Nettoyage et entretien

Comment préparer votre moto pour le printemps

INFO
|
Avant la première sortie du printemps, un check-up approfondi de la moto s’impose. Photo : iStock / GeorgeRudy

Avant la première sortie printanière, examinez votre moto sous toutes ses coutures. Voici les éléments à vérifier.  

Les températures augmentent, les jours rallongent et la saison de la moto approche. Pour profiter pleinement de la première sortie printanière, suivez les sept conseils suivants.

 

Batterie : assez d’énergie pour démarrer ?

Commencez par vous assurer que le moteur démarre. Après l’hiver, il est fréquent que la tension de la batterie soit trop basse pour démarrer le moteur. Dans ce cas, commencez par vous occuper de la batterie. Reliez-la à un chargeur pendant toute une nuit et vérifiez la tension le lendemain. Si la tension de la batterie demeure trop basse, il n’y a qu’une chose à faire : démonter la batterie et l’amener chez un spécialiste. Celui-ci vous dira si la batterie est récupérable ou s’il est nécessaire d’en installer une nouvelle.

Éclairage : êtes-vous bien visible ?

Lorsque le moteur démarre, il reste à la batterie assez d’énergie pour alimenter les autres consommateurs électriques de la moto. L’éclairage est important, notamment pour la sécurité : les autres usagers doivent pouvoir vous voir. Contrôlez toujours les phares, les clignotants et le feu stop. Et tant que vous y êtes, vérifiez les témoins du tableau de bord et l’éclairage de la plaque minéralogique.

Freins : fonctionnent-ils correctement ?

Que ce soit pour la poignée ou la pédale, pour que la pression arrive à la roue, le liquide de frein doit conserver de bonnes propriétés hydrauliques. Mais le liquide de frein vieillit, quel que soit le nombre de kilomètres parcouru. Si vous ne savez plus quand vous avez changé le liquide de frein pour la dernière fois, contrôlez votre livret d’entretien ou adressez-vous à votre mécanicien.

Mécanique : est-ce que tout fonctionne correctement ?

Vous avez probablement déjà nettoyé votre moto avant la pause hivernale. Si ce n’est pas le cas, procédez à un nettoyage minutieux. Ainsi, vous pourrez mieux voir si quelque chose est défectueux. Contrôlez ensuite la tension de la chaîne et lubrifiez-la. Demandez-vous si une vidange d’huile est nécessaire. Votre livret d’entretien vous donnera des renseignements à ce sujet. En cas de doute, contactez votre mécanicien.

Pneus : le profil est-il suffisant et la pression est-elle correcte ?

La législation prévoit un profil de pneu d’au moins 1,6 mm de profondeur. Nous vous invitons dès lors à mesurer le profil pour vous assurer qu’il est suffisant. Le mieux est d’utiliser un appareil spécial. Mais vous pouvez aussi introduire une pièce de deux francs dans les rainures. Si le socle d’Helvetia disparaît dans le profil, c’est que la profondeur minimale est respectée. Procédez ensuite à un examen visuel des pneus pour contrôler qu’aucun corps étranger ne s’y trouve. Les petites pierres pointues aiment bien s’enfoncer dans les pneus. Enfin, rendez-vous à la station-service pour mesurer la pression des pneus. Même si vous avez bien gonflé les pneus avant de les ranger, il se peut que la pression des pneumatiques ait fortement diminué pendant l’hiver. Par conséquent, un nouveau contrôle s’impose.

Assurance : pouvez-vous rouler ?

Stop ! Avant de vous rendre à la station-service, assurez-vous que vous êtes en droit d’y aller. Disposez-vous d’une assurance valable ? Autrefois, il était courant de déposer les plaques auprès du Service des automobiles pour l’hiver. En effet, si la moto ne roule pas, l’assurance peut être suspendue. La prime ne doit alors pas être payée. Aujourd’hui, de nombreux assureurs proposent une renonciation à la suspension d’assurance. Ils vous offrent alors un rabais important si vous faites assurer votre moto toute l’année. L’avantage est que vous ne devez pas vous rendre au Service des automobiles et que vous ne devez pas vous acquitter d’une éventuelle taxe de réimmatriculation. Vous disposez d’une telle assurance ? Dans ce cas, vous pouvez vous rendre à la station-service pour contrôler la pression de vos pneus.

Motard : êtes-vous paré pour le printemps ?

Au moment du check-up, ne pensez pas seulement à votre machine, mais aussi à vous-même. Dans quelle forme êtes-vous ? À moto, la pression artérielle, la fréquence cardiaque et la température corporelle augmentent. Celui qui ne fait pas de sport régulièrement au quotidien se sent vite dépassé. L’endurance est notamment importante. Si vous faites assez de course à pied ou de ski de fond en hiver, vous êtes parfaitement préparé. Si ce n’est pas le cas, dépêchez-vous de monter sur un tapis de course. Et pour ne pas attraper une épicondylite dès la première sortie, s’entraîner avec une balle de tennis ou avec des grippers spéciaux améliore la précision d’embrayage.

Vos réflexes ont aussi besoin d’entraînement. N’oubliez pas que vous êtes resté près de six mois sans rouler. Commencez donc par de petits trajets. Ne vous lancez pas d’emblée dans la descente d’un col. Pourquoi ne pas vous entraîner au préalable avec des pros ? Des cours de sécurité routière sont disponibles pour chaque niveau, du débutant à l’amateur sérieux. De nombreuses compagnies d’assurance vous octroient un rabais sur votre prime si vous participez à un tel cours. Certaines vous proposent aussi des formations à des conditions très avantageuses. C’est aussi l’occasion de bénéficier de nouveaux conseils pour plus de sécurité et plus de plaisir de conduite. Vous trouverez les organisateurs de cours reconnus dans la liste du Conseil suisse de la sécurité routière (CSR).