Assurance

Assurance automobile : combien l'assurance me rembourse-t-elle en cas de dommage total ?

ANALYSES
|
Plus la prime d'assurance est élevée, meilleures seront les prestations en cas de dommage total ? Pas forcément. Photo : iStock / deepblue4you

En plus de la prime, ce qui compte pour une assurance auto, ce sont aussi les prestations fournies en cas de problème – un dommage total, par exemple. Si vous subissez un tel sinistre, l’indemnisation de votre véhicule classé épave sera fonction de la compagnie d’assurance choisie. D’un assureur à l’autre, la différence peut parfois représenter jusqu’à 25 %. Dans le cas des véhicules plus anciens notamment, changer d’assurance peut être vraiment intéressant. Explications avec Comparis.

En cas de dommage total couvert par l’assurance, celle-ci vous verse une indemnité qui est en général supérieure à la valeur du véhicule au moment de l’accident. La raison : l’indemnisation repose sur un barème dit à la valeur vénale majorée. La dépréciation enregistrée par le véhicule, notamment au cours des premières années, peut ainsi être en partie compensée par l’assurance. Or, dans ce cas de figure, les différences existant entre les prestations des assureurs sont de taille. Quels sont les critères déterminants de l’indemnisation en cas de dommage total ? Comparis apporte les réponses.

Des versements variables en fonction des compagnies d’assurance

Le montant du remboursement pour un dommage total varie en fonction de la compagnie d’assurance. En effet, certains assureurs remboursent encore l’intégralité du prix d'achat jusqu’à une ancienneté de 18 mois, alors que les clients d’autres compagnies ne touchent plus que 86 % de la valeur à neuf. Exemple : les automobilistes conduisant une Skoda Octavia (prix neuf 26 040 francs) peuvent toucher 3646 francs en plus, ou en moins, selon l’assurance qui les couvre. Pour la BMW X5 (prix neuf 86 600 francs), la différence dépasse même les 12 000 francs.

Le tableau ci-dessous indique le pourcentage d’indemnisation (par rapport à la valeur à neuf) en fonction des assureurs.



Est-il intéressant de changer d'assurance ?

Comparer les assurances peut être judicieux, dans certains cas, même à partir de la première année. Les différences dans les prestations se font le plus sentir pour les véhicules de plus de sept ans.

Le calcul de l’indemnisation d’un dommage total à partir de la huitième année en circulation (véhicules de plus de 7 ans) repose sur la valeur vénale du véhicule, alors que pour les véhicules plus récents, la plupart des assureurs se basent sur la valeur à neuf (sauf Bâloise Assurances, TCS et Vaudoise). Six assureurs revalorisent la valeur vénale du véhicule de huit ans ou plus d’un montant équivalent à 10 % de sa valeur à neuf (voir tableau). Chez Dextra, Kasko2Go, Postfinance et Vaudoise, cette revalorisation s’applique jusqu’à la fin du cycle de vie du véhicule. En d’autres termes, chez ces assureurs, vous touchez toujours au moins 10 % de la valeur à neuf, même si la valeur actuelle de votre véhicule se rapproche lentement de zéro. Avec une couverture souscrite auprès de ces compagnies d’assurance, les conducteurs de la BMW X5 toucheraient donc au moins 8600 francs en cas de dommage total.

Bonnes prestations pour le dommage total synonymes de primes élevées ?

Il n’y a pas de corrélation entre le montant de la prime d'assurance et celui de l’indemnisation en cas de dommage total. Le calcul de la prime dépend de nombreux facteurs individuels. C’est pourquoi les assureurs offrant une bonne couverture à la valeur vénale majorée peuvent aussi proposer des primes basses. Pour juger des prestations garanties par votre assurance, lisez les conditions générales d’assurance (CGA) de cette dernière à la rubrique « valeur vénale majorée ».