer. Car, souvent, les différences entre les formules proposées ne sont perceptibles que dans les mentions en petits caractères – les fameuses « conditions générales d'assurance » (CGA).

La bonne nouvelle : toute assurance est tenue de joindre ses conditions générales d'assurance aux offres qu’elle soumet aux intéressés. Une offre accompagnée des CGA est, par ailleurs, entièrement gratuite et strictement sans engagement. Bref, lorsque vous recevez une offre sans engagement, vous pouvez gratuitement consulter toutes les mentions en petits caractères de l'assurance.

Seulement, à quoi prêter attention entre deux ou plusieurs CGA à comparer ? Voici trois conseils avisés pour comparer vite et bien ce qui importe le plus dans les petits caractères.

1. Indemnisation du dommage intégral

De manière générale, demandez-vous ce que vous pourrez encore obtenir de votre assurance en cas de dommage intégral – comme indemnité pour la « perte » de votre véhicule. La réponse à cette question est essentielle afin que, en cas de coup dur, vous ayez le moins possible à payer de votre poche pour l'acquisition d’une nouvelle voiture. En principe, tous les assureurs proposent une indemnisation à la valeur vénale majorée avec leurs produits.

Cela dit, les compagnies ont toutes un tableau d’indemnisation propre – qui définit quel pourcentage de la valeur à neuf de votre véhicule vous sera versé, selon l’année de circulation, en cas de dommage intégral. Les assurances indiquent une fourchette en pourcentage, à partir de laquelle vous pouvez facilement établir une moyenne afin de la comparer à d’autres. Vous trouverez aisément le tableau d’indemnisation en survolant les CGA.

Voici un comparatif de deux assurances qui fait apparaître des différences notoires :

Indemnité moyenne cas de dommage intégral, en % sur la valeur à neuf du véhicule
Année de circulation
Assurance A Assurance B
1ère année
100 %
95 %
2e année
100 %
86 %
3e année
85 %
78 %
4e année
75 %
70 %
5e année
65 %
62 %
6e année
55 %
55 %
7e année
48 %
48 %

En d’autres termes, quand un véhicule d’une valeur à neuf de 50 000 CHF subit un dommage intégral au cours de la deuxième année de circulation, l'assurance A rembourse intégralement les 50 000 CHF, contrairement à l’assurance B, qui ne verse que 43 000 CHF. Soit une différence non négligeable de 7000 CHF. D’où l’importance de comparer brièvement les CGA.

2. Système de gradation des primes

Pour se prémunir d’une augmentation de primes suite à un dommage, il existe la protection de bonus. Cependant, celle-ci vaut seulement pour un sinistre par an. Et comme, souvent, « un malheur ne vient jamais seul », il est bon de voir brièvement dans les CGA de combien augmenterait la prime d'assurance (en pourcentage) dans ce cas. De manière générale : une année sans sinistres fait baisser la prime d’un degré, tandis qu’un dommage (sans protection de bonus) la fait grimper de quatre degrés. En revanche, cette gradation varie fortement d’une compagnie à l’autre.

Lorsque vous parcourez les CGA, recherchez le système de gradation des primes ou un tableau comprenant les degrés de primes. En plus du tableau d’indemnisation, c’est le seul tableau figurant dans les CGA. Nota : quelques rares assurances n’appliquent aucun système de gradation des primes – la prime ne change pas.

3. Les couvertures dommages de parking ne sont pas toutes identiques

Vous retrouvez votre voiture endommagée sur le parking, sans aucun indice permettant d’en identifier l’auteur ? Le dommage de parking est aussi « banal » que fréquent. Certes, cette formule a un coût, mais elle est vivement recommandée.

La couverture proposée est généralement limitée, avec un certain nombre de dommages de parking par an et une indemnisation maximale par sinistre. C’est précisément sur ces deux points, le nombre et le montant, que les différences entre prestataires se font le plus ressentir. Recherchez par « dommages de parking » dans les CGA. Vous verrez rapidement les différences.

 


 

Ces articles pourraient également vous intéresser :

Crash recorder : moyens de preuve et primes réduites
Assurance automobile : davantage de flexibilité grâce aux délais de résiliation plus courts