Assurance

Vastes écarts de primes entre les cantons

ACTUALITÉ
|
Photo : iStock / swissmediavision

Une assurance casco complète est en moyenne 20 % plus chère pour un automobiliste à Bellinzone que pour un conducteur habitant la ville de Berne. Tels sont les résultats d’une analyse Comparis.

Le montant des primes d’une assurance casco complète est très variable d’un chef-lieu de canton à l’autre. En moyenne, la prime casco complète exigible d’un conducteur de sexe masculin âgé de 35 ans est 21 % plus élevée à Bellinzone, chef-lieu du Tessin, que dans la ville de Berne.

Risque de sinistre plus élevé au Tessin

Ces vastes écarts de prix touchent aussi d’autres villes : les conducteurs domiciliés à Genève et Zurich déboursent respectivement 14,4 % et 13 % de plus en moyenne que les Bernois. Ce surcoût s’élève à 11,4 % pour les habitants de la ville de Lausanne, et à 7,1 % pour ceux de Bâle. En cause, le risque accru de sinistre . « Les assureurs calculent les primes en se fondant sur la probabilité que les sinistres couverts surviennent, entre autres critères. Les habitants de Bellinzone risquent davantage de causer des sinistres assurés que les Bernois, et pour un montant total plus élevé », explique Andrea Auer, experte Mobilité chez Comparis.

Le montant des primes dépend aussi de l’attractivité du marché. Le Tessin est une région où les ventes de produits d’assurance sont relativement faibles. Qui plus est, ces produits doivent être commercialisés en italien. « Sans être les seuls, ces facteurs augmentent les coûts de distribution, ce qui se traduit par des primes plus élevées », déclare A. Auer.

Des écarts y compris au sein des villes

L’analyse Comparis montre que les habitants d’une même ville ne payent pas forcément la même prime. Les conducteurs domiciliés dans le 4e arrondissement de Zurich, par exemple, payent leur prime d’assurance casco complète 5,8 % plus cher en moyenne que les habitants du quartier plutôt rural de Leimbach.

« De manière générale, les accidents sont plus fréquents dans les quartiers où la circulation est dense, où plusieurs moyens de locomotion cohabitent comme les bus, les trams ou les vélos, que dans ceux où elle l’est moins. C’est ce qui explique que les primes y soient plus élevées », conclut A. Auer.

Dans les autres villes analysées, les écarts de primes entre le NPA le plus cher et le NPA le moins cher sont moins importants : 4,4 % à Lausanne, 4,5 % à Bellinzone, 3,8 % à Berne et seulement 2,2 % à Genève.